Killeuse rose

download.jpg

Le premier truc, c’est le sourire. En souriant, vous pouvez éviter de parler, ou gagner du temps. Vous déroutez. Il est toujours difficile de résister à un sourire. Le sourire est positif. Je souris pour moi. Accessoirement aux autres. Cela veut dire que je suis meeeerveilleusement heureuse. Dans 90 % des cas. L’autre, en face, si elle ne sourit pas, ça veut pas dire qu’elle ne sourit pas, ça veut dire qu’elle est suuuper malheureuse, nananère, alors que moi pas.
En plus du sourire, vous pouvez fredonner. Pour me changer les idées, dans d’autres boulots, j’avais besoin de me concentrer intérieurement sur une chanson. ça me marche pas toujours, mais la visualisation des mules roses à pompons de plumes d’Aretha Franklin avançant vers son mari en hurlant « You better think » m’a toujours mise de bonne humeur, pendant que le chanson se déroule dans ma tête. Vous pouvez essayer avec votre chef, en mules roses, avec un petit tablier. En fait, quand un truc ne va pas, on a tendance à se focaliser dessus, alors qu’en évitant d’y penser on allège son stress.

Troisième point, pas facile (on oublie) : prendre du recul. J’oublie ; mais quand j’y pense, c’est vertigineux, parfois je pique des fous rires. Je suis à mon bureau, ronron du travail, ambiance métal, gris, boulot. Je pense à mon oncle Guillaume, et j’imagine où il est, ou je pense au salon de Marie-Rose et la différence, l’écart entre les deux me fait rire et me permet de tout remettre en place. Oui, là, on est en 2008, et je suis dans ce bureau, avec ces collègues, mais je ne suis pas que cela, j’ai dormi dans la chambre à guirlandes roses chez Guillaume, j’ai passé des vacances en Espagne avec mon père, je cite au hasard, je tiens en une seconde tous les fils de mes souvenirs et ils m’emmènent loin du lieu où je me trouve, et me rappellent ce que je suis : un entrelac compliqué d’évènements, et seule une partie de moi est assise à ce bureau. Les problèmes de cette partie de moi ne doivent pas influer sur le tout.

Après, mon idée c »est qu’il ne faut pas se laisser avoir par la morosité et devenir je fais le gueule et je bosse. Donc j’ai des petits trucs kitch ridicules sur mon bureau, et si on me demande si j’aime vraiment ça, j’affirme hautement ma différence. Oui j’aime les petits machins kitchs et si tu insistes un peu je t’en offre un (le problème c’est ceux qui les aiment au premier degré, mes trucs kitch). Pour ceux qui ont bon goût, on peut mettre des trucs artistiques, ou des étiquettes de bouteilles de vins de plus de 15 ans qu’on a bu, ou une cannette de Leffe vide, je ne sais pas : ah, une boîte vide de macarons Ladurée – un objet transitionnel, quoi. Ouais, les photos des enfants – peut-être.

Bon mais tout ça c’est bien mais ça ne suffit pas.

Là on a juste l’air obstinément nouille.

Non, le truc, c’est qu’il faut (après avoir souri, fredonné et mis des bouddha roses avec des paillettes sur son bureau) bouffer le nez au premier qui l’ouvre sur un sujet précis. C’est l’équivalent social du chien qui pisse pour délimiter son territoire.

Un prétexte pour montrer que. On ne peut pas anticiper du problème.

Pour certains, c’est naturel. Moi, distraite et tout, je m’en fous de tout. Je dois donc faire un gros effort pour repérer les trucs que je ne laisserais pas passer et qui vont me permettre de m’affirmer.

ça me demande une énorme concentration. D’un autre côté, c’est un peu comme un jeu.

Exemple, la tasse (c’est le seul truc que j’ai trouvé dans mon nouveau boulot).

Au bureau je ne bois pas dez café ; je bois du thé. Je fais tout un bazar avec mon thé. Quand on m’a pris ma tasse un jour de RTT je l’ai senti. Elle sentait le café. J’ai fait une grosse scène. J’ai ralé, soupiré, fait la grimace, parlé à voix haute. Quelqu’un est venu s’excuser. Je lui ai donné de grandes explications techniques sur l’odeur, le thé, le café. Le fait que je buvais du café CHEZ MOI et du thé au travail. Un truc mystérieux, une impulsion, si je bois du café au travail ou du thé chez moi je tombe raide morte.

ça a fait chier tout le monde.

De temps en temps ils me piquent ma tasse. MAis je m’en fous. ça m’a donné un STATUT. La Buveuse De Thé. La Tasse De La Buveuse de Thé.

J’ai fait mon intéressante et ça a marché.

Après, dans mon nouveau boulot il n’y avait pas grand chose. Tout le monde travaille plutôt poliment dans son coin, en s’en foutant des autres mais courtois.

Je n’ai pas de suggestions de scènes à crééer pour marquer son territoire, malheureusement, ce genre de chose il faut le vivre.

Le dernier truc, c’est la voix. Très important. Eviter le suraigu. S’interdire les cris d’enthousiasme (pffff…). Les cris de type préado fan de Tokio Hotel, c’est bon à 14 ans, justement, ou entre copines. Même si spontanément vous braillez, ben faut pas.

Si un collègue remet la cartouche d’encre de l’imprimante et que vous faites un bon de joie comme moi parce que vous n’avez pas à le harceler pour qu’il la change ni vous salir les mains, ne sautez pas sur place en faisant : »Ouiiiiiii!!!! ».

Ouais, c’est ennuyeux. Moi, les petits plaisirs de la vie m’enchantent. Ne pas avoir à remplacer une cartouche d’encre est un grand bonheur. J’exulte quand il y a du papier dans l’armoire et que je n’ai pas besoin d’aller en chercher à l’étage dans la réserve.

Mais je fais alors preuve d’une (si je puis dire) mâle satisfaction; ou de ce qui chez moi est le plus proche d’une mâle satisfaction. Je dis, par exemple : « Ah. » (avec un point, pas un point d’exclamation). Je baisse ma voix dans les graves.

Je ne dis pas ! » Houououou Vivi t’es ma toupine toi t’as été cherché du papier chez les vilains pabo du d’sus!!!!! » en battant des mains.

Là, j’avoue que je baillonne un chouia Hello Kitty et que j’ai recours à John Wayne.

Ou, donc, à l’imitation la plus proche que je puisse faire de John Wayne ( très peu de gens pensent à John Wayne en me voyant faire « Ah »).

Le seul cas où je lâche Hello Kitty à donf, c’est le vendredi après midi. Ou la veille des RTT.

Donc récap : sourire, fredonner, penser à tante Etiennette ou Aretha Franklin en mules roses à pompons plumeux (très importants les mules), mettre des petis trucs mignons sur son bureau (un petit nange croooomognon, un éléphant indien à paillette, ou toute autre bricole).

Mordre si on approche de votre tasse à café et parler d’une voix grave et ultra posée chaque fois que vous avez envie de sautiller en battant des mains (ou dans d’autres cas, moi, par exemple, quand ma chef m’emmerde – on peut mettre une larme d’agressivité sèche dans la voix).

Du coup, je n’ai plus de souci.

ça marche.

Hier, une collègue m’a dit : « Si je pouvais avoir ton assurance! »

A moi, à moi…. elle a dit ça (car je « sais parler » à La Diva).

Pour le coup, j’ai failli sautiller en battant des mains et en criant  » ouééééééé !!!!! chiiiiiic! ». Mais j’ai pas craqué!!! j’ai pas, non. J’ai dit d’une voix grave : « Ah? tu trouves? »

Publicités

12 réponses à “Killeuse rose

  1. j’adore te lire ma fanette, surtout un diamche matin, avec ma grande tasse de café…
    C’est devenu un rituel, dans la semaine je n’ai pas trop le temps de passer te lire, mais le dimanche, après une grasse matinée, c’est agréable de prendre une bouffé d’air et lire les aventures de fanette! 🙂
    Wééééééé chic, chic ce que t’as dit ton collègue;-)!
    Bises ma belle!

  2. Bonjour Fanette,
    wouah, je suis impressionnée par la rapidité de ta prise de conscience. Et, en temps que « vieille routière » de la vie de bureau, je t’encourage dans cette voie de zen et de plénitude. Tu verras à l’usage, le bureau peut devenir un endroit agréable, et même si on ne s’entend jamais bien avec TOUS ses collègues en même temps, on peut apprendre à avoir des relations professionnelles correctes avec tout le monde. C’est mon cas, et maintenant, j’ai la réputation d’être LA fille au-dessus de la mêlée, ce qui est assez agréable je l’avoue.
    Pour t’aider à faire ton chemin, je te donne le nom de Christel PETITCOLLIN. Cette dame a écrit de nombreux petits bouquins excellents sur l’affirmation de soi, la gestion des émotions et plein d’autres choses très utiles et qui rendent la vie beaucoup plus agréable. Je te laisse regarder ça sur un site de librairie. Chaque livre est assez court, très facile à lire, synthétique et percutant. Elle a aussi un site internet.
    Tu me diras comment tu as trouvé ça …
    Excellent week end à toi.
    Et un dernier conseil, oui pour la personnalisation … de ta personnalité et de ton bureau. Attention à ne pas faire ni trop enfantin (genre régressif) ni trop féminin dans le genre culcul la praline. En revanche, une grande passion artistique pour un peintre, ou un sculpteur, ou pour la photo (ce qui est mon cas), ou la philosophie bouhdiste (aussi mon cas, donc un tête de boudha trône à côté de mon ordinateur). Possible aussi, une dominante de couleur (orange, la couleur vitamine, ou vert la couleur qui appaise …). Bref, tout ce qui va projeter de toi l’idée d’une personne adulte, qui a une vie en dehors du bureau et des centres d’intérêt « cérébraux » sans être élitistes. Donc si tu aimes le kitsch, mixe le avec autre chose qui te plait aussi.
    Un autre dernier conseil : tu as raison pour le mug. C’est inadmissible. Ce que je fais c’est que j’ai des mugs « invités » et que je signale à mes collègues qu’ils peuvent s’en servir lorsqu’ils sont en panne sous réserve qu’ils les rendent impecablement lavés au savon ! C’est la moindre des choses entre personnes civilisées, non ? Et tout ce qui va sans dire, va mieux en le disant ! Je m’arrête là, je pourrais continuer encore longtemps …
    Bravo à toi.

  3. Fanette, cela fait un moment que je lis régulièrement tes posts, eh bien je ne suis pas déçue car c’est super cool:) Très souvent je suis morte de rire comme là par exmeple: Fredonner Aretha Franklin intérieurement c’est une méga idée surtout si je dois l’imaginer avec les mules :)) Vive LA DIVA de la soul music :))
    Je vais suivre ton conseil et dès demain au boulot, Aretha ne me quittera point et je vais chanter RESPECT- intérieurement, biensûr!! S’il n’y a que ça pour réveiller la killeuse rose en moi, je veux bien 🙂 yupppppi, hourrrrra, adieu Calimero et bonjour Pikatchounette en rose :p

  4. Et ta tasse elle est comment? Elle a un dessin dessus?
    Je demande ça parce que sur la mienne il y a Lisa Simpson…

  5. C’est marrant car on m’a fait la même réflexion mon premier jour dans ma boîte actuelle.
    Nous étions deux à être nouvelles recrues ce jour-là et à suivre ensemble les formations d’usage et ma collègue newbie me sort à l’heure du dèj’ : tu as l’air de t’y connaître déjà, t’as déjà travaillé dans ce domaine ?

    Moi : non pas du tout, c’est la première fois !

    Elle : ah ben pourtant tu fais bien allusion, t’as l’air tellement sûre de toi ?

    Moi qui pataugeait dans la farine à me demander comment j’allais faire pour retenir toutes ces procédures obscures qu’on ingurgitait, ça ma regonflé à bloc !!

  6. le sourire c’est bon pour la santé surtout.
    et faut dire aux collègues d’apprendre à faire la vaisselle. une tasse qui sent encore le café… jamais vu ça ! erk

  7. moi aussi je suis une accro a ma tasse de thé et la mienne est marron à l’intérieur à cause du thé et du fait que je la lave jamais … jamais ô sacrilège ou alors une fois tous les 2 mois

  8. Je me joins au concert de louanges – tu es un vrai manuel de survie au bureau…j’y penserai !

  9. Alors, tu vas me dire que je suis bizarre, ou que je ne suis peut-être pas dans le même cas que toi, mais je fais tout le contraire de toi :
    J’adore bondir de joie sur ma chaise de bureau quand j’au réussi à faire tomber identiques deux colonnes de chiffres. Je pousse un « Yeeeees !!! », doigt tendu vers le ciel quand j’ai réussi à lancer une impression sur la bonne imprimante.
    J’adore pousser à l’extrême ce genre d’enfantillage. Je trouve que ça donne un caractère bon enfant à l’ambiance du bureau.
    Et même si ça me donne une réputation de « déjanté », personne n’est dupe de la superficialité de cette attitude. Je suis sûr de mes compétences, et je sais tout-à-fait distinguer moments de pétage de plombs des moments de sérieux nécessaire.
    Bon, c’est vrai que le premier mois de mon arrivée dans la boite, j’avais commencé doucement… Mais au bout d’un mois et demi, le naturel revient au galop !

  10. Je vois qu’Aretha Franklin a du succès !!!
    Catherien, ta remarque est plein de sens, et me fait penser à une situation donnée… Ne pas faire infantile, oui, c’est vrai… J’ai encore des trucs à apprendre. Mais ça vient !

  11. perso je serais plutôt un mix entre toi et didou :-). il m’arrive d’être hyper zen et assurée et à d’autres moments je suis comme une gamine ou un chien enragé. bref, je ne change que dalle à ce que je suis d’ahbitude, au boulot, dans la vie de tous les jours je suis moi et j’ai tellement eu de mal à l’assumer que je ne chnagerais pour rien au monde et surtout pas pour entrer dans le moule.

  12. Bonsoir Fanette.
    Marigaz m’a parlé de toi dans un de ses com sur mon blog. Du coup, dans ma réponse, j’ai fait un lien vers ce billet …
    Excellente soirée.