La réponse à la grande question sur la vie, l’univers et le reste

amber1g.jpg

(résumé de l’épisode précédent : Fanette, jeune étudiante venue de province et qui ne connaît pas grand monde dans la grande ville, se retrouve dans une file d’attente d’inscription à un TD avec Laurent, qu’elle ne connaît qu’un peu, et ils se découvrent par hasard une passion commune pour la SF, surtout le Guide du routard galactique).

Il me dit donc :

– Mais alors tu connais la réponse à la grande question sur la vie, l’univers et le reste?

Et je lui réponds avec enthousiasme :

42. (Don’t panic, j’ai mis un lien pour aider le néophyte).

J’avais un peu le sentiment qu’un américain fuyant une prison afghane qui aurait rencontré au souk de Baghdad un diplomate anglais aurait eu ressentir. J’exagère. mais bon. Je sortais de six ans de vie chez mon oncle Guillaume, aux côtés des chevaux, pour lesquels mon amour s’était fortement tenté d’ennui l’année du bac, et je n’étais pas habitué à rencontrer des amateurs de SF, qui pour moi était un plaisir solitaire.

– Je ne comprends pas, disait mon oncle qui n’aurait jamais lu un roman, mais respectait silencieusement et de réputation tous les grands auteurs français. Comment peux-tu lire Balzac et ça?

J’essayais de lui expliquer qu’il y avait une ambiance SF dans certains poèmes de Victor Hugo, par exemple la conscience (une chute merveilleuse : Quand il se fut assis sur sa chaise dans l’ombre/ Et qu’on eut sur son front fermé le souterrain/L’oeil était dans la tombe et regardait Caïn.) mais Guillaume n’était pas convaincu qu’un amateur de Sf ait sommeillé en Victor Hugo. Donc là, tout à coup, hop, je rencontrais un garçon plutôt présentable (aucune excentricité extérieure clairement indentifiable, ni vestimentaire, ni capillaire) et pouf, on partait chez les Vogons.

Laurent avait un côté star, et il était en deuxième année (un redoublant, il avait raté plein d’UV). Il était entouré d’une nuée de petites jeunes filles toutes plus ou moins semblables, allant du bermuda bleu marine avec polo et carré Hermès pur et dur à des looks plus tendances (de l’époque), et qui s’appelaient de noms comme Astrid, Marie-Aurélie, Alexandriane, vous avez bien lu, mais on ne choisit pas ses parents, et c’est eux qui vous nomment, Ségolène, Aude, Marie-Christine, Marie-Hélène, et une redoutable Leena, hein, rien que le prénom, et qui ajoutait à ce prénom (plus redoutable à l’écrit qu’à l’oral, car ça sonnait Lina, platement) mais surtout franco-américaine, d’une mère américaine, donc mais d’origine mexicaine. Au milieu de toutes les petites filles, on ne voyait qu’elle, et elle me détesta, alors que je ne demandais qu’à être son amie (j’étais en mode fais-toi des copains/copines, mode dans lequel je peux sympathiser avec trois pensionnats, un équipage de marins polonais et deux ou trois BD). Et moi, j’aimais la Sf, ah aha ah. Et elle pas. Mieux, elle avait choisi l’option : « je vais te débarasser de tes goûts regressifs », c’est moi qui dis régressif, mais elle trouvait que Laurent avait de mauvaises fréquentations et des goûts exécrables. Oh, tiens, je me demande s’ils sont ensemble. Oh tiens, Facebook pourrait m’aider? Plus tard. Rétrospectivement, je dirais qu’elle planifiait un mariage. Je ne l’ai pas vu du tout, attendu que même maintenant, je ne planifie aucun mariage. Donc à 18 ans, s’il vous plaît.

Donc, là, au milieu de tout ce monde, nos âmes se sont trouvées. Grâce à Arthur Dent (le routard galactique).

Alors, autant le dire, oui, j’ai été amoureuse, mais pas tout de suite. Je n’étais en mode amoureuse. J’avais un amour, à l’époque, et pas Laurent. Quand même, j’ai trouvé Laurent super, dans le genre dégingandé de mauvaise humeur. Un charme, vous savez, quand vous êtes jeune vous voyez vite du beau ténébreux, partout, enfin moi. Il n’était pas hyper beau, mais il avait un charme, et il était plus sombre que ténébreux. Mais bon, ça se rapprochait, c’était le concept. On s’est mis à parler à toute allure de pleins de trucs et on n’était aussi surpris l’un que l’autre. Malgré l’ironie mordante dont je fais preuve envers les Marie-Ségolène et Laure-Astrid (que je respecte complètement, car je suis devenu copine avec l’Astrid en question, une sorte de clone blond fin de race d’Anne Roumanoff), j’étais à l’époque vêtue d’un jean, ce qui pouvait faire vaguement négligé, mais j’avais un chemisier, une lavallière (c’était mon époque lavallière, en fait j’étais aussi fan de Rimbaud), et une veste – bleu marine – et – ah ah ah – des mocassins plats à glands.

Ceci est un coming-out, enfin j’avoue, oui, j’étais super ring’, mais alors, de chez.

Je conserve d’ailleurs encore une vague tendresse pour ce look. Je peux vous dire par exemple que si je vais chez tante Etiennette comme ça, ça déchire à donf’, elle croit que je suis enfin secrétaire. Mais bon, chez tante Etiennete, c’est un autre monde, donc on ne peut rien dire.

Je voulais en venir là, je vais y arriver : mon look et mes conversations antérieures avec sa copine avec qui j’avais sympathisé lors des inscriptions ne l’avait pas amené à me suspecter d’accointances avec les Vogons. Ni avec les Woëvres. Ni les vers des sables. Je le comprends. Je ne me ressemblais pas.

Donc, nous avons sympathisé, follement, comme deux groupies. Il s’est avéré que je lisais également les Princes d’Ambre. Ah ! Que n’avais-je pas dit. Le problème, c’est que je les lisais dans le désordre (je les empruntais en bibliothèque et je n’avais pas la patience d’attendre pour lire chaque volume dans l’ordre), et que je me mélangeais dans les personnages, sans compter que le récit est fait par le père, Corwin, puis par le fils, Merlin, et que je n’aimais pas Merlin (je n’aime pas les changements ; le narrateur c’était Corwin et puis c’est tout ; je n’aime pas qu’on me change mon narrateur en plein milieu).

Donc folie, dialogue, passion.

Nous ne nous quittions plus, enfin si, un peu. Leena, la sirène aux cheveux châtains, ne nous quittait pas nos plus. Elle était extrêmement désagréable avec moi. Laurent ne s’en souciait pas. Il nous traînait derrière lui, avec deux ou trois autres, comme un prince sa cour, et la laissait me balancer des vannes que je comprenais le soir (je passais des nuits à remâcher ma rage). Ma chance, c’est qu’elle ne supportait réellement pas la Sf.

Laurent avait d’autres copains : Aymeric, catholique et alcoolique ; Philippe, artiste et accro aux jeux de rôle ; Olivier, le sérieux bon élève qui travaille mais qui devait aimer les farfelus ; Franck, le pilier du café d’à côté, en fait informaticien dans un boîte quelques rues plus loin ; Arnaud, qui alternait entre « je suis un démon » , « je suis un loup-garou » et « je suis une entité extra-terrestre », buvait avec Aymeric et était en quatrième année de Deug (détail sympathique : il est devenu fonctionnaire dans je ne sais plus quelle administration).

En fait, ils voulaient tous plus ou moins coucher avec l’une ou l’autres des filles qui gravitaient autour de Laurent, surtout Leena. Il y avait aussi d’autres filles, mais si je donne les prénoms, ça va faire désordre. Plus tard.

Donc, grâce à Laurent et à ses fréquentations, ma vie est devenue charmante. J’allais en cours, seule, plus ou moins (je me suis aussi fait des copines). A part Olivier, et Aymeric par période, les garçons ne débarquaient en cours que vers 10 heures, voire onze. De plus, ils décrochaient vers quinze heures. Ils allaient au café. Franck allait au café vers une heure, restaient avec eux, revenait vers 15 heures trente, puis à 18 heures. Arnaud allait en cours au début, puis en janvier il commença à sécher et ce fut le début de la fin. En mai, il arriva en cours ivre mort avec Aymeric, ils vomirent tous les deux et je ne sais ce qui se passa (rien de grave).

Moi, j’allais indéfectiblement en cours et j’étudiais, avec mes vestes bleu marine et mes mocassins. Bon, mon look évolua. Je passai de la veste au blouson et du mocassin à la chaussures de sport. Ultérieurement, je découvris qu’on peut faire des effets de pull, d’écharpes et d’escarpins avec un jean. Hou, comme je devenais parisienne.

Je rejoignais la bande au café vers 16 heures, et je vivais des heures délicieuses. Nous ne faisions pas grand chose à part rire beaucoup, et fort, et des systèmes de quizz sexo-amoureux inventés par Arnaud et qui avaient beaucoup de succès.

To be continued on next thursday.

Publicités

18 réponses à “La réponse à la grande question sur la vie, l’univers et le reste

  1. Oh, « To be continued on next thursday. »
    Les boules, j’aime bien cette histoires, ça me tarde la suite…

  2. C’est très mal de rendre les gens accros à ce que tu lis, tu devrais avoir honte ! Non mais !

  3. C’est mal, mais que lis-tu? le routard galactique? Dune? Philip K. Dick? Les Prince d’Ambre, je viens juste d’en parler. ça ne peut pas être ça.

  4. La réponse à la grande question sur tout ça, c’est 42? c’est quoi ce bins?

  5. Tu vas me faire aimer le jeudi…. (Et je déteste déjà Leena.)

    Des mocassins à glands !! Je croyais que seul Nicolas Sarkozy mettait des choses pareilles, en son temps 😉

  6. Moi non plus, je n’ai pas du tout aimé Merlin, ni qu’on me change Corwin en plein milieu de la narration. Du coup, les 5 derniers bouquins, je les ai trouvés un peu nuls.

  7. @ Fanette : oups j’aurais du écrire « rendre les gens accros à ce que tu écris ». Tu as un côté addictif.
    Niveau lecture je l’avoue je n’ai jamais lu un livre de SF. Ouais je sais la honte… Mais j’ai un Philip K Dick qui doit arriver dans le courrier un jour peut-être si Amazon se décide à se bouger le derrière.
    Cela dit, le guide du routard intergalactique me tente étant donné la description élogieuse que tu en fais.

  8. Faut que je parle de tout ça avec mon frangin… ouhlala, tu me mets des trucs en tête, je te dis pas!!!!!!… ça s’entrechoque là dedans… ça a la saveur des après-midis de glande à parler SF avec la bande de copains de mon frangin… la couleur des cours séchés à la Fac, pour aller jouer au tarot au bistrot du coin… la noirceur de mon look d’étudiante fan de Dépâche Mode et Cure….
    Fanette, tu as le don de transporter les souvenirs…
    Jeudi prochain, je serai là… comme tous les jours d’ailleurs…
    bye

  9. ils ont tous raison, la suite????
    j’arrive là par un lien que tu as laissé… et je vais revenir!
    je ne lis pas beaucoup de SF, mais j’ai juste adoré « Hypérion » et ses suites…
    … faut attendre jeudi prochain pour la suite…?

  10. Et alors? La suite? Elle est où la suite?

  11. 42? bah tout va bien!!!!
    tu en a des choses a dire dit moi fanette !
    mais comment faisais tu avanat , fanette ???

  12. Bidilove : Comment je faisais avant??? je me demande.

    La suite jeudi prochain et pis c’est tout !

  13. J’ai connu les vestes bleu marine et les mocassins… Oui moi aussi mon style a évolué…OUF 😉 A jeudi alors !

  14. J’aime beaucoup le visuel là, en haut de l’article…

    Je n’avais pas d’amis vraiment branchés SF à l’époque (dans un lycée agricole… on parlait plutôt musique).

    C’est mon frère qui a contaminé la famille, il ne lisait quasiment que ça. Les grands classiques, Asimov, Van Vogt, K. Dick, Anderson, Bradbury, Clarke, Harrison, Simak, Sturgeon, Herbert, etc… Il a eu une période un peu plus stressante avec Lovercraft et Matheson, puis à son retour des Etats Unis (vers 78, je crois), il nous a inondé d’heroïc fantasy. C’était le gros trip familial, même Papa s’y est mis à cause de Tolkien, pis Vance (mhum, le cycle de Tschai reste comme un monument dans mes souvenirs), pis Fritz Leiber et Moorcock, à l’époque pas grand monde connaissait en France. C’était aussi le début des soirées Dongeons & Dragons, on se latait en famille…
    Mais bizarrement, jamais entendu parler du guide du routard galactique en livre, avant toi. Sais pas comment j’ai pu rater ce truc immense ! ! !

    Ou alors, je commençais à trop regarder les filles (mais pas celles qui lisaient de la SF, elles écoutaient plutôt Crosby Still Nash and Young, la bossa nova ou les groupes de rock, mods, ska, tout ça, pffff).

    Continues tes chroniques, c’est bien dit et bien écrit…
    Tu es promise à un bel avenir sous les étoiles et sur la toile, on dirait

  15. Moi j’aime pas la SF, mais j’aime bien te lire !!!

  16. Pingback: Ophélie (le feuilleton du jeudi). « le journal de Fanette

  17. Bonjour je ne te connais pas vraiment, je vaquais sur l’espace Web alors que je regardais H²g² et que je passais la commande pour recevoir les livres.
    Et après visionage et revisionage je me suis rendu compte que la réponse à la grande question de la vie, de l’univers et tout le reste etait beaucoup plus simple qu’on pouvait le pensez.
    Au moment ou l’ordinateur donne la réponse et signale qu’il va creer un ordinateur beaucoup plus puissant dont la vie fera partie integrante de son systeme.
    Mais au moment ou il désire donné le nom de celui ci il est brusquement interrompu.

    Et si cet ordinateur était tout simplement la terre qui parcours son voyage aux travers l’univers sans se soucier de ce qui les entoure et en vivant simplement leur vie sans faire de bruit.
    Plutot que se chamailler, se disputer, se battre, ironiser les situations, se moquer,…
    Alors à ce moment précis la vie prendrait tout son sens et plus rien ne pouvant vous atteindre du fait d’aucune aggression psychologique ferait de notre parcours sur cette planete un moment de bonheur infini.
    Bon çà se ne sont que les quelques pensées d’un ptit gars d’23 ans ^^
    Allez bonne lecture

  18. Pingback: Le soleil, à travers les persiennes, ou : Fanette in Slumberland « le journal de Fanette