Archives de Catégorie: Sport

Laure, ne retourne pas avec Philippe Lucas !!!

Oui, bon, elle a perdu, et j’en ai parlé, j’ai dit que c’était une enfant gâtée. Bon, voilà. Mais gâtée ou pas, qu’elle ne retourne pas avec Philippe Lucas !!! Tout ce que j’ai lu sur ses rapports avec son entraîneur me donne envie de frémir (je ne mets pas de liens ; pas la peine).

Le rapport entre l’entraîneur et l’entraînée, même si je ne le connais pas, et même si je ne parle que d’après quelques déclarations dans une presse tendance poubelle, qui déforme à loisir les propos, ou les infléchit, je peux tout de même l’imaginer. Une personne ne se développe qu’en luttant contre elle-même, en s’obligeant, en se contraignant, en bossant. Le miracle du génie n’existe pas, et s’il existe, il n’est qu’éphémère. Aussi douée que Laure Manaudou ait été, elle a du assurément travailler pour réussir.

Et travailler sous la vigilance terrible de Philippe Lucas : elle lui a donné son potentiel, il lui a donné sa force et sa personnalité. Je veux bien ne pas juger sur la mine, mais on me fera difficilement admettre qu’un petit oiseau des îles se dissimule en Philippe Lucas. Sans me permettre de porter de jugement moral sur lui, je pense qu’on peut dire qu’il a une personnalité extrêmement forte, et les personnalités extrêmement fortes, c’est pesant. S’il l’a mené au succès, il l’a couvé, protégée, il l’a tenue en laisse, il lui a expliqué ce qu’elle devait faire, en fait il a été son Jimmy Criket, mais en plus brutal. Un peu comme les méthodes de gouvernement chinoise : quand ça marche, ça marche, mais quand ça pète, plus rien ne tient, c’est dévastateur.

Philippe Lucas a plusieurs fois expliqué la vie à Laure, par médias interposés (et j’imagine bien qu’auparavant il le faisait au bord de la piscine), mais il lui doit autant qu’à elle : OK, il l’a mené à la victoire, mais c’est qu’elle était douée : je me souviens d’avoir lu quelque part qu’il pouvait transformer n’importe quelle nageuse en championne ; c’est là la lourde vanité de certains hommes, lourde vanité déjà perceptible dans la mise modeste et le maintien discret du monsieur. Laure lui a permis de montrer ses muscles et ses taouages d’entraîneur non conformiste, de proférer, en y croyant, ce genre d’âneries, et de parader, comme elle, dans les médias : on dit merci Laure.

En fait, il aurait fallu qu’en elle-même, Laure Manaudou trouve son Philippe Lucas. Mais elle ne doit pas en avoir le courage, pas la force, elle doit avoir un caractère trop léger au fond.

Mais le jeu n’en vaut pas la chandelle, personne ne doit retourner se soumettre à une personnalité aussi prégnante et que j’imagine si dévorante (qui donne autant qu’elle prend) juste pour nager vite.  Je suis contente de lire qu’elle n’a pas l’intention de retourner avec lui : elle ne gagnerait pas, pas plus, ce serait pitoyable, il me semble, un peu comme le film "Qu’est-il arrivé à Baby Jane?" (on me dira : aucun rapport avec la choucroute et je dirais si je vois un rapport, je le vois et pis c’est tout !!).

Non, ce qui serait souhaitable (il est vrai que je suis une personne mesurée et plan-plan – trop – sauf pour les tongs roses, mais il ne s’agit guère d’une si folle entreprise, hein), c’est qu’elle se trouve un entraîneur plus classique, qu’elle se plie elle-même à une discipline (déverrouillage du Philippe Lucas interne), qu’elle gagne encore un coup, pour dire "je vous emmerde", à tout le monde, et puis qu’elle finisse ministre dans 20 ans – pourquoi pas.

En tout cas, on ne craque pas, on ne retourne pas avec Philippe Lucas. Et ce type ferait mieux de se taire, il tire sur l’ambulance alors qu’elle l’a rendu célèbre, aucune élégance, aucune classe, aucune empathie, rien.

(Pour le film – mais c’est pas gai :)

Attention, trop de sport peut nuire à la santé

Oui, bon, je parle encore d’un truc lié aux jeux Olympiques (heureusement que j’ai pas la télé, je ne vivrais plus ; normalement je suis un peu déconnectée du monde réel, mais faut croire que la couverture médiatique des JO est d’enfer, je capte des tas de trucs, alors que je ne suis rien).

Voilà, c’est l’histoire d’un gymnaste hongrois… C’est affreux, un peu trash, mais il va bien, il va bien, c’est pas cassé il se remet et il pourra continuer à faire du beau sport, que c’est noble et que ça rend les hommes frères et tout et tout.

Mais l’idée, c’est que le sport c’est dangereux. Trop de sport tue le sport. Trop d’haltères tuent l’haltérophile (ou le met hors d’état d’aimer les haltères pour un certain temps).

Mais je pense toujours à mes cuisses. Je ne fais qu’y penser pour l’instant. Je mets un lien explicatif pour ceux qui se demandent pourquoi je pense à mes cuisses.

La video (âmes sensibles s’abstenir, je dirais).

Usain Bolt : j’ai dormi, j’ai dormi, et à la fin j’ai gagné

Usain Bolt, vous connaissez? Moi, non, jusqu’à il y a quelques jours. Usain Bolt, c’est le type qui se réveille à 11 heures, alors que le monde appartient aux gens qui se lèvent tôt, il regarde la télé, alors que c’est nul, ça abrutit et tout, il mange des nuggets, alors que c’est pas bio, pas diététique, pas moral, c’est du poulet broyé avec les os et tout ce qu’on n’aime pas entouré de pain que si on savait comment il est fait on aurait probablement peur d’en donner à un chien, après il redort, alors que quand on veut réussir dans la vie il faut bosser, il remange des nuggets, alors que déjà une fois, c’est une insulte à la Santé, au Sport, au Commerce Equitable, à la Gastronomie, à tout, mais deux fois, c’est foutage de gueule, il va au stade, il court, il ralentit sur la fin parce que s’il se force pas à courir lentement, il pourra pas entretenir le suspens, laisser aux autres espérer qu’ils vont le battre, battre son propre record une ou deux fois, et IL GAGNE.

Je le crois pas. La négation de la pensée judéo chrétienne. C’est l’histoire du lièvre et de la tortue, mais là, le lièvre il dort ET il gagne alors que tout le monde sait que c’est la tortue qui se donne du mal, et que le lièvre il fout rien donc il gagne pas sinon c’est pas juste.

Peut-être qu’elle est pas vraie en fait l’histoire du lièvre et de la tortue?

Sport

jambes3hr2.jpg

(Merci à Gazelle pour les photos et schémas que je lui pique).

Il y a quelques jours, je me suis plainte de mes genoux. Depuis, je les ai d’ailleurs regardé et tâté, il n’y a pas à tortiller, j’ai du gras aux genoux.

J’ai donc reçu tout un tas de commentaires sympas, certaines sont comme moi, d’autres pas, chacun sa croix, hein.

Mon sort a ému une de mes lectrices, une fille ordinaire, mais qui veut bien que je l’appelle Gazelle (ça, j’hésite). Donc, émue par mes genoux, Gazelle m’a concocté des exercices, qu’elle présente , avec des dessins plein de muscles. Enfin, au début, il y a une photo de jambes… motivantes, on va dire. Et il y a pleins de schémas musclés.

D’abord, merci à elle de penser comme ça à mes jambes et de me donner des exercices précis. Ensuite, j’adore les schémas. Au moins, on sait ce qu’on fait.

Il me faut le temps de changer mes habitudes, mais je vais adapter ces mouvements. Je suis très contente de ces schémas, car j’avais pensé parler de sport, mais je n’avais pas vraiment trouvé de shémas pour illustrer.

Je vais reprendre l’exercice de la fente, car je sais qu’il fait travailler les muscles, j’en ai eu l’expérience douloureuse. Je l’avais un peu mis de côté, mais bon, je vais me secouer.

Du coup, je vais en profiter pour parler de sport, ce qui me tient à coeur depuis longtemps.

Je suis en train de devenir accro au sport. Mais attention : je ne suis pas une sportive. Pas du tout. Je l’ai été un peu, mais c’est fini. Je n’aime pas courir après des ballons, ou sauter, nager, aller dans l’eau, tout ça m’ennuie complètement. Ce que j’aime, c’est faire des exercices, sentir mon corps bouger, se détendre, devenir plus souple, plus solide. Mais ce n’est que mon goût personnel, pas un jugement de valeur sur le sport en général.

Il me semble cependant que l’on ne peut pas dissocier le corps et l’esprit. C’est un peu ce que la société nous amène à faire ; on associe par exemple, sur le mode humoristique, le sport aux muscles, et les muscles à la bêtise. Ou bien une femme jolie, qui se préoccupe de son corps, est supposée, toujours sur le mode humoristique, stupide, ou pas très maligne. Après, bien sûr, on nuance, et on dit que l’on sait bien qu’une jolie femme ou un homme costaud ne sont pas stupide, on le sait, on n’est pas comme ça, mais bon.

Or, voilà ce qui se passe quand je fais mes exercices du matin. Certes, il y a des jours où je me sens fatiguée, et où je n’ai pas le courage de les faire. Mais ils sont de plus en plus rare : je m’oblige à faire au moins cinq minutes de mouvements, par exemple au moins les 5 tibétains, et je me sens mieux. Quand je les fais tous, je me sens plus réveillée après qu’avant. Comme si j’avais pris un tonifiant. j’y vois plus clair, j’ai les idées plus précises, je suis plus gaie. Parfois, pour m’encourager, je mets tout doucement Think, voire YMCA, pas fort, pas comme dans les salle de sport, juste pour suivre le rythme. Eh bien, dans ma chambre, sur Think, à six heures du matin, je me paie des fous rires, et c’est super bon pour le moral. J’ai des fous rires parce que j’ai du mal avec le rythme. En bref, ce que je veux dire, c’est que je ne sais pas si je me muscle, je n’ai pas l’impression d’avoir un corps parfait, mais ces exercices physiques ont un effet sur mon esprit. Et même les jours où je ne suis pas tout mon programme "normal" (mon programme normal, c’est 15 mn de cardio et 15 mn de mouvements abdo fessiers, assouplissements, 5 tibétains), même les jours où je le rétrécis à 10 minutes en tout, même ces jours-là, ça me fait du bien, même si ça ne dure que dix minutes.

Petite note : Gazelle explique que quand on fait des exercices on libère au bout de 35/40 minutes une hormone, l’endorphine, qui met dans un état second, où on est toute gaite de faire du sport : eh bien, moi, c’est au bout de dix minutes. Si. Un quart d’heure à tout casser. D’où mon état joyeux la matin. La nature m’a gâté, je suis une mutante, bientôt rien que la vue de mon tapis vert va me provoquer des sensations d’état gazeux (inutile de préciser que, grâce à cette intéressante particularité, je ne fume, ni ne sniffe ni ne me pique avec quoi que ce soit, contrairement à Claude Brasseur, lui, il vaudrait mieux qu’il attende l’arrivée de l’endorphine pour planter, à son âge, ce serait mieux, non? enfin à n’importe quel âge).

Allez, un schéma pour la route :

flexiondescuissesnf6.gif

En revanche, une petite précision. Gazelle elle y va pas avec le dos de la cuillère. 3 séries de 30, et tu t’affoles pas si ça brûle, si ça brûle ça bosse.

Alors moi, là, j’avoue, je suis plus timide dans mon approche du truc (c’est à dire que je pense à mes escaliers et au métro – il y a des tas d’endroits sans escalators, dans le métro, alors quand on a des aiguilles à tricoter dans les cuisses, spa facile d’aller travailler le matin). Ce serait plutôt 2 séries de 25. On est presque, hein. Je vous tiens au courant, bientôt trois séries de trente.

Un dernier mot sur mes objectifs : le mien n’est pas d’avoir un corps de rêve, de toute façon je mesure 1,59, donc forcément je n’aurais jamais l’air d’une liane (une petite liane, ça fait pas liane, ça fait brin d’herbe, c’est tout). Ensuite j’ai des petits os. J’ai un peu de gras autour, mais il faut, quand même. Non, mon objectif est d’avoir la pêche (l’endorphine), de sentir que mon corps n’est pas trop raide, et d’avoir l’air ferme et tonique. Même avec du gras, le gras ferme, c’est moins moche que le gras mou.

Uhhh, quelle poétique façon de terminer l’article.

Un retour aux basiques : répétons ensemble : "On ne voit bien qu’avec le cœur. L’essentiel est invisible pour les yeux."

On est bien d’accord, hein?  Mais autant que ce qui est visible soit ferme et tonifié.

Quand je grossis, je grossis des genoux

rita.jpg

(La photo n’a pas grand chose à voir avec le sujet ; mais 1) la recherche genou sur Google image donne des résultats encore plus insupportables qu’une photo de pied de porc ; 2) j’aime bien Rita ; 3) on voit son genou)

Espace, zut !!!

Alors voilà. Il faut que je fasse un coming out.

Sur les dessins de Hugues Hausman (qui ne m’a jamais vue) je suis toute jolie et mince.

Bon, je suis toute jolie dans la réalité aussi, attention.

Mince aussi – mais pas partout. Plus ça descend moins c’est bien.

Et là, aujourd’hui, je vais vous parler de mon drame : la cellulite du genou.

On n’en parle pas assez, selon moi, tout le monde s’excite sur les abdo, les fessiers, la culotte de cheval, tout ça c’est très vrai, hélas, Petit Jésus, hélas.

Mais la cellulite du genou, ça existe. Et c’est pas cool. Et je suis pas la seule à le penser.

On en parle . Alice83 a le même problème que moi, sauf qu’elle mange plus de pains au chocolat que moi (mais je parie que je la bats en pieds de cochon). Je n’ai pas trouvé d’autres occurences, mais bon, j’ai décidé d’en parler, voilà pourquoi : comment lutter contre cette fichue cellulite du genou?

Alors. je fais du sport. par rapport à mes débuts avec Coco, il y a eu ramollissement, ça, ne nous le cachons pas, mais je demeure ferme sur le sport à la maison. j’ai été bluffée par le CAF, sauf l’aspect coordination droite-gauche/lever-baisser, dans lequel je ne donne pas le meilleur de moi-même. J’ai eu quelques fous rires devant des Barbies lubrifiées. Je dis lubrifiées parce qu’on dirait que leur peau est luisante, genre plastique, et rose pas naturel. C’était peut-être une extra-terrestre.. j’ai oublié de lui regarder le majeur… C’est le majeur, hein?

Enfin, moi je suis pas une extra-terrestre, je suis rose naturel, c’est à dire blanchâtre, évidemment, avec des pores larges, très joli de près. Enfin les gens qui mettent le nez sur les cuisses le fond dans une pénombre artisitique, je te prie de le croire. Quoiqu’il en soit, après un mois et demi plein de dynamisme, j’en ai eu marre d’être lacendrillon du cour de danse et pouf, j’ai pu allé. c’est mal. Je préfère faire ça le matin, ça me donne la chepé.

Donc le matin je me démène un quart d’heure ; quand je transpire, je fais des trucs pour les abdo de côté, je t’explique pas, avec un manche à balai, des trucs à quatre pattes, et des trucs avec des appareils, un pour les abducteurs, un peu les adducteurs. je me mélange dans les muscles, mais les uns c’est quand on ouvre les cuisses les autres quand on les ferme. En tout bien tout honneur. Après je fais un truc qui s’appelle les 5 tibétains (je mets un lien avec petits shémas animés ; ces mouvements on les retrouve dans Pilates, plus ou moins ; ils sont sympas ; j’ai déjà parlé de mon passé houleux avec les extra-terrestres et la SF ; je me dis que les 5 tibétains ont peut-être été conçu par les Grands Anciens, ou les extraterrestres, ou les Atlantes, ou les habitants de la Terre de Mu ; ça me fait plaisir ; c’est mon petit délire du matin ; chacun son truc !!!) . C’est bien. Mmmm ça détend. Ah, j’oubliais, j’ai 100 abdo, aussi, mais par étapes, par 20 30, et parfois je fais pas les 100 par ce que, euh.

Après j’ai la pêche, je suis en nage malgré le froid, et je prends ma douche plus facilement. Là, dans la douche, je me palpe et je me roule toute la cellulite que je trouve. En plus j’ai un gel douche qui sent bon, j’adore (j’ai un rapport totalement addicting avec ce gel douche, là, je suis droguée, si je ne me douche pas avec la journée va mal, l’odeur m’envoûte). Donc douche avec palper rouler – j’essaie, on verra dans six mois, pour l’instant ça a l’air globalement plus ferme.

Oui, en écrivant ça j’ai l’impression que je suis un éléphant de mer, mais non je ne suis pas un éléphant de mer, je suis pas toute molle, enfin, je ne suis plus toute molle, d’ailleurs après ma douche, mes abdos, mon palper rouler tout ça, je me sens généralement super en forme. Je respire mieux, je me tiens droite, j’ai envie de sautiller. Je réfrène par ailleurs mes envies de sautiller, puisque j’ai six étages à descendre, en sautillant ou pas, ce qui généralement me – me quoi? – disons, calme. En bas je suis moins sautillante.

Bon, alors mon problème, c’est que je sais à quoi servent, à peu près, tous les mouvements que je fais. Les cuisses, les fesses, le ventre, OK. L’effort, quand je transpire et que je sens que ça fatigue, c’est bon, ça me fait respirer, bouger, c’est bon pour la cellulite en général, mais est-ce qu’il y a un mouvement pour celle des genoux? Spécifiquement pour celles des genoux?

Et je précise que la cellulite c’est un sale truc. Je ne suis pas spécialement grosse, mais la cellulite, c’est ça le plus nul, vient sur mon corps pas très gros. Donc j’ai des petits mollets, et pouf, un gros genou. Enfin deux. Après, il y a la cellulite de la face interne supérieure de la cuisse, aaaah, salope aussi, celle-là. Mais j’en parlerai une autre fois.

Des exercices : , , et .

Des réflexions : comprendre la cellulite (ah ouais faut penser). réflexion classique. Réflexion orientalisante citée sur un site.

PS 1 : Hugues, ne change rien aux dessins, en pantalon on ne voit pas mes genoux.

PS2 : Dites-moi que vous me comprenez…

PS 3 : Ithaa, si tu me lis, tu comprends pourquoi tes photos d’essayages me figent?

PS4 : les jambes de gazelles peuvent commenter, mais gentiment : avec empathie, quoi.

Espace, zut !!!

Gymnastique : objectif cuisses fermes, ventre plat

Les filles, je vais faire du sport.

J’ai la cuisse triste, je me suis laissé aller.

Mes sports : tennis, danse, trucs de salle de gym, vélo, natation, patin à glace il y a longtemps.

Mon objectif : faire du sport sans dépenser trop pour l’instant (je suis un peu à sec, je me suis acheté un canapé… je vous expliquerai).

Je fréquente irrégulièrement les salles de sport, mais suffisamment pour avoir un petit viatique de mouvements de sport en réserve.

Donc, tous les matins, je fais une demi heure d’exercices, parfois j’oublie ou j’ai pas le courage, mais dans l’ensemble j’arrrive à m’y tenir. Je me sens mieux après ces mouvements, plus toniques.

Il faudrait que je retourne dans une salle ou faire de la gym mais là je suis fauchée, je crois que je vais aller à la mairie voir ce qu’ils proposent mais vous le dites pas, les filles, c’est secret… Bouger ça fait toujours du bien.

Et pouis je retourne nager ; ça c’est facile. En alternance avec la gym du matin. La piscine ouvre de sept heures à huit heures et demi. Encore plus efficace que la gym pour mettre en forme. Il y a juste cinq minutes difficiles quand il s’agit d’entrer dans la cabine, de se déshabiller, malgré l’air tiède de la piscine j’ai froid, et puis rentrer dans l’eau spa facile facile le matin quand j’ai froid.

Mais quel bonheur quand je sors. Tonicité. satisfaction du devoir accompli. Douche avec gel douche tonifiant Kisanbon, mmm, sèche-cheveux, et fraîche et toute dynamique je suis dehors.

Dans trois mois je suis un canon.

Ah, oui, faut que je réfléchisse à mon régime.