Apéro déco chez Marie-Rose

Alors donc, apéro chez Marie-Rose.

Il y a le mari de Marie-Rose, mon oncle Fred. Fred est cool, mais c’est quand même un prof. Je dis ça parce que c’est le point de vue de beaucoup de gens quand ils parlent de lui. Pas de Guillaume, qui est son meilleur pote, pour Guillaume Fred c’est Fredo, mais pour les autres c’est un prof.

Marie-Rose a fait fort en épousant un prof, un prof ça pense (encore que Fred ne fasse pas que penser) et ça lit. C’est une preuve d’une certaine originalité de Marie-Rose. Moi, j’ai toujours eu l’impression que Marie-Rose avait épousé le meilleur ami de son frère parce que de toute façon ils ne se quittaient pas, alors…

En tant que prof, Fred a des lubies : il va à des expos, il s’intéresse à des trucs écolo, il a une voiture pourrie, il est barbu et porte des pantalons en velours côtelés. Il écoute Joan Baez. Et Anne Vanderlove (est-ce que quelqu’un qui me lit sait où je peux trouver une chanson dont les paroles disent à peu près « L’amour, c’est comme du pain perdu, un peu de miel cache misère, est-ce que tu mens suis-je sincère… – j’écoutais le vinyl chez lui car ils avaient gardé un tourne disque, mais maintenant ils ont tout bazardé, alors macache ; cette chanson me faisait pleurer). Jean-Michel Caradec. Personne ne connaît. La colline aux coralines. Bref.

D’ailleurs, Fred a une fille vétérinaire : c’est quand même un prof, tout le monde sait que les enfants des profs font des études.

Fred est super gentil avec Marie-Rose, il l’aide. Il vient lui demander ce qu’il doit faire, elle lui dit, il l’embrasse et il part faire ce qu’elle a dit. ça énerve Montane, qu’il embrasse tout le temps sa mère. Moi je trouve ça mignon. Incongru, certes, mais mignon. De toute façon, quand je suis chez eux, je ne trouve plus rien de parisien en moi.

Depuis 5 ans, Fred est super autonome et met la table avant qu’on lui demande. Avant, il fallait tout le temps le pousser, il ne voit pas passer le temps, perdu dans ses trucs (c’est quand même un prof). Montane débarquait fulminante dans son bureau à sept heures dix : « Eh ben la table?

– Déjà? murmurait Fred, ahuri et déconcerté par l’étrange propension du temps à passer vite. Et il se levait pour aller mettre la table.

Mais depuis quelque temps, Fred est plus sensible au passage du temps, et il met la table plus tôt.

On avait sorti les apéro. Montane me montrait un petit gilet qu’elle s’était trouvé, et ma foi, grande, fine, avec ses cheveux fluides, son jean flare et son gilet elle était super belle. Je disais à son fiancé avec qui elle vit : « Mais elle est canon ma cousine !!! » et son fiancé, qui, bien que pas prof, partage nombre de caractéristique de son beau-père, a souri, s’est levé pour l’embrasser.

Et là on sonne, et c’est Etiennette, Christian son mari et leur fille aînée, Carine.

Carine a raté le bac, elle a fait un bac pro force de vente mais là elle est enceinte et elle vit avec le père qui est réparateur de frigo.

Carine est jolie, blonde, avec un visage doux et des yeux un peu ronds, genre veau ou vache, elle sourit tout le temps et elle est fière de son mari car réparateur de frigo c’est un métier d’avenir. Elle est maquillée, et très mode.

Tout le monde s’embrasse et on dit aaaah oooohh la laaaaaa à la femme enceinte, on a un petit compte rendu sur cet état intéressant. Mais Carine n’est pas fatiguée, elle n’a pas de nausée, elle n’a jamais été aussi bien, dans la famille ce sont des gens solides, pas des fragiles gnangnan. Etiennette nous rassure de toute façon elle est là pour sa fille, elle s’occupe d’elle, elle est présente c’est important d’être présente dans ses moments-là, tout le monde n’est pas comme ma mère qui s’est tirée à Paris quand elle était enceinte que personne savait où elle était et – je la coupe et je lui dis que de toute façon ma mère enceinte, elle avait une super pêche, elle n’avait besoin de personne la veille de ma naissance elle jouait au tennis (j’invente). Je suis légèrement plus sèche qu’à l’ordinaire, ça coupe le sifflet à Etiennette et Carine s’écrie tout d’un coup (avec un à propos surprenant, et donc très vraisemblablement involontaire) :

– Oh lala !!!

Elle a vu les rideaux.

Enfin le tissu des rideaux. Posé sur un tabouret avec les reste des trouvailles parisiennes de Montane, au fond de la pièce.

L’atmosphère se détend, tout le monde se lève, joyeux brouhaha, Marie-Rose dit ah non d’abord on boit un coup sinon ça va hein et tout le monde se rassoit. Pendant qu’elle sert le coup (picon bière ou pastis, mais vin blanc pour moi, le picon bière c’est traitre et je déteste le pastis), je précise le contexte : Carine s’installe aussi, elle est donc concurrente de Montane en j’installe ma maison.

Tout le monde a son verre et on boit un peu. On parle du temps. Oui, une fois qu’on a épuisé le sujet grossesse, et comme on se réserve pour la déco, il ne reste que le temps.

Il a plu, et il y a eu divers évènements lié au climat à différents endroits. Une rivière a débordé un peu quelque part, etc, une vieille dame est morte dans sa maison, mais on lui avait déjà suggéré de partir elle a pas voulu, donc c’est quand même un peu de sa faute, si elle avait voulu aller en maison de retraite ce ne serait pas arrivé, ensuite on nuance sur les maisons de retraite, il y a du pour, il y a du contre, on cite des anecdotes, enfin des trucs, on parle, on parle, le débat fait rage et dévie sur les gens qui ne se soignent pas, puis sur Christian qui ne veut pas aller chez le médecin pour son genou.

Tout à trac, Carine se tourne vers moi et me dit : » ça va, Paris? »

Elle me dit ça à chaque fois. Et je lui réponds (comme à chaque fois) : « Oui ».

Là, elle rajoute :  » Tu as toujours aimé Paris. »

Et je réponds derechef : « Oui ».

Carine continue, faisant preuve d’un stupéfiant esprit d’analyse : « C’est comme ça, c’est ton truc la ville. »

J’acquiesce derechef. Elle continue : » Moi, j’aimerai pas. »

Voilà du scoop. Elle me le dit à chaque fois.
« D’abord (elle rigole), Marc i s’rait pas d’accord!!! Et puis je serais trop loin de ma mère.

– Ah, dis-je (elle me l’a déjà dit trois ou quatre fois ; elle a peut-être peur que je l’emmène de force?)

– Et moi, conclut-elle, sans ma mère, je sais pas faire.

– Ah ouais, dis-je. ça aussi, c’est pas du scoop.

– Oh, je suis désolée, ajoute-t-elle. Comment, mais comment fait-elle pour me dire les mêmes choses à chaque fois?
Et là, je tourne la tête, croise le regard de Montane morte de rire (intérieurement) et je pouffe. Même Montane fait une tête, mais je sais qu’elle aime bien Carine, même si elle sait que je la trouve con (elle aussi elle la trouve con, mais elle l’aime bien). Montane se lève et dit, pour faire diversion :

-Bon alors écoutez moi j’en ai marre, je vous montre.

Aaaaaah tout le monde est content, se lève, je veux dire les femmes, car Christian, lui, se rapproche de Fred et ils se mettent à parler de trucs, de garage je crois. Christian, en général, parle de garage, de jardin, de bricolage et de construction de trucs genre terrasses ou bassins décoratifs pour mettre des poissons rouges. C’est son hobby du samedi, il va installer des bassins de poissons rouges chez les gens. Il se fait payer, je veux dire.

Les femmes, donc, se lèvent et vont regarder les trucs achetés par Montane.

Là, je devrais couper parce que c’est long mais on va dire que je fais du teasing alors je te montre, en gros. Ou que je fais du cliffhanger (??? du crochet? de l’accroche? du pic à glace?).

Montane n’a pas ramené de canapé, pas pratique dans le train, sans compter qu’elle a eu un dilemme violent à l’achat donc rien n’est décidé.

Elle a essentiellement ramené du tissu. Mais elle va revenir à Paris, source de toute modernitude, parce quelle a été emballée parce qu’elle a vu. M’est avis que la Carine va y faire un tour aussi, parce que je ne la vois pas se laisser coiffer au poteau par Montane. D’accord, Montane a fait des études scientifiques, mais oh. Peut-être elles vont venir ensemble? Et tout ça c’est parce que ma présence leur rend Paris concevable. Ces gens, qu’est-ce que je leur bouleverse la vie (je ne blague pas, hein).

Alors, question lampes. d’abord, il y a longtemps, j’avais lu sur le blog de la méchante une idée déco que j’avais trouvé sublime et qui m’avait fait penser à ma copine Ophélie. Les lampes japonaises en papiers accessoirisées. J’en avais parlé à Montane. Et comme, en tant que parisienne, j’exerce localement une sorte d’autorité, Montane avait remâché l’idée des lampes en papiers pour son entrée et le couloir de l’étage.

Donc Montane montra les lampes japonaises et expliqua à Etiennette ce qu’elle avait l’intention de faire. Laquelle idée ne remporta pas du tout l’adhésion d’Etiennette, et Carine commenta que les lampes en papier Naaaaaan ça faisait années 70 et cheap, c’est fini, là, on est au XXIème siècle on ne fait plus ça. Montane conserva un courtois silence, pendant que je m’abstenais de regards venimeux, ce qui me demanda beaucoup d’efforts. San Francisco, où êtes-vous? Enfin bon.

Une photo de lampe japonaises, mais c’est pour le principe. Montane a des idées d’accessoirisation, mais je ne dis plus rien, je suis trop diktat dans mes idées.

38000301_moyen.jpg

Alors après, on est allé chez un suédois au nord (remarquez, c’est cohérent pour un suédois).

Et là, bien que j’ai retenu mon enthousiasme pour un certain abat-jour, Montane en tomba amoureuse aussi.

50577_pe147252_s3.jpg

Surtout le petit Toizo. J’aime les petits Noizo. Les fleurs aussi. Chacun son point faible. J’aime aussi le violet… Bon, j’arrête. Et les ronds. (des ronds roses sur un fond violet.. Mais je n’oblige personne). Montane, elle, aime le brodé. Voilà.

Moi j’ai eu aussi un faible pour cette lampe, on dirait un extraterrestre. Elle me fait penser à une nouvelle de Philip Dick, au fond de l’espace chante le Wu, mais c’est personnel.

39699_pe116246_s3.jpg

Mais Montane n’a pas aimé. Heureusement, sinon je me serai demandé si le Wu (ou le wub?) n’avait pas eu raison d’elle.

Après, les tissus.

Moi j’aime ça, par exemple (ça va être joli chez moi quand je meublerai).

10-marimekko.jpg

Mais bon, point trop n’en faut aussi, hein, sinon ça fatigue. Mais avec la lampe extra terrestre en chevet, on est d’accord.

Bon alors les tissus de Montane, je hante le web pour trouver des exemples, mais rien. Elle a choisi des rideaux prune. Et un papier peint crème. Classique. Montane est une classique. (Moi aussi, en fait).

Etiennette n’aime pas le prune, mais c’est anecdotique. Carine trouve ça pas mal, mais Etiennette proteste : ça fait penser au canapé de la tante Louise. Qué canapé de la tante Louise? fait Carine. mais enfin, le très moche. Elle ne dit pas ça pour Montane, le tissu n’a rien à voir, mais c’est par association d’idée. Mais le très moche où? demande Carine. Tout était assez moche chez la tante Louise. Le très moche de la salle sur le côté quand on entrait. Ah oui, fait Carine. Un peu. Mais quand même pas trop. Si, dit Etiennette, c’est l’effet que ça lui fait. Christian vient demander si les gens qui l’on contacté pour le bassin, tu sais, chez qui il a été ce week-end, c’est le beau-frère ou le genre à Rollier? Un débat secondaire s’ensuit. Rollier? Non? Si. Rollier est un entrepreneur local très riche. Mais pourquoi ils font pas faire le bassin à poisson rouge par un professionnel? C’est pas que le travail de Christian soit pas pro, mais bon. Débat sur le ciment et certaines mésaventures de Christian, d’où il ressort qu’il perd parfois de l’argent sur ses bacs, et donc en fait il ferait cela presque pour la gloire, ou le bonheur de l’humanité. Je me ressers un coup de vin blanc, avec de la mûre (le premier, je l’ai pris au cassis :c’est pour comparer). Autant picoler, tout a l’air plus gai. Apparemment, quand on ne respecte pas des proportions, le ciment ne tient pas. Mais pourquoi je suis là? Pourquoi j’écoute la partie construction, moi? je m’en fous des bassins à poissons rouges, moi. Je suis là pour le tissu et la déco intérieure. c’est qu’il y a eu un mouvement, tout le monde est revenu s’asseoir, Montane montre ses hésitations canapesques.

Là, je plaide un peu coupable. Je dois me taire quand je parle avec ma cousine (c’est pas facile, parce qu’elle parle très peu). J’ai un problème avec les canapés : je ne les aime pas . Je ne sais pas pourquoi. J’aime être dedans, notez, de préférence allongée, et y dormir. Mais je n’aime pas voir un canapé. J’ai du passer mon esprit critique anti canapé à Montane, car lors de notre visite parisienne, elle s’est révélée déçue du canapé.

Donc, bien qu’elle n’ait rien acheté, elle s’interroge. Quel canapé acheter?

Montane a craqué d’abord pour ce style.

3idcva003_m.jpg

ou ce style :

3solnoon3_m.jpg

voire ça :

3idcmggar_m.jpg

Un silence lourd de scepticisme accueille ces photos. « Un canapé sans dossier et sans accoudoir? dit Etiennette, poliment réprobatrice. (les Parisiens sont vraiment tarés, quand même).

– C’est une méridienne, dit vivement Marie-Rose, qui ne le sait que depuis quinze jours. Je suis fière d’elle, elle l’avait casé tout bien pour casser Etiennette.

– Il faut évidemment l’accessoiriser avec des coussins, dit Montane, qui a appris le mot accessoiriser il y a quinze jours aussi.

– Oui, souffle Etiennette qui ne quitte pas des yeux l’aberrant meuble. Avant de conclure : on dirait le divan de tante Louise.

J’aurais payé cher pour voir la maison de tante Louise, finalement.

Du coup, dans son interrogation sur le concept de canapé, Montane sort encore des photos :

36a6556dc6.jpg

Ce canapé rassure Etiennette, car pourvu de dossier ou d’accoudoir.

Mais celui-là :

3b4900efce.jpg

l’inquiéte. Elle menace Montane de ne jamais venir chez elle. Et veut-elle faire de la peine à sa mère avec des meubles invraisemblables? Marie-Rose, quoique partageant le scepticisme d’Etiennette relatif au canapé, affirme son désir de voir sa fille meubler sa maison comme elle l’entend. Elle prend la photo d’une méridienne et l’examine. Je me ressers du vin blanc sans rien, parce que je m’ennuyais. Impossible de ne pas boire à la campagne. La conversation se poursuit ensuite, loin des marais du choix de canapé de Montane. En effet, Carine « fait construire ». Donc il y a un état de la construction. Christian s’en mêle, et tout le monde se met à parler de ciment. Ou de béton. Heureusement que j’avais mon verre de vin blanc. Quelques anecdotes sur du ciment pas bien. Hou. C’est dangereux de faire construire.

Et là, j’arrête, c’est nul et abrupt mais ce billet est trop long, je dois bosser !!!

Publicités

23 réponses à “Apéro déco chez Marie-Rose

  1. « Une petite flaque, un oiseau qui boîte… » (Caradec et Vanderlove forever, merci maman)
    Tu as un sacré sens de l’observation, je crois que j’aurais décroché avant toi ce jour là… 😉

  2. J’aime bien quand tu parles de ta famille … on dirait que les mots glissent lentement …

    p.s : Moi aussi quand j’ai été chez les suédois j’ai craqué pour la 1ere lampe avec les oiseaux … ^^

  3. il est drôlement bien écrit, ton billet. On s’y croirait. Chez Marie Rose et chez le suédois aussi. Mais faut que j’arrête de te lire, il est 23h et je dois bosser !!!

  4. ça fait peur, dis donc. On dirait la famille de mon mari. Ils ne disent pas « Heu, là » avant de parler?

  5. j’adore ce post – c’est tellement drole de te lire! mais ce que je voudrais savoir c’est: est-ce que Montane finira par acheter sa méridienne, envers et contre tous?!!

  6. En même temps quand tu vas chez eux c’est tellement exotique que ca te fait une vraie coupure avec ton quotidien! J’adore les lampes suedoises, ca change des pompons d’hier.

  7. On a tous notre petit truc à nous…et ben moi, mon truc, c’est d’aller chez Fanette car elle est vraiment « unique » et puis en plus, tu as vraiment une « écriture » qui accroche !
    Je vais chez notre copain suédois demain avec des copines, et à mon avis, je risque ben de penser à toi…

  8. ah la la je m’y suis vue, dans le salon, à parler canapé, pardon, méridienne, avec vous!!! la suite la suite!

  9. En fait de temps en temps tu nous la joue Stargates C’est ca??? J’ai tout bon??? Tu passes la portes et un monde d’extraterrestes s’ouvre a toi…

  10. Qui a dit que la déco était chiant ? MDR !

  11. Quelle famille charmante !!

  12. Ah, j’ai rigolé !!! Mais tu n’es pas gentille … A la campagne, les jours passent lentement… Il faut bien se distraire…

  13. raa j’adore moi les histoires de canapés, tissus et lames, je veux la suite
    biz

  14. Mais tu es folle de faire un billet aussi long LOL
    Heureusement que c’est très bien écrit 😉
    Dur le choix d’un canapé!

  15. oui joli le noizo 🙂

  16. « La colline aux coralines », j’avais oublié, comment ai- je pu d’ailleurs? Ces merveilleux souvenirs devaient être bien enfouis, merci de les avoir déterrés au détour d’un joli billet.

  17. C’est piquant tout ça 🙂

  18. Ou les vertus d’une bonne cuite à la campagne 😉

  19. « Montane avait remâché l’idée des lampes en papiers » : un petit bijou cette phrase !

    J’ai l’impression de connaître ce que tu racontes. Je l’ai déjà vécu. J’étais en décalage assez tôt en fait. Tous ces échanges me paraissent loin. Il n’y a pas que physiquement que je suis parti.

    Peut-être que j’aurais déjà fait construire si j’étais resté.

  20. Oh mon Dieu !!!!! Tu connais ma belle -mère, toi? hein? C’est ça? Non parce que je suis pétrifiée !!! Les soirées à regarder des coussins ou à se prendre la tête sur un tissu avec des commentaires à la con je connais !!! je suis dedans!!! Ils sont là !!! Chez moi, en ce moment!! Je peux te les envoyer????

  21. Salut à tous !!! j’ai plein de boulot, zut alors !!! je suis bien contente qu’on aime ma lampe à noizo et la lampe extraterrestre. Le vin blanc, c’est bien aussi. Pff, les week ends, c’est fatiguant !!!

  22. arf j’ai pas tout lu, faut que je bosse aussi mais je reviendrai terminer pour mettre fin au suspens

  23. J’arrive en retard, mais j’arrive quand même. Et j’ai adoré te lire, comme d’hab. Dis-donc, c’est trop chouette chez La méchante? Moi j’aime beaucoup. et ses lampes japonaises, j’adore!!!! (je refais la chambre de mon ado, et hop, v’là une bonne idée déco!)… La lampe extra-terrestre de chez les suédois, j’ai failli ma la prendre dix mille fois. A chaque fois je passe devant… jusqu’au jour où je l’ai pris sous le bras et que ma fille Julie m’a dit « Oh non, c’est la lampe du clip à Vitaa et Diam’s!!!!… t’aimes ça , maman???? »
    Oui j’aime bien… mais j’ai aucun endroit où la mettre!!!