La Diva

aubureau1.jpg

Je commence à bien connaître la Diva.

Certes, elle n’égale pas en vilenie certaines cheffes (d’ailleurs elle n’est que semi chef) évoquées par des blogueuses. Non. Mais c’est plus complexe que cela.

C’est elle qui a demandé qu’on engage quelqu’un car elle avait trop de travail. En fait, elle ne sait pas très bien se servir de tout un tas de trucs que je sais utiliser, et elle n’a aucune culture, cette nouille. Pour elle, dès qu’elle a lu un truc dans Wikipédia, c’est vrai. C’est assez rigolo, si le truc n’est pas dans Wikipédia, c’est que ça n’existe pas. Or il y a des tas de cas où W se fourre le doigt dans l’oeil ou est incomplet.

Car internet c’est grand c’est beau c’est chouette, mais sous cette avalanche d’info diverses et variées qui nous dégoulinent dessus dès qu’on clique, il faut savoir choisir. Et c’est là qu’intervient une technique intellectuelle fort utilisée (quoique pas tant que ça, par ce que Buffon recopiait des passages entiers des naturalistes antiques, ai-je lu, en ce qui concernait les animaux des contrées lointaines, donc c’est un contre-exemple mais on s’en fout) par les intellectuels du XVIIIème siècle, plus connus sous le nom de Philosophes : l’esprit critique. Diva ne sait même pas que ça existe. Elle critique, mais sans esprit.

Donc, elle avait besoin de quelqu’un pour faire tout une part de son travail.

Donc moi.

Donc elle m’a montré, au début.

Certes, elle connaissait la boîte, mais à part ça, pas grand chose. Elle est tellement ignare qu’elle a été épatée de mes connaissances, non que celles-ci soient si extraordinaires, mais elle est si ignorante, la malheureuse, et les autres si peu littéraires que ça le fait.

Mais sa personne est un vrai fléau dans le travail.

En effet, les gens compétents sont parfois cons, mais les gens incompétents et ignares qui font gaffe à leurs fesses sont obligés de mentir dans tous les sens pour se protéger. Ils n’ont pas le choix (si l’on réfléchit bien, car si leur ignorance et leur incompétence se révèle, ils risquent très gros). Donc Diva est condamnée à chercher de tous côtés des moyens de se protéger. Pour cela, elle tisse sa toile. Et je dois être en bons termes avec elle. Cela oblige à un doigté terrible : si elle sent que je fais attention ou que j’ai un peu peur (ce qui est le cas, car quoi de plus dangereux que la bêtise ?), elle va prendre de l’emprise sur moi. Je suis donc obligée à un lobbying forcené hors et dans la boîte : je ne suis pas contre elle, mais pour ne pas être non plus pour elle, je dois être « mon propre » maître, je ne sais pas si je me fais bien comprendre. Si je suis capable, par le jeu des forces au bureau, de lui faire pièce, ça va. Sinon, elle me bouffe : avec elle ou contre elle, elle mène le jeu.

Je ne sais pas si je me fais bien comprendre. Diva est mielleuse et base ses rapports sur une sympathie doucereuse qu’elle distille à tout le monde, et elle essaie aussi de faire son indispensable, sa malheureuse (Marc est trop dur avec elle, ça c’est ce qu’elle nous dit à nous, mais en douce, pour se faire bien voir de lui, elle va lui balancer le moindre truc des uns et des autres) et sa femme qui sait.

Je ne pense pas que beaucoup de gens l’aiment, mais il est difficile de s’en rendre compte : arrivée la dernière, sauf Viviane, qui est un peu hors jeu, je ne peux pas aller voir mes collègues et leur dire tout de go : « Ne pensez-vous pas que Diva est une conne manipulatrice et incompétente? ». En outre, plusieurs personnes ont avec elle une attitude du genre : « Diva est tout de même gentille. » Je soupçonne fort ces personnes de se douter que Diva ne vaut rien, mais ils sont gentils et altruistes et pensent sincèrement qu’il faut qu’elle garde sa place et qu’elle continue, parce que ce serait méchant de la virer ou de lui nuire.

Oui, ce serait méchant : mais Diva est elle-même, j’en suis de plus en plus persuadée, une personne méchante et malveillante. J’ai l’impression, difficile à expliquer, que, tout en douceur, sans cri et sans conflit, la situation évolue vers un conflit, mais je ne sais pas lequel.

Je dois avouer que, bien que je sois sincèrement persuadée de ce que j’écris, je me pose en même temps des questions. Est-ce que je ne me fais pas un film?

Avez-vous déjà vécu des expériences pareilles? Avez-vous déjà eu l’intuition qu’une personne mettait une mauvaise ambiance? (Je dis bien qu’il n’y a pas de fait avérés, pas de cris, ni de disputes, ou très peu).

Publicités

23 réponses à “La Diva

  1. Preum’s à mettre un commentaire!
    Tout d’abord chère Fanette, je dois t’avouer quelque chose : dans chaque entreprise, il existe un spécimen de Diva! Chez moi par exemple c’est la comptable.
    Que veux-tu, tu as toujours une grande folle qui croit tout connaître mais qui ne sait rien faire d’autre finalement que de mettre la mauvaise ambiance dans les couloirs.
    Je compatis!

  2. Je m’en doutais un peu, mais je n’étais pas sûre. Eh bien. ça promet.

  3. et il y a pire ! il existe en effet beaucoup de « Divo » au masculin ! le nase qui se croit bon et qui n’hésite pas à faire porter le chapeau si ça foire…
    et c’est pas un poisson d’avril, hélas !

  4. ma chef à mon ancienne boite.. pareil, sous chef en fait, demi cheffe comme tu le dis…. bien sur ne pas remettre en cause hein, mais bon, etre mielleuse et tout ca ca va 5 minutes, plus d’une fois je l’ai rembardée après, après avoir fait copine avec le vrai chef 😉

  5. Ouah !
    Je fais un résumé :
    Aucune culture, nouille, ignare, ignorante, fléau, incompétente, menteuse, bête, mielleuse, doucereuse, conne, manipulatrice, ne vaut rien, méchante, malveillante, (et dans le tag grosses fesses ?)

    Bon, avoue, hier elle t’a fait un coup de vache qui t’a énervée !

    Il y a des gens comme ça… Des gens dont on se demande ce qu’ils font à la place qui est la leur… Et qui ne craignent qu’une chose, c’est que quelqu’un ne la leur pique…
    Qui insidieusement s’approprient tes gains et te refile leur pertes…
    Et qui sont suffisamment indéboulonnables dans la société pour que tu sentes que ça ne changera jamais…

    Alors, change de boîte !

  6. très parlant! dans mon domaine ce sont plutôt des chefs. On en trouve quelques uns du style de la Diva.
    elle ne serait pas fan de Bigard par hasard…
    Heureusement, il est possible de trouver des équipes où il n’y a pas ce genre de plaie!

  7. Normalement, Diva ne devrait pas duper leur monde très longtemps, sinon cela voudrait dire que les chefs au-dessus d’elle son encore plus ignorants…

  8. la verite est peut etre ailleurs…

    il faut bien admettre que depuis que nos ancetres ont decouvert le syndicalisme, il est de notoriete publique de prendre les « chefs » pour des cons, des incompetents, des diviseurs…
    Oui je suis plus competent que mon boss dans un domaine bien precis, mais dans deux ou trois autres c’est lui qui me met une claque et une belle… il fut un temps ou il m’etait impossible de voir ces matieres ou moi j’etais incompetent, on a tendance a ne voir que ce qui nous interesse, que ce que nous pouvons maitriser… La Diva est certainement comme tu l’as decrit mas… essaye d’enlever la part de haine et demande toi si tu pourrais faire tout son job, j’ai bien dit tout…

  9. Je confirme, il y en a partout, et c’est très très pénible !

  10. Oui moi j’en avais une belle ! J’ai même démissioné et suis partie dans une nouvelle boite. Elle ne savait même pas taper sur un ordinateur donc te le laissait taper ses papiers … et te laissait tout le boulot amont. Elle soupirait souvent du style, « on m’en demande trop » et passait sa journée sur msn. Donc à la fin, c’était soit je lui pétais la gueule, soit je devenais une cocotte minute, soit je partais ! Vite vu.

  11. ça arrive ! moi jusque là j’ai eu que des collègues et chefs gentils ! je touche du bois

  12. Norzem a raison, j’ai la même dans ma boîte, on a tous notre Diva !

  13. Ouaah !!! Alors tout est normal !!! Diva tape très très mal… mais je ne lui tape rien, ça ne fonctionne pas comme ça, mon travail et le sien sont séparés… Oui, il est possible qu’elle ne parvienne plus à duper les gens, mais elle est très soutenue dans la boîte, elle a beaucoup d’amis, enfin de collègues qui semblent l’apprécier… De là à quitter le boulot, oui, je peux l’envisager, mais pas tout de suite….

  14. Les divas, il y en a une dans chaque boite, comme il y a un con procédurier dans chaque copropriété ! Il faut lutter mais en utilisant leurs propres armes !
    BON COURAGE FANETTE;

  15. Eh oui, Fanette !!! Des gens comme ça, il y en a malheureusement partout !!! On ne peut rien y faire, il faut essayer de faire en sorte qu’ils ne soient pas trop nuisibles.

  16. diva ou divo peu importe le specimen, mais il est partout..mielleux, baveux, et à le moindre petit ecart de ta part, il te saute dessus..
    ils sont partout,les eliminer, une chose a faire prendre leur place ou partir
    bon courage !!

  17. Eh bien !!! ça n’a pas l’air facile tous les jours ton travail !!! Bon courage.

  18. Non, mais elle ne va pas prendre ma place. Non mais ho. Marc m’aime bien, il faut que ça continue.

  19. Lire ton blog est un vrai plaisir 🙂

    des gens qui foutent une mauvaise ambiance, je pense qu’il y en a partout. Moi meme je peux etre une sacrée langue de vipere quand je m’y met. L’un des buts ultimes d’une des personnes sélectionnées avec moi pour étudier en Angleterre, c’est d’être le major de notre petit groupe de dix. Quelle gloire.

  20. Aucune expérience de ce genre, j’ai toujours été déclarée inapte à travailler en groupe alors je suis devenue libraire…

  21. Bonjour Fanette.
    Il est très réussi ce post. Tu es perspicace et observatrice. En fait des gens comme ça il y en a partout. Une des premières explications de ce que l’on appelle pudiquement les « problèmes de personnes » dans le monde professionnel, ce sont les différences de systèmes de valeur. En fait, Diva est comme ça parce qu’elle ne sait pas faire autrement. Et tout ce que tu dis indique qu’elle doit être bien mal dans sa peau, puisque le seule environnement qui la « rassure » c’est une mauvaise ambiance, donc une ambiance qui génère de l’anxiété. Elle n’a sans doute jamais connu d’environnement pplus agréable. Ou elle est inconsciemment persuadée de ne pas mériter mieux. Tu as raison d »être prudente, c’est effectievemen sans doute quelqu’un qui cafte pour se faire bien voir. Une façon de gérer ce genre de personne, c’est, en parole, de toujours lui accorder l’hypothèse du bénéfice du doute et des intentions professionnellement constructives. Et si c’est vraiment méchant, évoquer une possible maladresse. Tout en conservant un grand bon sens terrien pour proposer des suggestions. Mais surtout, never complain, never explain et tente de limiter au maximum les contacts avec elle. J’ai eu une chez comme ça il y a quelques années. Quel soulagement quand j’ai pu changer de poste … Bon courage ;o)

  22. Dis donc, Catherine, c’est toi qui est perspicace !!! je découvre des choses sur elle, et je comprends. Oui, peut-être ne sait-elle pas vivre autrement, et comme je connais un peu sa vie perso, dont je n’ai rien dit, ta remarque est très éclairante. Le problème, c’est que la compréhension ne change rien. Et never complain, never explain, c’est exactement ça : je dois toujours avoir l’air « forte  » et savoir ce que je fais, car même un doute du genre je mets une police comme ci ou comme ça va lui servir à me dévaloriser.

  23. Ah oui … Si c’est à ce point, effectivement, cela t’oblige à être particulièrement vigilante. Et prépare toi à une chose. Souvent les gens comme ça manque de confiance en eux, et on tendance à vouloir « remettre à leur place » ceux dont ils ont l’impression que eux ils en ont (ça m’est arrivé un jour et je suis heureuse d’avoir eu la bonne réaction dans le contexte, donc je la partage avec toi …). Bref, un jour ma chef de l’époque me dit avec tu sais ce sous-entendu dans la voix qui n’est pas un reproche mais qui laisser suposer qu’elle s’attend à ce que tu t’excuses quand même de ça, bref elle me dit « … tu ne doutes jamais toi hein ? », et là, j’ai senti le piège prêt à se refermer sur moi. J’ai lentement levé la tête, je l’ai regardée avec le visage le plus zen que j’avais en souriant juste un peu (pas de victoire, surtout pas, juste l’assurance que je voyais qu’elle avait cerné une de mes qualités profondes mais que je n’étale pas car je n’en ai pas besoin …) et je lui ai dit « Tu as remarqué hein ? Rien de t’échappe … ». L’assurance pour moi et je la valorise juste ce qu’il faut en passant. Et ben après ça, j’ai eu une sacrée paix ! Si ça peut te servir … Mais effectivement la compréhension ne change rien, et les gens comme ça, c’est un peu normal de chercher à les éviter pour s’en protéger. Un jour tu auras une opportunité et tu changeras de job ! Excellente soirée à toi ;o)
    Ah oui, j’oubliais, le risque c’est que après, elle attaque sous l’angle que comme tu ne doutes pas, tu n’es pas capable de te remettre en cause et donc de progresser. Et là, il faut savoir faire preuve d’une certaine mauvaise foi et d’un sacré aplomb pour expliquer que ce sont deux choses différentes. Ne pas douter c’est être en accord avec soi-même à un moment donné, être fidèle à sa conscience et à ses valeurs, mais cela m’empèche pas de savoir prendre du recul et voir les choses différemment à un autre moment. Au contraire … Bref, mauvaise foi, aplomb et culot sont parfois utiles, même si pour ma part ça m’enquiquine d’y avoir recours …