Week-end à la campagne

humeurdujour4.jpg

Val a une copine, Fabienne ; Fabienne a des parents, comme pleins de gens, dépourvus de yacht, mais heureux propriétaire d’une maison au sud de Paris dans un coin mignon avec des maisons, des forêts , et un golf pas loin. Le genre d’endroit où il n’est pas désagréable de passer un moment.

Fabienne est cool… Quoique peut-être pas ; bon, je reformule : Fabienne m’aime bien, quoiqu’on ne se connaisse pas vraiment. Je n’ai pas fait de classe prépa, donc voyez, je ne suis pas dans l’élite de la France, mais j’aurais du (elle me le dit tout le temps : mais pourquoi t’as pas fait de prépa? t’aurais un meilleur boulot, merde, quand même. Intellectuellement, quand même, tu peux y arriver : vous voyez comme je fréquente des gens sympas, ils arrivent à reconnaître une intelligence à des gens si ordinaires qu’ils n’ont même pas fait de prépa. Au passage, je ne savais pas ce qu’était une prépa quand j’étais jeune, si, c’est vrai, et étudier beaucoup m’emmerde).

La maison des parents de Fabienne est assez grande, avec deux très grandes chambres pourvues de salle de bains en plus des quatre chambres des membres de la famille. Pourquoi ces deux grandes chambres? Ils ont d’eeeeexcelllllents amis qui vivent à l’étranger depuis toujours et quand ils viennent il faut les accueillir alors voilà.

Mais les parents de Fabienne utilisent peu leur maison, car, voyez-vous, ce n’est pas pratique en semaine ; bin non, car ils travaillent à Paris. Donc en semaine, appart dans le VIIIème, mais pas grand grand, c’est pour ça qu’il leur faut s’évader le week-end, vous comprenez. L’appartement fait à peine 100 m2, vous captez le cauchemar? c’est une misère mais ils n’ont pas le temps de chercher autre chose (le travail, le travail).

Et ce week-end, eh bien, ils s’évadaient pour se remettre de leurs boulots épuisants et ils étaient en long week-end au ski.

Parce qu’après, en février, il y a trop de monde et puis c’est trop mélangé. En janvier on est entre soi.

Bref, non, je n’ironise même pas, mais on s’en fout parce que du coup la Fabienne fête son anniv avec ses potes et invite Val et moi aussi.

Moi, si on me dit champagne et petits fours, je viens. On est peu de chose. Je suis gentille, j’ai un bon fond, pas snob, mais j’aime le champagne, le foie gras, le caviar et je n’en mange que chez les autres. Avec un peu de bol, des langoustine, ou du saumon, enfin bon.

En plus j’aime cette maison, elle a un côté moche des années 70 assez curieux.

Donc, départ en voiture sur les six heures, arrivée sur les sept, le groupe des Elus (ceux qui passent le WE, pas les ceusses qui viennent que le samedi) prépare une fondue savoyarde, ambiance pote.

J’aime aussi la fondue, ça tombe bien. J’aime moins l’ambiance on est tous super potes on prépare la fondue, soit les filles bossent les mecs aussi mais surtout picolent.

Avec un vin de pays, mais je t’en prie, ressers-moi.

Vers 10 heures du soir je vais prendre une douche : il y a quatre salle de bain chez Fabienne, mais je sais dans laquelle je prends ma douche : celle qui est gigantesque, avec les armoires en bois genre teck et un coin douche immense, carrelé, ça doit être un nouveau concept de salle de bains, c’est presque aussi bien que le champagne. Ils parlent tous, je suis peinard. Je pique les gels douche de marque de la mère, ils sont extra, je sens toute bon après.

Je redescend, j’écoute la conversation, c’est passionnant ; je rappelle que nous avons affaire à l’élite, ils ont fait des écoles de commerce ; donc ils parlent de la crise des sub primes et de Carla Bruni. Génial. Ils ont tous des théories, surtout un ou deux mecs, genre gros malins.

Vers minuit je me tire, je fais un tour dehors : c’est bien, ça sent bon la nuit, la campagne, l’humidité.

Oui, l’humidité, d’ailleurs après avoir fait le tour du jardin j’ai froid aux pieds et je vais pour rentrer lorsque j’entends une voix :

– Ils sont lourds, hein? (Voix dégoûtée)

oh, ça va. Le genre revenu de tout. Non, ils sont pas lourds, ils m’invitent dans leurs résidences secondaires. Lundi je mange au chinois avec ma collègue sénégalaise. Mais là je fais dans l’ultra conformisme social. La suradaptation. Sarko président, les pauvres ont tort, non?

– Non, je ne trouve pas, j’avais chaud.

Soupir. Je me demande lequel c’est, de toute la bande de potes.

– Heureusement qu’il y a Carla Bruni, dit-il.

Et là, je merde :

– On peut parler de Laure Manaudou, si tu veux.

Lui, surpris : Pourquoi?

Il doit pas se connecter des masses ; fou quand même. Je dis pour rien, je me sens nouille de lui expliquer. (Internet addict, et en plus fouille-merde).

Il insiste.

– Laure Manaudou, c’est celle qui joue du tennis?

Je rigole. C’est toujours agréable de rencontrer des gens à l’ouest, je trouve, moi ça me fait me sentir moins seule. Je lui dis qu’elle est nageuse. Je lui demande ce qu’il fait. Il étudie la théorie économique. Chouette. On discute un peu et on rentre, parce que j’ai froid.

A l’intérieur je constate qu’il est très mignon, en dépit d’un style curieux : des cheveux longs, une barbe pas taillée genre il a pas le temps (tendance négligée), un slim taille basse, un t-shirt noir avec un rapace et des gouttes de sang, un air tête à claque. Il me dit d’un air écoeuré qu’il ne supporte pas les amis de sa soeur.

– Bon, bin je m’en vais alors, dis-je.

Il est emmerdé : non non non pas toi. Toi t’es pas comme les autres.

– Oh ! super!

– Mais c’est vrai, dit-il d’un air vexé.

– Ah non mais c’est vrai, je ne suis réellement pas comme les autres.

Il va bouder.

– Je te jure, dis-je. J’ai même pas fait de prépa.

Il soupire.

– pff.

Puis son visage s’éclaire. C’est une enfant : une idée chasse l’autre.

– Tu connais Billy Bragg?

– Vaguement.

Il me propose de venir l’écouter. Je lui dis que j’ai envie de dormir, mais il a l’air plutôt sympa, enfin il a quelque chose, je vais dans sa chambre. Il m’informe qu’il s’appelle… Timothée. (C’est ma semaine : Pierre-Henri, Timothée… Je fais dans l’anecdotique) . Il ajoute qu’il n’est pas responsable du choix de ses parents.

Et alors là, que se passe-t-il? le slim? L’ambiance tardive, la fondue, le vin de pays? Les cheveux longs? Je me sens de venir toute… toute quoi? folle? molle? rêveuse? pré ado?
C’était bizarre, on s’est allongé sur son lit, il a mis la musique, et là, bon, je ne sais pas. On est parti dans un trip musical total. Il a énormément de matériel, et dès qu’il me mettait un truc, soit je connaissais et j’aimais, soit je ne connaissais pas et j’adorais. Moi j’ai un rapport à la musique tel que si j’aime un morceau je suis transportée et je pars dans un autre monde. Et là, comme ça, chez Fab, pas prévu, je me suis retrouvé, par la grâce du petit frère, transportée.

Publicités

25 réponses à “Week-end à la campagne

  1. Juste un conseil, arrete d’aller fureter dehors quand tu es invitee, tu ne rencontres que des gars avec des noms bizarres!!!!

  2. Tu peux au moins te dire que ce n’est pas tout le monde qui porte ce genre de prénom =)

  3. Je me souviens d’une après-midi comme ça, avec un mec rencontré sur Meetic, en lointaine banlieue parisienne et d’une fusion totale, musicale, physique, émotionnelle,…
    Un après-midi de grâce avec ce mec qui jamais avant ni après cet après-midi là ne me plaira.

  4. hé alors c’est tout???? chuis decuuuuuue mdr

  5. attention, la « vraie » élite a fait prépa puis école d’ingénieurs, pas une école de commerce!
    à part son t-shirt, il a l’air plus naturel et on dirait que le contact est mieux passé qu’avec PH

  6. Ah oui il a ENORMEMENT DE MATERIEL ???!!!
    C’est bien ça !

  7. quelle technique la ballade dans la nuit !

  8. Hahahaha je voulais faire la même blague que BIDOLOVE…. 😉

    Bon et maintenant, il se passe quoi ?

  9. j’aime beaucoup le style roman, mordant, épuré.

  10. Timothé, c’est très joli Timothé !!

  11. J’ai adoré te lire 🙂
    Super bien écrit! bravo! Enfin je dois ma répéter mais tu écris vraiment bien. En tout cas, tu me fais rire 🙂
    Bon et alors, tu as été transporté comment???

    Mes amis sont peut-être au ski avec les parents de fabienne tiens…

  12. effectivement il y a peut-être un lien de cause à effet entre le fait de sortir parce que tu t’emmerdes et le fait de rencontrer des mecs avec de drôles de nom, quoi que celui-là tu peux encore l’appeler Tim ça donne encore bien…

  13. attention, il y a élite et élite ! toutes les prépas ne sont pas bonnes et les meilleurs élèves n’ont certainement pas fait des écoles de commerce : les plus branleurs, si ! Et ne confondons pas instruction et culture !!!!
    bien, tu vas dans la chambre du jeune homme, tu écoutes de la musique sur son lit et … rien ?
    Tu tombes juste amoureuse de ses disques ?
    Ah, moi je veux connaitre la fin, parce qu’il y a forcément une fin !!!

  14. Ah la la quel suspense, bon la suite la suite!!

  15. Moi je suis 100% d’accord avec Louise. Sur tout! Et surtout sur la suite! 😉

  16. Comment ça « énormément de matériel » ??! 🙂
    Par contre les cheveux longs … hum moi c’est rédhibitoire quand même…

  17. Suffragettes : c’est à peu près ça.

    Zeste de citron : Ah mais tout à fait, je me suis dit après coup que c’était plus fun que Pierre-Henri.

    Annick lili et Yoyo : à force, en sortant me balader, je trouverais le bon !

    Cécile, Bidilove et Toupie : pfff… quel mauvais esprit vraiment.

    Illou : merci !

    Miss Brownie : Transportée comment? je cherche le terme exact.

    Chrisos : Que la vraie élite ait fait les écoles d’ingénieurs… je suis sûre que tu dois avoir des conversations agitées avec les anciens des écoles de commerces. Et les Prépa ScPo, hein??? C’est de la merde? ET les Khagne Hyoa khagne qui font des concours à celui qui se couche le plus tard et traduit le mieux Kant et Sophocle,mmmm? Bien aussi, non?
    Mais t’as raison, il y a eu contact.

    Camille : Timothée c’est joli selon le contexte.

    Louise et Petite Fleur : Primo, pas rien. Deuxio, non mais ça va pas de critiquer les écoles de commerce? hein?

    Floinnyc( et Julie) : Quelle suite? c’est fini, j’ai écouté de la musique et pouf j’ai dormi.

    Toupie : Moi je n’ai rien contre les cheveux longs, faut voir, c’est un tout.

  18. Dis, tu crois pas que si Fabienne tombe sur ce site, elle risque de ne plus jamais t’inviter ?

  19. Didou : Tu as peut-être raison. Mais je prends le risque. Je ne crois cependant pas que ce que je raconte soit hyper révélateur ; d’autre part, j’utilise quelques trucs pour brouiller les cartes ; ça peut aussi bien ne pas marcher. Mais je me sens assez tranquille.

  20. …ses parents non plus d’ailleurs : t’as quand même écrit que leur maison, elle a côté un moche des années 70. Pis t’as quand même pioché dans les gels douche de la proprio. T’aurais pas emprunté une de leur serviette quand même ?

  21. Et j’ai dormi dans leurs draps !

  22. Fanette, c’est pas bon de te lire le matin, le pire ce’est que je n’ai pas internet au boulo!
    COmment faire pour avoir lma suite!
    Suspens!
    Bonne journée ma belle!

  23. Je te découvre grâce à Drenka, et je suis scotché. J’aime beaucoup ta façon de raconter.
    Merci pour le w-e à la campagne

  24. Ah ah, bien écrit et vraiment rigolo =)
    J’ai quand même envie de te dire, tu te l’es tapé à la fin? Ok je me barre =)

  25. Ah merde, j’avais pas encore lu la suite.
    je me rebarre :0)