Etrange week-end.

920065_vi_en_un_restaurant.jpg

J’ai été touchée par les commentaires reçus. C’est vraiment très agréable d’avoir un blog. Je ne croyais pas que ça ferait comme ça. Les filles sont tellement sympa, même si je sais que ce ne sont d que des mots, d’inconnues, ils ont un pouvoir… ahurissant. DU coup, cela m’incite à commenter, dès que j’ai un truc à dire, puisque je vois que ça fait plaisir…

J’ai passé un étrange week-end, car j’étais un peu tourneboulée, mais tout s’est bien passé. Après ma balade matinale, je suis rentrée et j’ai pris une douche avec un gel douche qui sent bon et me donne la pêche. J’ai regardé Coup de foudre à Notting Hill. J’ai été voir l’expo de Yan Arthus- Bertrand, un peu spéciale, mais intéressante. J’ai été invitée à manger chez un oncle, normalement j’ai pas envie mais là j’ai dit oui. Excellent repas, dans un famille de gens tous bien élevés ; impressionnant. Les garçons étaient polis avec leur maman et on demandé pour « se retirer dans leurs chambres ». C’est la partie de la famille très bourgeoise. Ils souhaitaient me voir à l’occasion de Noël. Je ne sais pas pourquoi certains de la famille s’échinent à me voir. Je dois être leur BA. A cause de ma mère. C’est à dire que j’ai des parents terribles et que je suis devenue très normale, je ne fais pas parler de moi, je suis la preuve qu’on peut échapper à son hérédité, dans leur monde à eux, je suis un peu l’anti-banlieue.

Je ne suis pas claire : ces gens charmants sont hyper bourge. Or, les performances de mes parents (disons pour résumer qu’ils se marient plutôt souvent, surtout ma mère, et qu’ils ne sont pas très à cheval sur les convenances, surtout ma mère). Donc mes parents ont vraiment une vie de fous selon le jugement de ces gens-là : quatre enfants, le papa bonne situation, la maman qui retravaille après avoir élevé les enfants, un partement de 150 m2 dans le septième, deux voitures. Ils sont très gentils mais terriblement « convenables ». S’ils ne m’inveront jamais le24 ou le 25, c’est qu’ils auraient un peu honte devant d’autres membres de la famille, ou, pour des invit le 31, devant leurs amis. Que répondraient-ils à des questions sur mes parents? Ils sont dans un univers où tous les parents sont gentils, ah, je sais, suis-je bête : ce sont des Lesquesnoy, des vrais, juste un peu moins catho. Je leur fais un peu peur. Mais ils m’aiment bien.

Je suis vache car j’ai passé une super soirée ; je cherche la petite bête, mais ce qu’ils pensent m’indiffère. Je suis entourée de très nombreuses personnes, et dedans il y a des gens qui me prennent telle que je suis, avec parents, qu’est-ce que cela peut faire si d’autres sont plus timorés? Sans compter qu’ils sont plus lointains (c’est un cousin de ma mère et de Guillaume).

Ils ressemblent un peu à un monde idéal, et en même temps ils font peur. C’est bien de les voir une fois de temps en temps. Ils m’ont ramenés chez moi, pour que je n’ai pas froid.

Et dimanche, opération Coco. J’ai déjeuné chez Coco et son mari Gilles, dit Gilou, avec des amis (un flic marié à une pharmacienne ; une avocate et un directeur financier ; trois sont du Nord). Pas du tout la même ambiance ; mais bonne bouffe aussi. C’est Noël ! Elle m’a serré dans ses bars en arrivant et en disant à Gilou : « Moi je veux ma copine pour Noël! ». Attention, Coco est de ch’Nord. On commence à midi avec des « petites conneries qui font du bien à ch’ coeur », id est, des petits toasts au foie gras (et des bulles).

A une heure, l’entrée : Saint Jacques, poireaux, sauce crème. Avec pain aux noix. Vin blanc.

A deux heures, une autre entrée ; comme je m’étonne, Coco précise : » Bin d’abord l’entrée froide pi après l’entrée chaude, t’es pas chez les boubourses ici nom de d’là ».

Vindiou.

L’entrée chaude : Pieds de porc en salade (Coco sait que j’aime les pieds de porc, c’est comme ça qu’on a sympathisé). Vin rouche, bin oui hein, fautfaire glisser.

Oui Coco.

A trois heures, trou au genièvre. Débat entre elle et son mari sur le Genièvre, je vous livre le fond du débat : Genièvre de Houlle ou Genièvre de Vambrechies.

A quatre heures, plat. Chapon. Coco : « Bin pour sept c’est bien? y va en rester, on se fera violence hein Gilou? a’r’sers un coup ces gins, qu’i disent pas qu’i z’ont minqué. »

Chapon : patates ; salade mixte (innattendue) ; sauce liée au foie gras. Coco : « Ah bin ch’est ma gourmandise qu’est-ce que tu veux ». Je précise : c’est bon, un sauce liée au foie gras. Un peu gras, peut-être… Vin rouche.

A cinq heures et demie, plateau de fromage. Vin rouche.

Une bûche à sept heures. Champ. Puis café.

A huit heures et demie, vous ne le croirez pas mais si, Coco a annocé des frites et du paté ; i font toudis com’ça dins ch’nord. Pas moyen. Frites paté.

J’ai remangé de la salade.

Puis du chapon, puis de la bûche et du fromage, un peu dans le désordre.

Coco m’a préparé eun’gamelle pour aujourd »hui avec du chapon, de la sauce, et des patates.

Lui dites pas, hein, je l’ai mise au congélateur. Aujourd’hui j’ai de la mâche pour midi. je ne sais même pas si j’arriverai à l’avaler, il n’y a plus de place.

Mais elle est gentille Coco. Un avant-goût de Noël.

Publicités

14 réponses à “Etrange week-end.

  1. Je t’offre un alka seltzer, un rennie…?

  2. J’ai aussi passé un WE ch’nordique ! Meme que j’y suis allée tout là haut ! Avec des gens adorables et un accent à n’y rien comprendre ! ! La journée à manger : c’est un coup à n’en plus pouvoir ça !!

  3. Tu attaques fort les fêtes et bien en avance !

  4. ouaaalalala comment t’as pu manger tout ça !!

  5. Pivoine : J’aime pas ça… Ma statégie : l’eau.
    Clémence : Oui, l’accent est particulier, on comprend pas toujours…
    Cécile : Les fêtes c’est toujours comme ça… Début janvier j’ai plus faim. Même le concept de repas me dégoûte.
    Lili : j’ai pu manger tout ça parce qu’on a passé SEPT HEURES A TABLE!

  6. Ah oui ils ne plaisantent pas avec la nourriture tes amis !

  7. Un véritable festin de Noël qui fait toujours halluciner les Américains, surtout le temps que nous passons à table!!!!!

  8. moi au lieu que de commenter sur le repas gargantuesque auquel tu as clairement fait honneur, je voulais plutôt enchérir sur le bonheur de blogger! comme toi je suis nouvelle dans la blogosphère et ça devient vite une drogue! bon je ne suis pas encore aussi populaire que toi, mais ça me fait toujours des papillons dans le ventre quand je reçois un mail qui me dit que j’ai un nouveau commentaire hihihi

  9. ma foi il n’est jamais trop tard pour entrainer son estomac et son foie a bosser comme des tarés! Dès demain soir moi aussi je rentre dans la course:)

  10. Lila : Coco est du Nord, et dans le Nord, on a dans le coeur le soleil qu’il n’y a pas dans le ciel, donc, on mange pour se réchauffer (je suis parvenue à cette conclusion après une certaine pratique de ma copine).
    Anne : mais combien de temps ils passent à table? Au moins deux heures, ou moins?
    petite fleur : au oui, petite fleur, lire ses commentaires c’est super agréable !
    Luria : Ouais, faut quand mêm y aller doucement, moi je me fais une cure de courgettes ; de toute façon, même en pensant seulement patate j’ai mal au coeur.

  11. Après un gueuleton pareil, moi j’éclate…

  12. Oh qu’est ce que tu me donne envie de manger toi!
    Demain j’achète mon pain au noix et je regarde coup de foudre à notting hill!
    bises

  13. Je n’ai plus faim ;-(
    Je ne sais pas comment tu as fait mais j’aurai déclaré faillite vers 14h15 🙂

  14. Pingback: Tensions au boulot « le journal de Fanette