Un comble !

image-noel.jpg

Je voulais vous raconter mon pot de Noël mais plus tard.

Justement au pot il m’est arrivé un truc – qui n’arrive qu’à moi, c’est sûr.

J’étais à mon bureau, finalisant une ultime tâche non sans précipitation, motivée par le sentiment qui allait être le mien quand je pourrais arriver au bout de ma To-do liste des deux jours, histoire de bien commencer mon week-end par un vendredi quasi off, à ne trop rien faire, sauf devant la Diva.

Le pot était à 17 heures, il était 16 heures 20 ou un truc dans ce goût-là. Absorbée que j’étais, je ne voyais ni n’entendais rien.

Tout d’un coup, je sens un coup de froid et j’entends un « salut » d’une voix agréable et aimable. Tirée brutalment de mes pensées, je lève la tête et vois devant mon bureau, à l’entrée de l’open space, une jeune fille blonde, fine, assez élégante, cheveux bouclés autour d’un visage frais, ouvert, souriant, aimable. Genre j’ai 15 ans, j’aime mon papa et ma maman et je veux des Diddle pour Noël. Je la regarde bêtement, la goutte au nez (froid, chaud, rhume), en me demandant ce qu’elle fout là, et elle me dit : « Euh… il n’y a personne dans le bureau, là..(celui de Lui et de Benjamin l’Anodin). Vous savez pas où ils sont? »

Moi (faut pas me tirer de ma concentration) : Euh… Non… euh… pourquoi?

La charmante : « Ben, je suis sa copine, je.. il m’a dit de passer, je crois c’est euh ici qu’il y a un pot? Elle est là Cléo? »

Viviane, bureau en face de moi, imperturbable : Ah mais je crois qu’ils sont partis acheter des trucs.

Moi, toujours aussi vive : Des trucs? Quels trucs?

Viviane, toujours imperturbable : Eh bien, pour le pot.

Moi, entamant la descente vers le monde réel : Ah, oui. Oui. Pour le pot.

Viviane me fait coucou de la main, morte de rire, je fais Pfff je bosse hein moi.

Entre temps je COMPRENDS.

Je regarde la blondinette. Je prends un air « aahh? »et je dis :

– Ah vous êtes sa copine?

– Ouiii. »Elle sourit d’un air radieux (radieux, j’insiste). » Enfin sa fiancée, quoi.

Moi, ahurie, m’essuyant le nez qui fuit : « Ah mais vous êtes fiancés?

Elle prend un air pensif. « oui… enfin oui. »

(Je note l’air pensif ; je n’arive pas à l’interpréter)

La fille me regarde. « Elle est là?

Moi, au top : Qui?

La fille, patiente : Cléo.

Moi : Ah ! Oui, je crois.

Viviane, toujours imperturbable : Euh, elle est sortie avec eux je crois pour acheter les trucs du pot.

Moi : Ah ! j’avais pas vu.

La fille, morte de rire : Pourtant, ils doivent passer devant vous pour sortir.

Viviane : Ah mais quand elle est concentrée vous savez.

Moi : Moi je me concentre pour bosser – il y en a.

Viviane, tout d’un coup délirante : Ah mais je sais mais mwa tou sais je twavaille pas moi je wéponds au téléphone.

(Pour capter l’humour, précisons que Viviane est camerounaise d’origine).

On se marre toutes les trois comme des bossues. Je sens le fou rire venir. Je me reprends.

La fille : Bon, je sors. Je vous laisse.

Moi : Non mais vous n’allez pas sortir? Il fait froid!

La fille : Mais je vais marcher. Ils doivent être au Fr*npr*x.

Moi : Mais non mais restez. C’est Noël, quoi.

La fille : ?

Moi : On ne met pas les gens dehors le soir de Noël. (Et je me mouche dans mon kleenex)

Viviane (qui part en live) : ça c’est vwai, on fait pas comme ça dans mon pays, c’est pas bien chez nous on fait pas ça. (Et ce disant elle commence à danser, les bras en l’air et en tournant sur elle-même). Noël ! Noël !

Moi, qui commence à perdre les pédales: Arrête, t’es pas danseuse tu l’a dit, là, tu wéponds au téléphone. En plus t’es française.

Viviane: Mais le té’éphone il sonne pas. (Elle danse)

Les autres du bureau, plus vers le fond, nous regardent vaguement. La fille rigole. Moi je m’écroule en hurlant de rire sur le bureau, Viviane danse en tournant sur elle-même, je pleure de rire. La blonde rit de me voir rire (vous connaissez le principe du fou-rire). Viviane ralentit son rythme, chante plus bas et s’arrête en disant comme pour elle-même, avec un accent à couper au couteau:

– Bon il faut que j’awwêtte, je dois wépondre au té’éphone. Qui sonne pas.

Le tout sans me regarder, exprès, alors que je n’en peux plus, j’ai mal au ventre et mes larmes coulent.

Naturellement, et ça c’est normal, QUI arrive pendant ce temps-là? Lui, la Diva, l’Anodin et une autre voisine dont j’ai pas encore parlé.

Ils arrivent pendant je me retiens pour ne pas faire pipi de rire sur ma chaise, que la blonde rigole aussi, et que Viviane nous regarde d’un air de sérieux imperturbable (limite on crorait que je me fous d’elle, quoi).

Cléo me contemple avec surprise – je ne peux plus parler. Lui sourit, genre qu’est-ce qui se passe? Benjamin se marre. La voisine a un air circonspect. Viviane dit :

– ça lui arrive parfois.

… ce qui n’arrange pas ma situation. Je termine aux toilettes, en hoquetant, et je loupe le début du pot (quand tout le monde sort sa bouffe du frigo riquiqui, pourrave et qui fuit que la direction généreuse a ramené de son ancien studio d’étudiant).

Du coup je fais mon apparition après, genre star (aux yeux rouges).

Le temps de digérer l’info : sa copine est sympa. Alors que j’étais prête à lui griffer la figure jusqu’à l’os avec mes ongles préalablement taillés en pointe et passés dans du gros sel.

Pas de bol.

Publicités

13 réponses à “Un comble !

  1. Pas de bol effectivement … mais finalement elle n’a pas 15 ans hein ? …
    Bon le truc bien quand même c’est le fou rire … parce que ça c’est relaxant et ça ne mange pas de pain =)

  2. Je suis déçu, si je peux utiliser ce mot, je croyais que Cléo allait nous servir quelques répliques vaches mais non… N’empêche, ça fait du bien de lire que tu rigoles aussi de temps en temps, je croyais l’ambiance de ton boulot digne des monastère les plus austères. 🙂

  3. ah merde elle est sympa en plus …
    en tout cas t’as l’air de trop bien t’amuser avec viviane.

    Biz

  4. Desolee pour toi mais… merci beaucoup pour cet episode digne d’une bonne serie televisee !!
    Tu verras : ce sera encore plus drole quand tu apprendras que tu es invitee a leur mariage…
    ;-P
    Gros bisous !

  5. Zeste de Citron : Non, pas quinze ans, plutôt 25-30, mais elle fait jeune. Le fou-rire, extra. Mais elle est vraiment sympa, c’est là l’horreur. On a vachement parlé après.
    pascal : Cléo est vache mais là l’ambiance était cool et cela aurait eu l’air pas sympa… Or il y avait la blonde, et les autres, et elle veut avoir l’air sympa. L’ambiance de mon boulot est rasoir, mais pas toujours, et surtout Viviane est chouette. Mais justement il y a des problèmes à cause de Viviane, je voulais aussi en parler.. j’ai pas eu le temps. Enfin pas à cause d’elle, mais à son propos.
    Lili : Oui, Viviane est géniale.
    Stéphanie : Arrête. L’horreur.

  6. Bon, au moins cette histoire se finit bien, fou rire général !
    Raaaa vraiment, l’ambiance au boulot c’est pas évident… Heureusement que tu as Viviane !

  7. j’aime beaucoup l’accent de votre amie Viviane, elle a l’ai bien amusante mais évidemment on ne peut pas plaire à tout le monde !

  8. J’adore cette tranche de vie 🙂
    Aaah, les open space, les collègues itou…

  9. Zut zut et re-Zut !!
    Je suis de l’avis général, c’est nul c’est drôle, mais surtout elle n’avait pas le droit d’être sympa la blonde !!^^
    C’est vrai tu aurais du te faire un devoir de la détester, mais quand elles sont sympa c’est dur !!
    En tout cas au moins tu es fixée !!

    Bon courage !!

  10. les open space ça me rappelle mon premier Job!
    En plus elle est sympa! zutalors!

  11. Attends, je suis perdue: la blonde, c’est la fiancée de Cléo? Cléo qui es unE collègue?
    Strudel qu iessaie de raccrocher les wagons.

  12. Princesse Strudel : mais non. Cléo = Diva = ma chef pas sympa que j’aime pas. Lui (je ne Lui ai pas trouvé de surnom) : c’est Lui – quoi. La blonde : c’est sa fiancée à Lui, m…! Et moi je suis : la Pomme.

  13. Remarque, ça pimenterait…