Vive les virus, vive les vacances (ou : pouet pouet)

blagueuses.jpg

Au bureau, en ce moment, l’ambiance est légère.

Paaaat a disparu ; enfin pas vraiment, après avoir emprunté l’informaticien roumain de nos voisins, ce qui a beaucoup fait rire Ben et Lui, il est retourné dans ses bureaux, nous abandonnant dans le nôtre. Marc s’est désintéressé de la chose, dans ses hauteurs, il s’occupe de « clients » (activité sacrée, dès qu’il y a du client dans l’air, plus personne ne respire) ; Diva n’y comprend rien. Elle croyait qu’un anti-virus c’était un peu comme un routeur ; ça fait toujours très plaisir de se rendre compte que des gens qu’on n’estime pas sont vraiment cons. On se sent plus intelligent, c’est hyper gratifiant.

On a pu dire pendant plusieurs jours « ben oui, mais avec le virus !!! » (sous entendu on ne peut pas travailler) et là j’ai ressorti quelques sauvegardes, à moi, hein, j’ai pas été faire des fouilles dans le bureau des autres. Chacun sa sauvegarde. J’ai pas trop frimé, il y a des jaloux, mais un peu quand même. Maintenant on sait que je suis prévoyante. Héhé. Il ne faudrait pas qu’ils me croient trop prévoyante non plus. Dosons.

Constantin a bossé. Il est impressionnant. Ses yeux sont rivés sur l’écran et il tape à toute vitesse sur le clavier en remuant les lèvres. De temps en temps il s’arrête et tombe dans ses pensées. On a peur de venir lui demander un truc. Il ne parle pas. Je ne l’ai toujours pas vu sourire. J’ai quand même regardé des images de la Roumanie avec Ben, ça a l’air bucolique. Mais qui dit bucolique dit agricole, qui dit agricole dit pas industrialisé, et de mes études j’ai gardé une idée forte : pour un pays équilibré, il faut un développement harmonieux des secteurs primaire, secondaire et tertiaire. Basique mais j’y tiens. Si le pays est agricole et essaie de passer direct à la case service en sautant l’industrie, moi je ne suis pas convaincue. Je n’entamerai de débat avec personne, mais entre agricole et service, il y a formation, et la formation c’est urbain, en milieu rural c’est dur, éparpillé, on a besoin de pleins de gens, d’instit et de profs, pour tout former, c’est le bordel, alors que la ville, c’est centralisé; alors ça fait quoi? ça fait des urbains formés, des ruraux négligés, le bordel, la pauvreté, la transition économique difficile, etc. Bref, la Roumanie ça doit être sauvage. En plus, d’après ce que j’ai lu, l’injection violente du capitalisme dans des sociétés plutôt (disons) agricoles, justement, ça fait des riches très riches et des pauvres très pauvres. Et après, quand ils viennent chez nous, on les vire à coup de pompes dans le cul ; vive l’Europe.
Quoiqu’il en soit, Constantin semble plutôt formé. Il parle anglais et allemand (entre autres – et roumain et français).

Mardi, la Diva a parlé de son âme slave. Ou de son regard slave. (Si quelqu’un a des infos sur les regards slaves, il me dit – on méconnait les slaves, dans ce pays, le charme latino je capte, mais slave j’ai pas le concept ; de toute façon on n’y était pas).Constantin s’est levé, et lui a fait un cours sur le roumain et la formation de la Roumanie, d’où il ressortait que les Roumains étaient un peuple antérieur à la venues des Slaves, fortement romanisés, et le roumain la langue la plus proche du latin, à l’exception du catalan. La Diva n’a pas pipé, elle est remonté fissa dans son bureau; mais on a bien capté que les Roumains n’étaient pas slaves, je crois.

Mais ça a rendu l’ambiance encore plus cool, au final : comme les vacances. Diva s’est planquée en haut, on savait tous que Paaaat avait fait une connerie, alors on a fait des blagues comme des gosses. On est tout fous : la cafetière coince? On n’arrive pas à ouvrir un tiroir? Jema dit : »On appelle Paaat? » et on se tord de rire. Même Constantin capte, il tourne la tête vers nous et nous regarde, et on perçoit, sur son visage immobile, l’ombre, ou le frôlement d’un sourire passer. On défile sur le seul PC pas en réseau qu’on a, que normalement c’est pas cool qu’il soit pas en réseau, et Paaat a renoncé à l’installer, on est très poli les uns avec les autres, mais si, non mais toi d’abord, non mais toi c’est plus urgent.

Isabelle : Heureusement qu’il n’a pas réussi à le mettre en réseau finalement, ça nous arrange!

Viviane: mais il l’avait prévu, tu rigoles !!!

Et on se marre. Il nous en faut peu. L’humanité est peu de choses, et pour souder, il faut mettre une personne à détester aux gens, c’est dingue comme ça fonctionne.

On est sensé bosser sur papier.. ouais, enfin sur papier, quoi.. on sait même plus utiliser des stylos. Pour faire solidaire et s’occuper, on s’est partagé une relecture de quelqu’un, mais on rigolait en relisant, chacun à notre bureau, les pieds sur nos poubelles, les feuilles sur les genoux. On ne savait plus où on en était. Quand Diva descendait, on prenait l’air sérieux, on se posait des questions techniques, elle savait pas si c’était du lard ou du cochon, elle nous sentait moyen, je crois.

Isabelle était aux anges ; elle naviguait entre le haut et le bas et faisait son importante. Elle montait en faisant chut, chut et en pouffant, car elle était la seule à être amenée à aller à l’étage, et elle voulait bien montrer qu’elle y allait tellement morte de rire qu’elle risquait de perdre son job. Nous, on repouffait dès qu’elle avait disparu. Des gosses; elle redescendait en faisant des mines :Non mais hé on vous entend rire non mais c’est pas sérieux écoutez non mais moi quelle est ma position hein? Moi je suis entre ici et là-haut quoi.

– Bah, t’inquiète pas, lui a fait Françoise, une vieille de la vieille, cheveux courts, et gris, toujours tirée à quatre épingles et sérieuse, ils ont trop besoin de toi ils peuvent pas se passer de toi.

Viviane tourne violemment la tête pour se plonger dans la contemplation de l’arbuste de l’autre côté de la vitre.

Ben et Lui rentrent à tout bout de champ dans l’open space en disant :

– Salut les glandus !!!

– Les rôles sont inversés, pour une fois, lance Viviane.

-Oh l’autre eh comment elle nous casse eh oui viens on se tire.

Mais ils n’en font rien. Alors avec Viviane on va boire un café dans leur trou, et on cause.

A midi, on va au resto, tous, et puis dans la foulée on embarque Ben, Lui, Catherine, Hichem, la secrétaire à couette et le héros du jour, Constantin. Je n’aime pas aller au resto avec le boulot, mais là c’est la fête. On prend un apéritif et du vin, hop. On parle, on rit, on est insupportables, comme tout groupe qui se respecte. On fait un peu parler Constantin, mais il n’aime pas. Laconique, ça a été inventé pour les Spartiates, mais pour lui aussi. On lui offre le repas, et on lui dit qu’il n’est pas obligé de se presser pour nettoyer le PC, nous on est cool, on est cool, quoi.

On se refait un peu de relecture/correction, mais mou, et après je vais reboire un café avec Ben et Lui.

C’est long, quand on ne travaille pas. Je vais sur les blogs de chez Ben.

Il y a une odeur de printemps. D’ailleurs, les arbustes de la cour bourgeonnent.

On s’en va les uns après les autres. La Diva enrage. Mais elle ne peut pas nous dire de rester. Elle nous invite à la solidarité envers Constantin.

– Pas de problème, dit-il.

On se barre tous, comme des gosses qui ont fait une farce à la maîtresse.

Il n’y a pas de pires gosses que les adultes.

Lui est toujours mignon. *soupir*

Publicités

27 réponses à “Vive les virus, vive les vacances (ou : pouet pouet)

  1. J’ai un problème avec ma machine à laver aujourd’hui. Alors, après avoir lu ta note je n’ai pu m’empêcher de me dire :  » T’inquiète, Louise, appelle Paaat ! » et ça m’a fait rire.

    Bon week end Fanette.

  2. On est méééchantes….

  3. J’ai une copine moldave … et quand je pense à son regard .. je dirais qu’il peut être froid et virer en une fraction de seconde en un regard sensuel et sauvage … et inversement …

    En fait c’est bien connu … les slaves ont une beauté froide … alors pourquoi ça ne marcherait pas pour le regard ?

  4. Excellent le dessin 🙂

    J’ai mon babycook qui fonctionne mal, tu peux m’envoyer Paaaaat? 😉

  5. On a toujours besoin d’un « con du bureau ». Unis contre lui, c’est ça qui fait tenir!! Mais toi, c’est la grande classe, car tu en as plusieurs!

  6. Ca fait du bien de temps en temps d’avoir une ambiance complètement déjantée !
    Ca soude beaucoup l’équipe en fait…

    Et Constantin, il va être embauché à temps partiel, ou c’est juste le pompier de service ?

  7. Zeste de citron : Les Roumains ne sont pas Slaves. Si tu insistes, je t’envoie Constantin.

    Pivoine : va falloir voir, Paaat est busy, là… je crois que la photocopieuse de ses bureaux va pas fort…

    Sheily : Oui, moi, en con du bureau, j’assure, et on peut sourire de l’un avec l’autre, c’est plein de retournements de situation!!!

    Didou : Oui, tu as tout à fait raison, ça soude l’équipe… Quant à l’embauche de Constantin, je doute… Enfin on verra. Tu imagines : une Noire, un Roumain… On va le mettre sur la brochure : notre entreprise est totally équitable, rinçable à l’eau claire, ne pique pas les yeux, aux normes CE.

  8. Ben tu vois, ça marche bien l’échange crétin contre roumain ! 😉

  9. ah comme j’aime les journées non productives de ce genre au boulot. On fait rien certes, mais ce sont des bonnes journées de rapprochement entre collaborateurs je trouve…

  10. unefilleordinaire

    sympa le taff :p

    ( je ne t’oublie pas, je te fais ton article ce WE)

  11. Ah non ma copine elle veut pas qu’on dise qu’elle est roumaine ! ^^
    Enfin je savais que je disais une boulette quand même … tanpi …
    Sinon tu peux aller lire la suite du récit pour satisfaire ta curiosité =)

  12. J’adore quand le système plante et qu’on a une bonne raison de ne pas bosser en râlant sur l’informatique 😀
    Enfin surtout si l’accès à Internet marche encore 😉

  13. On dirait qu’il y a de l’ambiance !! C’est bien ça et il faut que ça dure !!

    Sinon, pour les Roumains, c’est bien ça….

    Le charme slave? Les cheveux blonds évaporés, les yeux très clairs, généralement des pommettes un peu saillantes et un teint diaphane…..

  14. Pour une fois je suis le veinard de service, on a cette ambiance legere au boulot sauf qu’on s’entend tous tres bien et qu’il n’y a pas de tete a claques… dingue hein???!!!

  15. Silphi : Un roumain contre un crétin… On y gagne. En plus j’ai appris des tas de trucs sur la Roumanie (j’ai peur de gaffer – s’il me foudroie avec ses yeux je tombe morte de peur).

    Julie : Ah oui, ça rapporiche !!!

    Une fille ordinaire : OK, je l’attend.

    Zeste de citron : t’as raison, je vais brancher Constantin sur les Moldaves, un de ces quatre… ça doit être comme les Anglais et les Irlandais…

    Miss Brownie : Pour l’internet je vais chez les voisins…

    Camille : je note pour le charme slave…

    yoyo : mais c’est le pied!!! veinard !!! Non mais nous aussi, ça va, mais là, on a vraiment glandé!!

  16. Hier j’ai fait une razia à la fnac… je me suis achetée un portable et tout ça qui va avec! Mais yavait pas de roumain fourni avec… même pas de Paaat!

  17. En Suisse, on a ( ils ont, car moi je m’en fout) peur du plombier polonais…!
    Ch’sais pas si en plus on devrait avoir peur du roumain?

  18. Ca pétille, ça mousse, c’est cool ton bureau urbain! Constantin reste le seul sèrieux alors? Il se passe un truc entre lui et la Diva, ils chantent?Il n’y aurait pas un 5ième élément caché en haut avec la Diva?

  19. Encore un article bien sympa à lire ^^

    « Eeet TOP quelle est la capitale de la Roumanie ? Je suis, je suiiis ? »
    Vous avez 5 secondes…

  20. Et pourquoi les choses n’avancent pas avec le fameux «Lui»?

  21. Super !!! Un jour de vacances au boulot !!! Extra, le Paaaaat !!!

  22. Ca c’est cool pour un vendredi, ca donne déjà un air de week end !

  23. Lire ton billet avec 20°, la porte fenêtre ouverte et la tondeuse qui m’attend, ça redonne encore plus un air de vacances dans ma tête… et puis « relire » Lui dans la foulée, ça me donne un air romantique par dessus… de quoi aborder un bon week-end!!! Bisous Fanette!!!

  24. Le regard ch’ti (imbibé) le regard corse (méfiant) le regard italien (matteur) je veux bien, mais le regard slave, c’est quoi ?

  25. Et alors, c’est réparé ou les vacances continuent lundi?

  26. la blague a déjà été faite mais si on pouvait appeler Paaaat pour mon sèche-linge ça me rendrait une fière bretelle 😀

    missBrownie que je viens de lire quelques comm’ plus haut: non mais ça va pas? :O à mon boulot c’est après MOI qu’on râle quand l’informatique ne marche plus (ils disent que c’est parce qu’ils ne peuvent plus bosser mais à mon avis c’est aussi parce que l’accès au net flanche en même temps :D)

  27. Sympa l’ambiance! Dommage pour vous que ça ne puisse durer indéfiniment…
    Je connais un peu, je suis à l’étage des grands patrons (par hasard je vous assure), et comme ils sont officiellement basés à Paris, et ne sont à Montréal qu’une fois par mois, et que tous ceux sur l’étage relèvent d’eux, ben c’est vrai que le couloir se transforme souvent en café. Mais c’est marrant et c’est carrément moins difficile de se lever le matin pour aller bosser!