Voilà l’été

 marionnettes.jpg

Résumé de l’épisode précédent : Fanette, étudiante débarquée de province, sympathise avec un groupe de jeunes gens farfelus. Mais, après les examens, ils semblent s’évaporer.

Donc, j’errais un peu comme une âme en peine, souhaitant retrouver le rythme de ma vie d’avant, mais il ne revenait pas.

Une semaine, ou dix jours, un peu mous, passèrent. Puis Laurent m’appela, pour un ciné. Puis Philippe, puis Mirabelle. Je proposai à Mirabelle de venir au ciné, ou au café, avec nous. Elle déclina, argumentant qu’elle avait en de me voir, ou Ophélie, ou Leena, ou une autre, mais Laurent non, et pas Philippe. Je fus stupéfaite, moi j’aimais tout le monde, mais pas elle? Euh.. Non, elle trouvait Philippe ennuyeux et Laurent bizarre. Je raccrochai tourneboulée.

Des coups de téléphone recommencèrent à se succéder, d’abord lentement, puis plus fréquemment. Mirabelle m’appela pour me proposer d’aller chez Ophélie. J’allai chez Ophélie, invitée par Mirabelle ; quand j’arrivai, en milieu d’après-midi, pas mal de gens étaient déjà là, ils avaient visiblement déjeuné ensemble, et j’arrivais comme une intruse, ou une étrangère, après. Cela me remplit de perplexité ; ne faisais-je plus partie du groupe? Je partis plus tôt, ce qui me fit encore plus ressentir à quel point j’étais étrangère. En revenant, je m’arrêtai dans un magasin de chaussures ; le fil de mes pensées confuses et perturbées me fit penser qu’un achat de chaussures rendrait mon apparence générale moins ringarde et serait un pas de plus vers mon intégration ou ma réintégration (des mocassins aux chaussures de sport ; et des chaussures de sport aux chaussures à la mode).

Ensuite il y eut les résultats aux examens. J’avais presque toutes mes UVs, mais il fallait en repasser une ou deux en septembre ; Mirabelle, Laurent (qui doublait ou triplait son année), Philippe, Aymeric, Leena les avaient toutes. Pour le reste, c’était plus flou.

Ophélie m’appela le lendemain ou sur lendemain, et je passai chez elle, avec soulagement ; elle était seule. C’était le soir ; de nouveau, les bougies, miroirs, lumières, encens, lampes japonaises, reflets de lumière dorée dans les verres de vin blanc.

Ophélie m’informa de ce qu’elle était « très mal ». A l’époque, je parlais encore un français assez classique, et je ne connaissais pas les expressions elliptiques et imagées de la capitale. Je crus qu’elle avait un problème de santé. Mais non. Elle souffrait dans son âme ; mais elle avait du mal à s’exprimer : l’intensité de la douleur.

Après des silences ombreux et des soupirs, des disques de fado et de musique brésilienne (chez Ophélie j’avais toujours, diablement philistine, un petit carnet et je disais :  » c’est qui, ça? » et je notais les titres que j’allais retrouver à la Fnac), Ophélie me demanda, toute en émotion retenue, si, sincèrement, je pensais que Mirabelle avait vraiment travaillé plus qu’elle ses examens. La question me réduisit premièrement au silence ; était-ce une blague? un piège? y avait-il une deuxième, troisième, ou quatrième degré? Pourtant, un doute pointait dans mon esprit. Complètement abasourdie, je répondais qu’elle s’était enfermée pendant un mois et demi pour réviser ; que je ne pouvais pas juger et comparer leurs quantité et capacité de travail, car tout le monde était différent, mais en tout cas Mirabelle avait donner tous les signes extérieurs du travail.

Ophélie s’agita ; soupira ; voilà, j’avais bien dit les choses : les signes extérieurs du travail ; mais pouvait-on affirmer avec certitude qu’elle avait vraiment travaillé? je lui fis remarquer que, d’une personne qui a l’air de travailler et qui réussit ensuite ses examens, on peut s’autoriser à penser, avec une forte probabilité, qu’elle a en effet travaillé. Ophélie en convint, après un silence.

Son salon ressemblait à un décor de théâtre ; une lampe en lamelles de bambou projetait sur les murs de briques peintes en blanc des reflets rouges ; le vin doré, dans les verres, étincelait ; quelques paillettes sur les tissus orientaux, aux murs, dans la pénombre, palpitaient de tout petits points dorés. Je sentais arriver la catastrophe, mais je regardais les murs, le sol, le canapé, pour regarder ailleurs.

Mais pouvait-on affirmer qu’Ophélie n’avait pas assez travaillé? Pouvait-on comparer les résultats aux examens de Mirabelle et d’Ophélie, et en tirer des conclusions? Mirabelle n’était-elle pas, finalement, une bonne petite élève sérieuse qui avait bien appris ses leçons, et donc plu aux profs, quand l’indépendance d’esprit et la largeur de vue d’Ophélie leur avait déplu? Avec un soupir, Ophélie m’avoua sa déception : les profs étaient toujours les mêmes ; ils préféraient toujours les esprits scolaires aux esprits plus murs ; sa prof de français de première le lui avait dit : elle n’avait pas un esprit scolaire.

J’étais bien convaincue de ce qu’Ophélie n’avait pas un esprit scolaire. Moi même, regardant à l’intérieur de moi, je devais bien admettre que j’étais aussi de ces esprits furieusement scolaires qui apprennent leurs leçons pour la savoir, et utilisent, avec un manque total d’originalité, ces connaissances acquises pour les examens, en le saupoudrant d’idées lues ça et là. Je suggérai à Ophélie d’apprendre plus ses leçons pour septembre, dans le style le plus ondoyant et le plus détaché possible, comme si réussir ses examens n’était que la plus infime petite part de nos fascinantes existences, une concession à la mesquinerie du monde. D’un geste gracieux, Ophélie renvoya le problème à sa place : « Bien sûr, dit-elle. Ce n’est pas le problème. »

Le problème, était, en effet, que Mirabelle, petite fille joufflue et bien élevée, avait réussi ses examens, comme une bonne petite élève sérieuse, alors que l’ondoyante, musicale, théâtrale et artiste Ophélie s’était lamentablement vautré. Elle se refusait à admettre qu’elle n’avait rien fait, pas étudié, pas appris, et c’est quelque chose qui m’a toujours surpris : certains étudiants tiennent les études en un tel mépris qu’ils se croiraient insultés à l’idée de devoir apprendre une leçon, opération trop mesquine pour leurs intelligences supérieures ; il semble pourtant logique et simple de postuler que les profs font des cours, et contrôlent leur apprentissage par des examens ; mais ces élèves utilisent plutôt la fac comme un révélateur de leur intelligence : un lieu où il ne faut pas apprendre, quelle horreur, mais réfléchir – le cerveau vide.

Ophélie était aux prises avec un sentiment que j’ai ensuite retrouvé chez nombre d’étudiants : la jalousie intellectuelle, et curieusement c’est l’une des pires qui soit. On peut être jaloux du physique d’une personne, quand une beauté ou un charme indubitable s’étale devant nous, et je le comprend bien. Mais la jalousie intellectuelle semble cent fois plus mesquine : devant l’évidence d’une réussite scolaire ou universitaire, on oppose facilement le conformisme à l’esprit libre, et n’importe quel crétin se plait à justifier son échec par sa supériorité d’esprit, supposée odieuse au correcteur mesquin, argument irréfutable : son charme et sa puissance viennent de son paradoxe et de son illogisme même ;  l’effet goéland, pourrait-on dire : « Exilé comme un prince au milieu des huées, ses ailes de géant l’empêchent de marcher« : j’ai raté l’examen parce que je suis trop intelligent, emballé c’est pesé, les profs c’est tous des cons.

Je n’osai pas croire à cette stupidité de la part d’Ophélie ; mais si, il fallait le croire. Et ce n’était pas tout. Après avoir réglé le problème de Mirabelle, elle passa à moi :

– Il paraît que tu es allé au cinéma avec Laurent?

– Oui.

– Tu sais que tu as vexée Barbico?

Ophélie se lança dans une analyse détaillée des sentiments de Barbico, c’est-à-dire Leena, et m’assura que j’allais avoir des problèmes avec elle ; je ne voyais pas très bien lesquels. Nous étions en termes très froids, je ne voyais pas comment cela pouvait se dégrader. D’ailleurs je m’en moquais. Je le dis à Ophélie, qui, en prenant des airs mystérieux, m’assura que Leena connaissait « très bien » Laurent et qu’il fallait « se méfier ». Mais se méfier de quoi? c’est ce que je ne pus deviner. Je dis à Ophélie que Laurent avait souvent l’air agacé par Leena ; pas du tout, me dit Ophélie ; c’était beaucoup plus compliqué que ça. Laurent avait fait des confidences à Ophélie (ce qui me surprit) ; Laurent était un être fragile, blessé, difficile à comprendre (on comprenait cependant qu’Ophélie avait réussi à percer les arcanes de la compréhension de l’être profond de Laurent, grâce, probablement, à la supériorité intellectuelle qui lui avait tant fait obstacle dans sa réussite aux examens) ; le lien qui l’attachait à Leena ne serait pas facile à rompre. Eh bien, tant pis, dis-je à Ophélie, je le vois toujours sans elle, alors il peut la voir d’une côté et moi de l’autre, avec Philippe ou Arnaud, je m’en fous.

– Et tu le vois souvent, alors? demanda Ophélie. Rêvai-je ou y avait-il une passion inquisitrice larvée dans sa question?

(c’est trop long, j’arrête, la semaine prochaine la suite).

Publicités

26 réponses à “Voilà l’été

  1. Ton histoire m’a complètement captivé…Une drôle d’ambiance que je verrais bien filmée.

  2. Dans mon jargon, on appelle cela un cliffhanger efficace!

  3. Ah? Moi, je me sens toute bizarre. Exhumer des trucs, c’est glauque.

  4. Un quoi? Sheily, s’il te plait?

  5. Zut, c’est nul ! le premier comm c’était pour Nina, mais Sheily a posté dans l’intervalle. Je me barre, j’ai trop de boulot, j’ai pris du temps pour écrire ce post, je deviens accro, blog addict, c’est la fin de tout !!!

  6. Là, tu nous gâtes, tu vas même jusqu’à citer Baudelaire…

    Ce qui est à la fois vivant et prenant dans des relations avec une bande d’amis, c’est que, dés que tu vis un peu détaché d’eux pendant quelques semaines, il peut s’être passé pleins de choses entre eux… Et résultat : tu dois te réintégrer par rapport à tout ça. (Je me rends compte que je ne suis pas clair…).
    C’est aussi ça qui rend encore plus addict à des bandes d’amis, je trouve…

  7. Mais tout de même, en repensant à quand tu présentais ta bande d’amis, on s’aperçoit que tu percevais le groupe de manière fusionnelle, mais pas forcément eux, me trompe-je ?

    Sinon, ce que voulait dire Sheily, un cliffhanger, c’est faire monter la tension, et dire « to be continued… ». Un grand classique de la télé 🙂

    Mais effecitvement tout cela a l’air un peu glaque à sortir… Surtout la fin qu’on sent (croit ?) poindre derrière…

  8. Ca fait un peu piece de theatre : le bonheur initial, la montée en puissance du probleme qui va venir tout chambouler…

  9. Didou : je voulais mettre un lien sur Baudelaire, j’ai oublié…

    Will : je le comprends en l’écrivant… et aussi parce que tu le dis.. ça éclaire bien des choses…
    j’ai compris pour le cliff hanger, mais je ne peux pas écrire des post trop longs !!! je voulais couper, et le faire plus jusqu’à la conclusion mais pas le temps.

    Lila : Oui, un peu… c’est marrant..

  10. Bonjour Fanette.
    Je trouve que ta façon de décrire les soi-disant « intelligences supérieures » et leur attitude face aux études est superlativement bien saisie et drôle. J’en ai croisé tellement des comme ça … Tu l’as tellement bien décrit que je crois que je vais l’imprimer et l’encadrer, et peut-être le lire à mon beau-fils de 20 ans qui n’est pas loin de nous expliquer ça, à son père et à moi ! Ah, le mythe de l’artiste maudit a encore de beaux jours devant lui …
    Et toi, je crois que tu devrais écrire un bouquin !
    Excellente journée à toi ;o)

  11. C’est sûr c’est énervant…
    Amélimélo (du côté de ceux qui n’en branlent pas une mais réussissent par miracle)

  12. Eclaire de manière pas trop cruelle j’espère !
    Même si le temps a passé depuis.

  13. alors!!!! la suite!!!!!

  14. Je lis le titre « voilà l’été » alors que nous sommes le premier jour du printemps. Je n’ai pas compris tout de suite et puis je me suis rappelé que c’était jeudi, jour du feuilleton (rappelle-moi le numéro de l’épisode et le numéro de la saison !)

  15. Je crois que ton histoire parle à tout le monde, on a tous et toutes rencontrer des filles comme elle. Pas toujours facile les relations avec les filles, moi honnêtement il y en a certaines que j’évite les filles potiches rien dans le ciboulot et qui passe leur temps à jalouser les autres, c’est pas fait pour moi . Par contre les filles intelligentes qui réfléchissent, ouiii.
    Merci pour ton commentaire, ça fait plaisir.

  16. Saison 1, épisode 7 !

  17. la suite! la suite! la suite!

  18. Je sens une certaine maturité poindre chez la jeune Fanette. Bien qu’impressionnée au départ par ses amis urbains, elle les dépasse rapidement dans leurs petites intrigues pour diriger sa barque elle-même.

  19. Je vois tout à fait le genre de cette Ophélie. j’en ai connu, des comme ça. En plus, moi je déteste les gens comme ça mais tu la décris bien, je trouve, elle n’a pas l’air trop odieuse…

  20. Oui, et tu sais, moi aussi j’apprenais mes leçons comme une fille sérieuse !!!

  21. Cette Ophélie me déplaît fortement !!!

  22. Mais, mais, la suite, la suite ! On imagine très bien l’atmosphère chez Ophélie, que je vois comme languide et vénéneuse à la fois…

    J’en a croisé, à la fac, des « esprits supérieurs » du genre…moi j’étais plutôt du genre à bosser les cours et rendre mes TD à temps..trop scolaire, je vous dis 😉

  23. Une semaine à attendre pour lire la suite : ça devient une torture d’attendre la suite. C’est sans doute la raison pour laquelle je préfère les romans aux feuilletons : au moins je peux dévorer à mon rythme.
    Ton récit rétrospectif me tient en haleine non seulement par ses qualités de narration que par son fort effet d’identification.
    Vivement la suite!

  24. On dirait presque une série américaine à rebondissements ! merci, c’est captivant^^

  25. En ma qualité d’ancien Représentant Etudiant de faculté de lettres et sciences humaines appliquées, je ne peux pas te laisser écrire de pareilles sott…

    Nan, je déconne, qu’est-ce que c’est bien écrit, Fanette !!! J’aurais pas dit tout ça autrement. Et oooh que c’est vrai tout ça. Tellement vrai.
    ** souvenirs, soupirs **

  26. Les relations sont bien compliquées quand on fait partie d’un groupe, cela commence à l’école primaire et ensuite cela se confirme. Tu as bien décrit le processus et les rouages qui mènent à la jalousie… on ne peut pas grand chose pour changer les personnes.
    Bon week end.