Week end

200502681-001.jpg

Sandrine m’adore. C’est déconcertant. C’est la copine de Lui. Je suis contente qu’elle m’aime, je suis contente que tout le monde m’aime, d’ailleurs, tant qu’à faire, mais il arrive que l’amitié soit encombrante.

Et alors Sandrine décide qu’on va sortir entre filles, elle, moi et d’autres. C’est-à-dire qu’elle m’appelle, samedi, pour m’expliquer qu’on va sortir entre filles.

Mais moi je ne voulais pas sortir entre filles. D’abord j’aime pas sortir entre filles, et puis j’avais prévu autre chose.

En gros, mon planning du samedi, c’était mon linge, mes cheveux, une après-midi je prends soin de mon corps (côté peau, si vous voulez) et un rendez-vous avec une copine (Val) pour aller chez des gens (à Paris) et peut-être après dans un café ou bar ou « truc sympa »boire un verre (cette partie-là m’avait un peu échappé, mais je me disposais à la suivre, ou, au pire, à dire que j’avais mal à la tête et à rentrer si les gens ne me plaisaient pas mais c’est rare).

Mais Sandrine m’appelle et me dit :  » Ce soir on se fait une soirée filles!!!! »

C’est-à-dire qu’elle ne me dit pas : « Ce soir, virgule, on se fait une soirée filles? » point d’interrogation et intonation interrogative.

Pas de question dans sa voix.

Moi : « Ah? ». J’étais un peu surprise, n’ayant en fait pas saisi qu’elle m’englobait, je croyais qu’elle m’informait de la chose, et je saisissais mal son enthousiasme. En outre, j’avais les cheveux mouillés et le chauffage à fond parce que je m’enduisais de crème. Donc ma main était grasse et le combiné glissait.

Sandrine : « Ouééééé!!! c’est suuuper!!!! »

Moi : « Ah. »

Là, j’ai coincé le combiné entre mon épaule et mon menton, en me disant que j’allais très vite étaler toute la crème de mes mains sur mes cuisses, histoire d’avoir les mains moins grasses et de mieux tenir le combiné.

Elle m’explique le programme, cependant qu’un doute s’insinue dans mon esprit, mais je me concentre sur mes mains et mes cuisses. Les genoux aussi. Palper rouler – tant qu’à faire.

Elle achève : « On se retrouve à quelle heure? »

Et là, j’ai vraiment un doute, mais le combiné du téléphone, dont le fil n’est plus en tortillons mais tout raide tendu à travers la pièce, jaillit brutalement d’entre mon menton et mon épaule, me tape le front, et se propulse, en autonome, sur mon petit bureau, où est posé l’autre partie du téléphone. Je me casse la figure comme une nouille dans ma chambre, à moitié nue dans ma serviette de bain (qu’en plus il va falloir que je lave tout de suite parce qu’elle est grasse et que c’est truc-là ça met des plombes à sécher si je ne les passe pas au séchoir, par exemple mon autre serviette de bain est sortie humide du sèche-linge de la laverie mais j’avais pas le temps et les sous de faire tourner le sèche-linge des plombes en attendant qu’elle sèche donc maintenant il ne faut pas que j’oublie de la sortir du sac de linge sec pour la faire bien sécher dans ma chambre sinon, demain, j’aurais le choix, au sortir de la douche, entre une serviette avec du gras et un serviette humide) , pleine de crème, énervée parce que Sandrine me gonfle. Je saute sur le combiné que je prends avec ma main un peu moins grasse mais quand même.

– Mais j’en sais rien, de l’heure où vous vous retrouvez !!!

– Mais tu viens !!! s’écrie Sandrine. On ne peut pas faire ça sans toi!!!

– Mais !!!! m’écrie-je. Tu aurais pu me prévenir!!!

– Ben, je te préviens, là.

– Mais je fais autre chose !!!

– Quoi?

– Ben, un truc, avec un copine!!

– Mais elle peut venir aussi!!!

-Mais non !!

Le téléphone glisse, mais c’est parce que je fais des gestes énervés.

– Non, on sort, avec d’autres amis….

– Aaaaah…

Evidemment, la déception de Sandrine me fait de la peine. J’ajoute : Et puis j’aime pas les sorties entre filles.

– Ah, fait Sandrine. Ben, on peut sortir avec des garçons aussi. L’idée, c’était de faire une soirée filles.

– Mais fais une soirée filles. c’est très bien. Moi j’aime pas mais c’est très bien. Mais je ne peux pas venir.

– Alors demain?

– Dimanche? Je mange avec mon père.

– Le soir?

– A midi.

– Ben, on sort le soir, alors.

Je voulais me reposer le dimanche après-midi, enfin en fin d’après-midi.

Mais bon. Je culpabilise. Je négocie les garçons.

– Dimanche, d’accord, mais tôt, et avec des garçons.

Sandrine est d’accord. Elle connaît des garçons, elle a du stock, elle va en amener.
Donc je vais encore passer la semaine à me reposer du week end. Vendredi avec Gael dans un bar du 9è, samedi avec Val, dimanche midi un restau avec mon père (entrée plat dessert vin café), à quatre heures à Beaubourg (j’ai honte) planquée dans un coin pour roupiller en espérant que personne ne me voie et à six avec Sandrine chez elle avec finalement des garçons, dont Ben et Lui, et d’autres, avec des bières mexicaines et ensuite dans un pub – j’avais dit six heures en me promettant que je serais rentrée à 10 heures du soir (oui, j’ai un but dans la vie : me coucher avant minuit, j’adore ça, mais je n’y arrive jamais) – en fait je suis arrivée chez moi à minuit.

Même pas envie de dormir puisque j’étais en super forme. Le problème, ce n’est pas de faire quelque chose, c’est de ne rien faire : si on m’avait laissé dans un coin j’aurais dormi, mais avec tout le monde, les voix, la musique, etc, je ne dors pas.

Bon, à part ça la soirée sur le plan ambiance : qui dit garçon, ne dit pas forcément garçon intéressant. A part un qui avait de beaux yeux et un beau visage, long, rêveur, tendance poète maudit, avec un zeste de sportif américain dans le menton, mais qui ne disait rien, et dimanche soir j’étais pas dans le trip d’alimenter seule la conversation, ils cassaient pas des briques, les « garçons » de Sandrine.

Ben du coup j’ai causé avec Ben. Ben l’anodin. Je suis un rien vache avec lui. Il est gentil.

Publicités

29 réponses à “Week end

  1. Trop drôle la séance du combiné avec la crème!!!! En tout cas, tu manques pas d’occupation dis-moi????… je sens que tu vas roupiller devant ton ordi ce matin… avec un peu de chance, c’est encore en panne au boulot!!!
    bisous et bon début de semaine!

  2. Non c’est vrai le coup du téléphone qui t’attaque ?

  3. Marrante ton hsitoire… moi aussi ça m’énerve les gens qui me forcent à sortir alors que je ne pense que blog, micro sieste, blog, magazine, ménage, shopping, dormir

  4. Malheureuse! Tu mets ta vie inutilement en danger, car tu ignores les règles de sécurité de base: lorsque l’on se crème, on ne fait rien d’autre. C’est une activité cruciale, qui nécessite l’arrêt immédiat de tout autre action.
    Quant au luxe de ne rien faire… J’en rêve en permanence!

  5. c’est toujours très difficile de faire comprendre à une amie ou copine que l’on préfere rester chez soi…mais des fois cela fait du bien de se forcer un peu !

  6. Je trouve toujours ça assez incroyable la façon dont dire maintenant que quelqu’un est gentil passe quand même pour relativement péjoratif 😉

  7. Souvent quand on est forcé à sortir, on s’amuse pas bien… et c’est difficil de donner des raisons pour ne pas sortir!

  8. comme toi, j’aurais préféré le confort de ma maison… c’est d’ailleurs ce que j’ai fait en fin de semaine. j’ai lu, j’ai fait la sieste, je suis à peine sortie (pour un peu de shopping) et puis voilà. Cooconing avec chéri 🙂

  9. Ah.. Pas facile de pouvoir dire « non »…

    Bon, au final, des regrets sur cette soirée… Tu aurais préféré l’antisociabilité d’une soirée glande/TV/dodo…

    Mais peut-être as tu sauvé la soirée de Ben ? Sans toi, il aurait peut-être déprimé ?

  10. rooo oui une journée sans rien faire, une de celles où tu te traines avec ton jogg ou ton pyj, avec un bol de céréales, de ton lit au canap et ton canap à la cuisine et re canap, avec des dvd, un ordi (et un paquet de clopes)…… j’en reve depuis 1 an moi…

  11. J’aurai aimé être fatiguée par un week end semblable au tien… Au lieu de ça, j’ai la migraine à cause des bavardages inintéressants de ma belledoche….

  12. Moi je dis qu’on est grave quand même….

  13. Hahaha tu viens de briser un mythe : la femme n’est pas multitâche ^^ C’est soit la crème, soit le téléphone, les deux ensemble ça ne va pas…

    ** ok je sors **

    Sinon l’attaque du téléphone tueur m’a bien fait rire aussi ^^

  14. C’est Paaat qui a trafiqué ton téléphone !

  15. Ah tiens moi aussi j’ai une copine qui s’appelle Sandrine, que j’adore mais qui est emcombrante. Mais comme la vie m’aime, elle habite à 900 km de chez moi.

    Si ça peut rassurer, je suis pas multitâche non plus (ouais je suis blonde aussi).

    ( et j’ai même réussi à insérer le site dans le commentaire!)

  16. J’avais prévu aussi un bon samedi à ne rien faire, et puis je me suis fait inviter samedi apres midi au pied levé par une copine, difficile de refuser sans passer pour un troll asocial et grossier.

    Et en plus, elle avait invité d’autres personnes, dont un type hyper agaçant qui a toujours l’air d’avoir abusé d’amphétamines…

  17. Hey fanette on fait une nouvelle soirée ENTRE FILLES !!!! Et cette fois je te préviens tot hein ! Donc pas moyen de se débiner ! On se rejoint à quelle heure ????

  18. Puré mais c’est incroyable cette nana! En tout cas tu es très gentlewoman de ne pas l’avoir renvoyer à ces études (ce que j’aurai fait sans doute!)
    Hih imarrant comme tu raconte tout ça en tout cas!
    grooooooos bec!!

  19. J’ai hate de passer un samedi à rein foutre!
    Je bosse tous les samedi et c’est une machine infernale ce truc!

  20. Je suis multitâche, nonmého, mais la crème ne m’aide pas. Le week -end prochain je ne fais rien.
    Je vois qu’on est tous victimes de notre vie sociale? la société est une aliénation.

  21. moi non plus j’aime pas les soirées entre filles …

  22. ah moi j’aime bien les « soirées entre filles » où finalement on m’invite et je suis le seul mec… P’têt parce que j’avais l’habitude, j’ai fait LEA, 90% de filles, tout ça…

  23. j’ai adoré ta description. ça m’a fait rire. merci

  24. Soirées filles c’est plutôt sympa… Sauf quand ça se met à dézinguer, ragoter, tout ça. Mais blablater des conneries sans devoir se tortiller les cheveux devant les garçons, c’est coool.

    Comment vont tes genoux, sinon ? 🙂

  25. jaime bcp la façon dont tu écris.
    « Bon, à part ça la soirée sur le plan ambiance : qui dit garçon, ne dit pas forcément garçon intéressant. A part un qui avait de beaux yeux et un beau visage, long, rêveur, tendance poète maudit, avec un zeste de sportif américain dans le menton, mais qui ne disait rien, et dimanche soir j’étais pas dans le trip d’alimenter seule la conversation, ils cassaient pas des briques, les “garçons” de Sandrine. »

    et là jai rigolé comme une ptite idiote addictive de blog.
    je reviendrai

  26. une mention spéciale à la séquence : attaque du téléphone! Un comique visuel par écrit c’est très fort.

  27. Enervante pas à peu près cette copine et elle n’accepte même pas un non. Tu as été bien gentille avec elle, remarque qu’elle le vaut probablement, mais je n’aimerais pas me faire gérer ainsi.

    Une fin de semaine bien épuisante pour toi, enfin, repose toi bien cette semaine, au dodo tôt, pour récupérer, car peut-être Sandrine rappliquera avec une nouvelle sortie, ah! ah!

    Bon mardi et bisous de ta p’tite cousine du Québec.

  28. très drôle, cet épisode.
    J’espère qu’elle appellera encore, cette Sandrine, qu’on rigole!

  29. ouh toi je t’adore !!! Hop, dans mes favoris !!!