Isabelle

 le-racisme-pour-les-nuls.jpg

Il y a des histoires au boulot, et c’est super chouette. Maintenant que je suis là depuis plus longtemps, je vois ça plus clairement. Les histoires au boulot, franchement, c’est Dallas, Balzac et Vicki Baum.

Au boulot, la personne dont je me sens le plus proche est Viviane, parce que nous partageons le même rapport avec la boîte, pour des raisons différentes : une sorte de distance intérieure (et nous sommes les deux plus récemment arrivées, elle deux mois après moi).

Après nous avons Isabelle, celle avec qui je fais les soldes (parfois). Je suis assez copine avec Isabelle.  Elle est secrétaire, tendance assistante.

Moi je suis, disons, responsable de projet. Il y a aussi d’autres responsables de projets, comme Anne, par exemple, ou Nina.

Diva est le bras droit de Marc, elle gère la société quand il n’est pas là. Marc a un frère et il travaille aussi un peu dans la société de son frère, donc le suivi global est assuré par  Diva.

Parfois c’est Diva qui va chez le frère et Marc reste là. (A ce niveau-là c’est parfois fouillis).

Isabelle est secrétaire, un peu assistante de Diva.  Imbue de ses fonctions. Elle se prend pour quelqu’un de très important. Elle me trouve sympa parce que je lui ai dit qu’elle était un peu l’âme de la société. Je ne sais pas pourquoi je lui ai sorti ça, une impulsion, et en plus j’étais ironique, j’ai parlé sans réfléchir et je me suis dit oh mon Dieu, elle va s’apercevoir voir que je me moque un peu et….

Mais non elle n’a rien perçu, et depuis j’ai un peu honte, car elle m’adore. Ma remarque lui a fait hyper plaisir (la pauvre).

Or, le pire c’est qu’elle n’est pas l’âme de la société, ou alors si, mais elle a une certaine influence sur tout le monde, donc c’est bon d’être copine avec elle. Résultat : alors que je me fichais d’elle, enfin limite, disons, elle m’aime beaucoup et ça me fait plein de petits avantages, donc j’ai honte, je culpabilise, et du coup je suis sympa avec elle.

Isabelle possède trois sujets de conversations principaux : son cul (trop gros, et qui la désespère), ses cheveux (elle les teint en blond platine) et son appart (elle achète). Son cul : il est trop gros / moins gros/ elle en a marre. Ses cheveux : elle va faire la teinture, a fait la teinture, ou va changer de teinture. Son troisième sujet de conversation est son appartement. Elle achète, avec son copain. Et elle s’interroge : est-ce qu’elle se marie? Maintenant ou plus tard? Et elle n’aura qu’en enfant. C’est sûr. Les enfants ça fait grossir et ça abime les seins.

Les rapports de Viviane et Isabelle sont complexes. Isabelle m’a annexé dès mon arrivée, en m’entourant d’une grande gentillesse mielleuse. Quand Viviane est arrivée, j’ai sympathisé avec elle, de façon beaucoup plus intime qu’avec Isabelle, qui a du se snetir menacée.

Isabelle respecte Viviane, mais avec prudence. D’abord, Viviane est noire. Mais Isabelle n’a rien contre les noirs : après tout, ils sont nés comme ça.  Tout de même, Viviane a une maîtrise d’anglais. Les sentiments d’Isabelle envers la maîtrise d’anglais de Viviane sont ambigus. Une maîtrise d’anglais, c’est respectable. Mais ça ne sert à rien. Isabelle, elle, a fait un truc utile : un bac G, je crois, puis un truc de secrétariat. Elle a appris la sténo. ça ne sert à rien, précise-t-elle, mais c’est formateur. Elle a travaillé dans des tas de boîtes. Elle est très fière de ses compétences sur Word. Sur Excel, rien. On ne parle pas du reste. Elle a fait des stages d’organisation. Pas Viviane. Isabelle tient à ce qu’il soit bien clair que Viviane est, certes, diplômé, mais d’un truc qui ne sert à rien, alors qu’elle, Isabelle, n’est pas aussi diplômée, mais a fait des trucs qui servent. Du reste, on a engagé Viviane comme standardiste. Standardiste. Pas secrétaire. Standardiste parce que vraiment Isabelle ne pouvait plus tout faire et en plus répondre au tél. Viviane est presque l’assistante d’Isabelle, en regardant bien. Viviane le savait quand on l’a engagé. On l’a pris avec maîtrise d’anglais parce qu’elle était noire. Une Française, on ne l’aurait pas pris avec maîtrise d’anglais. Diva s’est dit que quitte à engager quelqu’un, autant qu’il soit diplômé. Mais une noire diplômée sera moins exigeante qu’une blanche diplômée. Tout bénef. En plus, la boîte a un avantage fiscal, mais je ne sais plus pourquoi.

Isabelle garde cependant un scepticisme prudent. Bien que Viviane soit noire, elle pourrait s’avérer compétente (voire ambitieuse  : on ne peut être sûre de rien). Si tel était le cas, ses compétences pourraient excéder celles d’Isabelle.  Isabelle reste tranquille du côté de Diva (elles partagent le même avis sur Viviane, dont on espère qu’elle saura rester à sa place) ; mais tout de même prudente envers Viviane (au cas où). Une prudence tous azimuts : devant Marc et Diva, seule en leur présence, elle émet des réserves courtoises, mais perceptibles, sur la limitation de le confiance que l’on peut accorder à Viviane. Elle y va doucement, car si nul ne peut soupçonner Diva de sympathie pour Viviane, Marc a un faible pour elle, visiblement. Devant les responsables de projets, qui semblent tous sourdement pro-Viviane, on peut même se demander si certains ne préfèreraient pas que Viviane remplace Isabelle (et pourtant elle est noire), Isabelle a une attitude beaucoup plus paternaliste (mais intérieurement amère). Devant moi, inexplicablement, elle se laisse aller, ce qui est d’autant plus surprenant qu’elle sait que je suis amie avec Viviane. Mais moi ce n’est pas pareil. Elle a raison, ce n’est pas pareil. Je ne sais pas pourquoi, mais moi ce n’est jamais pareil. J’attire mystérieusement la sympathie des gens, je ne sais pas pourquoi.

La semaine dernière, Isabelle m’a dit à propos de Viviane :

– C’est bien qu’on ait quelqu’un comme elle, quand même.

Je tapais un truc et je lui ai dit machinalement : « Oui, le téléphone c’était lourd pour toi.

C’est la formule consacrée : le téléphone était « lourd pour Isabelle, donc on a engagé Viviane ». Je dis ça tout le temps, ça m’évite de réfléchir.

– Oui mais elle est noire, a dit Isabelle. C’est bien d’avoir une noire.

Je l’ai regardé, sans trop voir le truc.

– ça fait moderne, m’a dit Isabelle. ça fait ouvert d’esprit, tu vois. Et puis les noirs, c’est mieux que les rebeu.

(Elle parlait en baissant la voix parce que l’une des responsables s’appelle Samia).

Publicités

36 réponses à “Isabelle

  1. unefilleordinaire

    J’en serais presque à dire que cette histoire se passe de commentaires… mais la blonde à gros cul, hum. (Elle n’est pas née dans une coque à huitre par hasard?).

  2. yoyo le seul le vrai

    Honnetement c’est vrai… une noire c’est mieux qu’un rebeu… pour gagner le 100m aux jeux olympiques! (a t on deja vu un rebeu gagner le 100m des Jeux hein??!!!) par contre, je preferre le couscous fait par un rebeu, question d’experience je crois, comme je preferre la biere belge, le vin francais, les voitures allemandes… non ce ne sont pas que des cliches!!!!

  3. Il est stressant ton post !!! Mais je crois que je comprends tout à fait ce que tu décris. Il y a des gens qui n’envisagent pas les autres sous l’angle personnel, mais en fonction de critères basés sur l’apparence et l’aspect extérieur. Ils ne regardent pas ce que sont les gens, mais leur image. Je ne sais pas si je suis claire. Une femme à la peau noire, ce n’est pas une personne, c’est d’abord une femme à la peau noire. Ce type a une grosse voiture, il a réussi. C’est triste.

  4. Pour Isabelle, c’est un peu ça, mais Viviane est une collègue, elle est là tous les jours. Là, je ne sais pas comment expliquer, ça dépersonnalise Viviane comme si elle devenait un meuble ou une affiche. ça me donne le vertige. Il est arrivé qu’on déjeune ensemble, toutes les trois, est-ce qu’Isabelle est rentrée chez elle en se disant qu’elle avait mangé avec une noire et qu’elle avait les idées larges?

  5. GOSH.

    rien de plus à ajouter.

  6. Très intéressant ton post.

    D’abord parce qu’il montre la complexité des liens au coeur d’une société qui « vit » en vase clos. Tout le monde pense quelquechose de tout le monde, en bien en mal ou entre les deux. Et chacun ne montre ce qu’il pense que d’une manière très selective (dans ces cas, dire ce qu’on pense est la manifestation d’une confiance mutuelle, en opposition avec la façade politiquement correcte que chacun arbore).

    Ensuite parce que tu nous as provoqués et que je suis tombé dans le panneau. Je te cite juste :
    « On l’a prise avec maîtrise d’anglais parce qu’elle était noire. Une Française, on ne l’aurait pas prise avec maîtrise d’anglais.  »
    Je souligne cette phrase au cas où, comme trop couramment, certains ne feraient pas attention à la pointe que tu as subtilement placée.
    On a tellement l’habitude de penser que les Français sont les blancs, et que les autres ne sont pas Français, juste des immigrés (sans majuscule, remarquez bien)…

    Bien triste tout ça…
    Allez, dans 30 ans, ça ira mieux…

  7. Viviane est française, je l’ai dit? Non, je ne l’ai pas dit. Je croyais que si. Mais ce n’est pas le problème, ou si – je ne sais pas, en fait. Elle a passé la moitié de sa vie au Sénégal.
    En fait, je ne sais pas analyser pour savoir où est le problème, sauf qu’il y en a un. La couleur sépare. Isa belle m’a dit aussi une fois que c’était bien que je m’entende bien avec Viviane, après j’ai passé plusieurs jours à me demander : est-ce que je m’entends avec Viviane parce qu’elle est noire? Ou parce qu’elle est drôle? Ou parce qu’elle est très fine? Est-ce que c’est raciste si je trouve qu’elle est drôle comme une noire parce qu’elle fait des blagues ou dit des trucs qu’une blanche ne dirait pas?
    Quand Isabelle vient nous parler et qu’on se marre, est-ce qu’elle fait ça parce qu’elle veut montrer qu’elle peut même aller rire et parler avec une noire? Ou est-ce qu’elle s’amuse vraiment? Parce qu’elle n’a pas l’air de se forcer – alors?

  8. Tiens, c’est marrant que tu parles de ça, je me demandais justement sur mon blog si on devait parler de ce qu’il se passe à notre travail.
    T’as pas peur que qqun tombe dessus ? Ce sont les vrais noms que tu emploies ?

    Sinon, ce que tu racontes ne m’étonnes pas du tout !

  9. Eh bien, raconte ce qui se passe dans ton travail.
    Tout ce que je raconte est pris dans une sorte d’hypocrisie engluée, difficile à expliquer. Je ressens un malaise, mais je ne sais pas mettre le doigt sur le problème.

  10. là où je travaille il y a de tout aussi au niveau des couleurs, des origines et des façons de penser, en plus il faut rajouter la langue (français et flamend), ça fait un mic-mac pas possible. la lenteur des noirs, le j’m’enfoutisme des arabes, le bosse/bosse/bosse des flamands, le j’ai le temps des wallons…. le boulot c’est une vraie société miniature…

  11. Et dire qu’il y a des gens qui pensent comme ça. C’est con mais je n’arrive pas à m’y faire… Vraiment ! Et il ne vaut mieux pas, j’aurais des envie de coup de pied dans son GROS cul !

  12. Euh en fait je crois que tout ce récit se passe vivement de commentaires!

  13. C’est triste les gens qui pense comme ça!

  14. Oh, je me suis relue et je trouve que je ne suis pas claire !!! Je voulais dire : certaines personnes, donc, qui regardent les gens vu de l’extérieur vont voir un type avec une grosse voiture et penser qu’il a réussi professionnellement, l’admirer etc.

  15. Ben moi j’en ai une qui fait ça pour tout le monde : d’ailleurs nous avons eu des collaborateurs de toutes les couleurs et de tous les horizons…moi je trouve ca très bien, on embauche les personnes suivants leurs compétences pas leurs couleurs de peau! mais je ne suis pas pour le crier sur les toits, c’est nul comme démarche !

  16. Ca me laisse toujours sur le cul se genre de comportement mais le plus triste est que je bosse dans une boîte où il y a exactement zéro personne noire…
    Pire une cadre a même lancé un « Elle rêve celle là » en recevant le CV d’une jeune fille noire …

    Certaine personne sont ignobles!! 😦

  17. Isabelle a les yeux bleu, Isabelle a les yeux bleu… lalala… Isabelle a les yeux bleu, Isabelle a les yeux bleu… lalala…

    Viviane, Nina et les autres… on en sait rien et on s’en fout!!!

    lalala…

  18. Tu vas droit au but, Fanette, comme toujours…
    J’ai « quitté » le monde du travail il y a dix ans maintenant… le « vrai », celui qui fait sortir de chez soi et vous oblige à cotoyer des collègues … ou à les supporter…
    J’ai eu tant de réflexions… débiles… suite à des situations dans lesquelles j’évoluais…
    Comme de donner ma première fille en garde à une nounou appelée Noura…
    Comme de passer mon temps avec mes collègues antillais, assistant à leurs mariages, étant même choisie pour être la marraine d’un des bébés qui ont suivi… apprenant le créole…
    Comme de laisser ma fille aînée être amie avec la petite sénégalaise de sa classe…
    Comme de dire que nous risquons d’être mutés à l’ile de la réunion…
    J’ai tant de fois eu l’impression de braver les interdits, alors que j’étais juste en train de faire ma vie, au milieu de tout le monde…
    J’ai rien changé à ma façon de faire…
    En lisant ton billet, ça me conforte dans l’idée de continuer à travailler chez moi… le monde est trop con… des fois…
    bye…

  19. Argh! j’ai été scotché à ton récit du début à la fin!
    c’est incoyable des gens comme cette Isabelle !
    C’est vraiment ignoble ce genre de comportements! ça me fâââche tout rouge!
    Pfou pense à mettre des cafars sous son gros cul à l’autre!
    groooooos bec 😉

  20. C’est triste qu’Isabelle prenne Viviane pour une sorte de bête de foire. C’est latent comme racisme et c’est malsain la situation que tu vis. Tu as une position délicate.

  21. Les histoires de boîtes, c’est fan-ta-s-ti-que. Dans un petit monde se rejoue l’histoire de la vie, du monde avec les guéguerres, les amourettes, les dominés, dominants, les idées, les pensées, les penchants, les combats, les manipulations,..Ca en fait des choses,…que tu as finement analysées.
    Dans l’idée je suis plutôt pro Vivianne. Et puis je n’aime pas les gens qui en sont encore à ces idées « c’est bien d’avoir une Noire » alors qu’on est en 2008.

  22. Ah, la différence !!!! Elle est tellement difficile à accepter pour certains !!!

  23. Moi Isabelle me fait penser à la boulangère dans le film Paris, c’est tordant son côté j’adore les beurettes!

  24. En tant que femme noire et parisienne de souche, je pense que le racisme social fait bien plus de ravages que la discrimination raciale. Combien de fois ai-je entendu dire : « C’est fou, on ne dirait vraiment pas que tu es noire ». Tout simplement parce que je n’ai pas grandi dans une cité, que je m’exprime dans un français impeccable, sans accent, et que j’ai fait des études…

  25. Sheily, je ne suis pas habituée aux nuances du racisme, mais en te lisant je me dis que c’est ça. Le racisme social comme tu dis. Car Isabelle ne me semble pas « raciste » de façon primaire, c’est-à-dire dans l’idée que je me fais du racisme primaire. Elle a plutôt une attitude assez bizarre, que je n’analyse peut-être pas bien non plus, ou pas totalement, envers Viviane, qui est une « noire bien », avec effectivement ce sous-entendu qu’elle devrait ne pas être bien, non parce qu’il y a des gens « pas bien » mais justement parce qu’elle est noire.
    Qu’est-ce que c’est difficile de parler de ça, enfin d’écrire… Je me demande si je fais un blocage perso ou si c’est dur pour tout le monde.

  26. pathétique la dame Isabelle elle aussi là pour le coup… mais à croire que le 25 février c’est la saint Isabelle car moi aussi j’ai une Isabelle dans mon entourage, même qu’Isabelle elle est sortie plusieurs mois avec celui que je croyais parfait pour partager du cocooning, tu sais le fameux instant de bonheur. Alors Isabelle, elle a la trentaine passée et une super situation, sauf qu’Isabelle elle n’a pas d’enfant et moi j’ai un enfant… Alors Isabelle vit mal sa crise de la maternité alors elle voudrait que son ex, et finalement le mien aussi, lui fasse un enfant. Mais lui il en a déjà un et il ne veut pas d’Isabelle dans sa vie. Alors Isabelle, la pas belle, elle a dit à tout le monde autour de notre ex, que lui et moi et bien c’était que pour le …, tu vois? En plus d’être pas belle, Isabelle elle est vilaine. Et avec un peu de recul, moi j’ai jamais vraiment eu le feeling avec les Zizabelles…

  27. Sympa ta boîte !!!!
    Au fait les prénoms sont les vrais ?

  28. Fiou! Isabelle a peur a ses fesses, elle a peur que Viviane la remplace, et bien, belle compétition, pour elle, elle devra performer pour garder son standing de poste.

    Pauvre toi, prise là dedans, ah! les filles de bureaux, j’ai bien connu cela, que de jalousies intestines pour rien.

    Bon mardi et bisous de ta p’tite cousine du Québec.

  29. Marieke : les prénoms sont faux.

  30. yoyo le seul le vrai

    les prenoms sont faux??? la Diva ne s’apelle pas vraiment la Diva alors??? qu’elle deception… 🙂

  31. Yoyo : moque-toi.

  32. yoyo le seul le vrai

    Fanette qui aime bien, chatie bien… quoi? tu trouves que je te chaties trop… mais c’est que je t’adore enfin… 🙂

  33. Oh mais piquez là voyons !!m!!

  34. Waoooh… Ça met une claque ! On a souvent tendance à oublier le racisme.
    D’ailleurs, j’ai toujours trouvé ça bizarre. Pour moi, être noir c’est comme être roux. (Remarquez, le « racisme » anti-roux, ça existe aussi…)
    Le pire, c’est qu’il est impossible de changer la mentalité d’une personne comme Isabelle… Je crois qu’elle est totalement inconsciente que ses idées sont absurdes.

    Comment est-ce que Viviane le ressent ?

  35. Mon Dieu, c’est horrible! Tu dois serrer les dents plus d’une fois! Je te souhaite bon courage…

  36. eh bien, ta collègue Isabelle ne serait pas la fille cachée de Jean-Marie Le Pen? apparemment, en lisant ta description, elle n’a vraiment rien pour elle! c’est trop injuste ahah
    personnellement je ne pourrais pas supporter: j’avais une collègue qui était la fille de la boss et elle nous sortait aussi des petites réflexions comme ça: « aaa j’aime pas les métisses », « je reste qu’avec des gens blancs et blonds comme moi »…etc. bah on a pas hésité à la remettre à sa place la cocotte ^^