Le feuilleton du jeudi, saison 2

marionnettes1.jpg

Je rappelle que tous les jeudi, je raconte un truc qui m’est arrivé quand j’étais étudiante, enfin pas des anecdotes, non, une sorte d’histoire suivie. Enfin ce n’est pas vraiment une histoire suivie, il ne se passe pas grand chose. Là, j’en suis à la deuxième année, et je récapitule. Avant de reprendre.

Résumé : Bon donc, Fanette arrive de province, décidée à ne pas se laisser abattre par sa situation de petite provinciale. Elle rencontre un étudiant, par hasard, grâce à une étudiante qui disparaît tout de suite, j’aurais de ses nouvelles par la suite mais je l’ai quasi totalement perdue de vue, après l’avoir à peine connue, et qu’elle ait, au final, joué un rôle important dans ma vie. Il faudra que je parle d’elle, tiens. C’est une histoire bizarre.

Grâce à sa rencontre, Fanette se lie avec un groupe d’étudiants qu’elle trouve super sympathiques. Ils parlent, vont au café, s’amusent, l’ambiance est cool, légère, et Fanette (c’est moi) a la sensation de faire partie d’une bande unie, et c’est très agréable. Assez enfantin aussi mais bon.

Enfin d’année, tout le monde se disperse pour passer ses examens, certains révisent, d’autres pas. Le groupe éclate un peu, car une fille, Ophélie est jalouse de la réussite de la plupart des autres, alors qu’elle s’est plantée. Mais, après les vacances, tout recommence, ou presque.

Ou presque. En fait, la jalousie d’Ophélie n’était pas calmée, et les tensions, quoique peu nombreuses, venaient tout de suite au jour. On passait moins de temps au café, moins de temps en groupe, plus de temps à deux, les relations étaient plus découpées.

Je voyais tout de même régulièrement Ophélie, tout simplement parce qu’elle me fascinait. Le plus curieux était que plus le temps passait, plus je voyais clair en elle, mais c’était comme si je la voyais double : la vraie Ophélie et mon Ophélie fantasmée.

Je m’explique. J’aimais Ophélie pour l’ambiance qu’il y avait chez elle : les petites bougies, les lampes à abat jour rouge avec des dessins, les tissus mordorés pendus au mur, le jeté de lit en velours satinée très théâtral, les bâtonnets d’encens qu’elle allumait régulièrement, la musique latino-américiane ou indienne qui passait toujours chez elle, en sourdine.

Le look d’Ophélie était aussi fascinant : elle portait de longues robes noires, à peu près exclusivement, parfois des pantalons, mais larges, et serrés à la taille, des chaussures à bout très pointus et relevés comme les chaussures renaissance (elle les portaient ainsi avant la mode, pendant et après, et cette résistance à la mode me plaisait) ; sur des robes elle mettait des bijoux, des foulards, des broches. Elle réussissait à être originale et élégante. Persnellement, depuis l’arrêt de la veste burberry et des mocassins, remplacés par une parka et des chaussures de sport, je piétinais niveau look.

D’un autre côté, certains garçons se moquaient d’elle et l’appelait »la sorcière » en parlant de son look, pas méchamment, mais sans aucun respect pour son originalité. Philippe la trouvait stupide. Laurent aussi. Moi, je ne comprenais tout d’abord pas pourquoi ils la disaient stupide ; puis, je me rendis compte que dans certains domaines, elle était très ignorante, y compris dans notre domaine d’étude ; elle avait un problème de mémorisation des dates, et mélangeait, quoiqu’elle fit, des informations : par exemple, la légende des siècles, pour elle, était l’oeuvre de Chateaubriand. Elle avait lu un peu les mémoires d’outre-tombe, et elle me parlait de certains passages (comme le père de Chateaubriand qui allait et venait dans le salon le soir), mais elle était absolument convaincue que l’oeuvre de Chateaubriand s’appelait la Légende des siècles. Laurent et Philippe se moquaient d’elle peu charitablement, mais il faut reconnaître qu’elle était assez prétentieuse et prêtait à cela. Ils la faisaient parler de l’auteur, et s’amusaient de la voir s’enfoncer.

En fait, Ophélie faisait partie d’une catégorie d’étudiant assez bizarre : les étudiants ignares : ceux qui arrivent en fac on ne sait trop pourquoi et qui ont réussi le bac pour des raisons mystérieuses, parce que le niveau n’est pas très haut et qu’ils ont des capacités de raisonnements. Elle s’intéressait à pas mal de choses, et avait en quelque sorte un vernis de connaissance, qui joint à son look et à ses goûts musicaux originaux, faisait qu’on ne la classait pas immédiatement dans la catégorie « niaise inculte ». Mais aucune de ses connaissance n’était approfondie, elle survolait les faits, les évènements, se souvenait seulement qu’elle les avait étudié et lu, et pouvait jeter quelques mots, dans une conversations, pour faire un effet, mais c’était tout.

Au fil de cette année, je m’en rendis compte un peu plus. Il y avait du madame Verdurin en elle. Quand j’ai lu chez Proust le description des petites mimiques que faisait madame Verdurin pour montrer qu’elle riait, j’ai été stupéfaite : il décrivait Ophélie.

Je mets l’extrait, et essayez d’imaginer la scène :

« (…) depuis l’accident qui était arrivé à sa mâchoire, elle avait renoncé à prendre la peine de pouffer effectivement et se livrait à la place à une mimique conventionnelle qui signifiait, sans fatigue ni risques pour elle, qu’elle riait aux larmes. Au moindre mot que lâchait un habitué contre un ennuyeux ou contre un ancien habitué rejeté au camp des ennuyeux – et pour le plus grand désespoir de M. Verdurin qui avait eu longtemps la prétention d’être aussi aimable que sa femme, mais qui riant pour de bon s’essoufflait vite et avait été distancé et vaincu par cette ruse d’une incessante et fictive hilarité – elle poussait un petit cri, fermait entièrement ses yeux d’oiseau qu’une taie commençait à voiler, et brusquement, comme si elle n’eût eu que le temps de cacher un spectacle indécent ou de parer à un accès mortel, plongeant sa figure dans ses mains qui la recouvraient et n’en laissaient plus rien voir, elle avait l’air de s’efforcer de réprimer, d’anéantir un rire qui, si elle s’y fût abandonnée, l’eût conduite à l’évanouissement. »

C’était exactement ça que faisait Ophélie, et on voyait que c’était une affectation, un genre – et, évidemment, au fil du temps, je me mettais à voir (avec désolation) en elle comme dans une marionnette, je voyais les ficelles, et les bougies, l’encens, les tissus chamarrés, les abat-jours rouges, tout ça me devenait indifférent, elle me paraissait de plus en plus stupide.

Donc, cette année-là, ce fut la fin d’un mythe… Qu’est-ce que j’étais nouille… Mais en même temps, ce fut le début d’autre chose.

Edit : un comm de Nagagate me permet de remarquer que je n’ai pas insisté sur certains aspects d’Ophélie. Quand je dis madame Verdurin, c’est exactement ça : madame Verdurin cherchait à devenir l’âme d’un petit groupe d’esprit supérieur. Ophélie se considérait comme l’âme d’un petit sous groupe dans le grand groupe que nous étions. Ce petit sous groupe m’incluait, ainsi qu’Aurélie et Mirabelle. Je me rends compte que toutes ces relations très compliquées mériteraient des descriptions très précises. L’essentiel de la jalousie d’Ophélie portait sur Mirabelle, une fille très sympa, pas du tout sophistiquée, qui avait très bien réussi ses examens, en travaillant comme une furieuse pendant deux mois, alors qu’Ophélie, qui n’avait pas révisé, s’était planté. Mais elle s’étendait à d’autres, plus ou moins dans le même cas, comme si Ophélie ne comprenait pas que son originalité seule n’allait pas lui faire obtenir des résultats aux examens. Très concrètement, sa jalousie se manifestait pas de longues interrogations (avec moi, mais avec d’autres aussi) sur le thème : Pourquoi Truc apprécie Bidule? Et elle dénigrait, par des observations bien senties, Truc et Bidule. Quand j’étais avec elle, je me trouvais dans la situation de l’avocat du diable, et en plus d’un avocat du diable limité dans ses arguments : Ophélie critiquait les gens avec de petites observations assez fouillées et senties, dont parfois je me demandais si elles n’étaient pas imaginaires (par exemple, elle tirait des conclusions innombrables d’un regard de Truc à Bidule, que je n’avais pas remarqué, et dont elle décryptait la signification). Face à elle, je répondais platement : « Oui, mais il est gentil, Truc, il est marrant… » et je sentais bien que je n’étais pas à la hauteur.

Au fil du temps, cette situation devenait de plus en plus inconfortable, surtout qu’Ophélie pouvait critiquer très vertement Mirabelle pendant 1 mois, puis ne plus la quitter pendant 2, etc. Malgré ma fascination et ma sympathie pour elle, qui étaient vraiment immenses, je ne réussissais plus à la supporter : il me fallait l’écouter dire du mal de tout le monde, par vagues…

Je suis en train de me dire que pour la décrire exactement il faudrait être très long. Il y avait en elle un mélange très bizarre de curiosité et d’originalité réelle, et quelque chose qui la poussait à être hyper critique et parfois méchante, mais qui n’était pas de la méchanceté… mais je ne sais pas ce que c’était.

Publicités

21 réponses à “Le feuilleton du jeudi, saison 2

  1. Je ne veux pas défendre la veuve et l’orphélin mais ton ex-copine Ophélie était surement nouille pas très cultivé et un peu niaise mais elle avait une personnalité, un look et une façon de vivre surement bien différent au moule de ton entourage, cela ne veut pas forcement dire que tes pôtes à l’éducation sans reproche sont beaucoup plus interressant… ils sont peut être fade qui sait? déjà qu’ils ce moquent de la tête de quelqu’un d’autre comme celà je trouve que c’est pas très net… simple question de point de vue!

    Je comprend, on a le regard en fonction des influances…

    Une question tout de même, cette Ophélie débinait sur tes copins?

    Je sais pas pourquoi mais je suis presque sur que non. J’ai bien connu une nana comme ça, avec de la personnalité, très belle mais disons futile, elle était souvant critiqué par tous (même moi je m’y mettais des fois) pourtant avec le temps je me suis apperçu qu’elle n’a jamais débiné sur les autres, en fin de compte qui vaut mieux que l’autre???

    Aller Fanette, passe le bon jour à Ophélie !!

  2. J’ai l’impression qu’on a tous déjà connu une Ophélie dans sa vie … une personne qui nous fascine … puis finalement on se rend compte qu’elle n’a rien de plus … que c’est juste une façade … comme une roche qui subit l’erosion du temps …

  3. Je suis bien d’accord avec Zeste: on a tous une Ophélie dans un placard. J’adore tes portraits si visuels! Je VOIS Ophélie.

  4. Bonjour Fanette,
    Merci pour ta visite et bienvenue sur mon blog. Oui notre spectacle promet d’être super. Nous avons fait un spectacle de nuit pendant 5 ans. Nous nous lançons dans le spectacle de jour avec des rôles parlés.
    Ecouen n’est pas loin de Paris ….. Qui sait ?
    Bonne journée

  5. Nagagate, ta remarque est pleine de sens.. mais ça n’est pas le cas. Je fais des modifications.

  6. une hypothese : Ophélie n’est pas sure d’elle, elle est même assez fragile à l’intérieur et manque cruellement d’estime de soi, elle a peur de n’être au fond qu’une fille très banale et sans intéret, toutes choses qu’elle cache en mimant le caractere contraire, en cultivant une originalité forcée et de façade, en critiquant les autres comme si elle se pensait supérieure à eux alors qu’elle angoisse d’être inférieure à tous.

  7. J’aime les gens qui citent Proust. Proust est merveilleux, on peut trouver chez lui exprimé précisémment ce qu’on ressent pour quelqu’un ou une situation. Pauvre petite Ophélie comparée à la verdurin !

  8. Quel plaisir de voir Proust cité.
    J’imagine très bien cette Ophélie : je connais une personne de ce genre, originale, imaginative, fragile narcissiquement et paresseuse.
    Et c’est la paresse qui ruine tout.
    J’espère que ton Ophélie s’est aperçue un jour qu’il fallait travailler et pas seulement être pour faire quelque chose de sa vie.

  9. Moi aussi, je l’imagine, ton amie. C’est marrant, j’ai connu une fille qui lui ressemblait un peu. Elle avait quelque chose de séduisant ET de repoussant en même temps. Mais contrairement à toi je la fuyais plutôt.

  10. Tu as eu des mais bizarres.. je ne me souviens pas d’avoir rencontré quelqu’un comme ça.

  11. ça devait quand même être joli, chez Ophélie : j’imagine très bien tout : les bougies, l’encens etc. Moi aussi j’aime l’encens.

  12. En gros, c’était une gothique Ophélie, non?

  13. On a tous rencontré une Ophélie un jour!
    Elles me font toutes pitié ces ophélie…

  14. moi elles me font pas pitié les Ophélies…. je trouve ça bien de savoir un peu de tout sur tout… on n’est pas obligé d’etre passionné dans la vie, et d’avoir chacun notre sujet de prédilection pour gagner à question pour un champion… c’est une curieuse, une butineuse, intéressée par tout et voila

    si je la defend c’est que je crois que je dois avoir un coté Ophélie moi… et pas qu’un peu en fait…

  15. La fascination, j’ai connu ça et puis, un jour, on ne sait pas pourquoi (ou plutôt si, on sait : nos vies deviennent tellement différentes) on n’a plus rien à se dire et c’est insupportable. Mieux vaut alors ne plus jamais se voir.

  16. « on a tous quelque chose en nous d’ … » Ophélie.

    oui, oui c’est pas du Proust, mais elle est attachante, j’aime les personnages déviants.

  17. Le problème, c’est justement que je l’aimais bien, et que j’ai fait tout ce que je pouvais pour la voir, beaucoup, pour faire durer au maximum notre amitié. Et même d’y repenser, là, j’ai encore envie de la voir. Mais ça c’est une autre histoire.

  18. Oui, moi aussi je l’aime bien, ton Ophélie et pourtant je le devine agaçante.. je crois qu’on en connait tous une…

  19. Quelle patience tu as de décrire ces gens que tu as connu, avec tellement de détails et d’analyse. Je crois que je serais bien incapable de le faire avec autant de précision, j’oublie parfois par besoin ou par le quoitidien, ce qu’étaient les gens que j’ai cotoyés.

  20. Salut Fanette,

    Mon point de vue sur ton interrogation finale est je pense  » la mythomanie »
    Je ne vois que ça!!

    Bonne soirée,
    Bye!

  21. Bonjour Fanette,

    souvenirs, souvenirs……..
    oui je sais, je sors sur la pointe des pieds
    Douce journée
    Bernadette