Etats d’âmes

Voilà ce qui m’arrive. Au début j’écrivais pour moi et j’avais juste un tout petit peu de lecteurs. Maintenant j’en ai plus (pas beaucoup, mais plus). Je suis bien contente.

Je me trouve dans la situation de la fille qui raconte des trucs perso à deux-trois personnes et tout d’un coup il s’avère que tout le monde entend.

ça me bloque.

Plusieurs personnes m’ont demandé ce qu’il advenait de Lui, de Pierre-Henri, tout ça.

Il advient des trucs. Des trucs. j’ai laissé passer du temps, ça me permet de prendre du recul et de raconter en décalages avec les faits, pour plus de discrétion. Si un truc de janvier qui a eu lieu dans un restau du 15è, je le raconte en mars et je dis que ça c’est passé chez ma copine Juju ou dans un cinéma, ça fait pas pareil. Pour les moteur de recherche. Il ne reste que les états d’âmes, mais les gens ne font pas de recherche sur les états d’âmes.

D’autre part, mes récits sont incomplets et amènent les gens dans des directions insoupçonnées. Je veux dire que quand je fais un récit rapide, les gens s’imaginent quelque chose qui n’est pas forcément vrai sur l’ensemble de la situation. Donc il faut que je fasse des récits longs. Après, c’est trop long et on dit que je fais du teasing. (non mais je ne suis pas fachée que l’on dise ça, ça donne un air super pensé à des textes écrits fissa).

En fait je médite sur une façon d’être : discrète, précise, et générale. C’est-à-dire raconter des trucs sans que je sois repérable (brouiller les lieux/dates), précise sur mes sentiments (donc bavarde) et générale (essayer de comprendre si mon impression est juste, partagée, particulière, etc).

Donc là du coup j’ai envie de raconter un truc. c’était le soir, ou le matin, je ne sais plus trop l’heure, quatre ou cinq heures. j’étais place de la Concorde et c’était pas cool. J’étais crevée. j’avais envie de dormir. j’avis bu, un peu, et envie de rentrer chez moi. Qu’est-ce que je foutais là? j’étais avec Val. On sortait d’une fête, le genre où on se demande pourquoi on y a été. Surtout qu’en ce moment je me demande pourquoi je sors. ça doit être une phase.

J’étais là avec Val et j’avais envie de dormir, rentrer chez moi, et réfléchir, mais je ne savais pas à quoi. ça arrive, je crois, d’avoir une sorte de super lucidité de 4 heures du matin, tu comprends tout, tu sais tout, tu vois tout, c’est l’illumination mystique. t’as jamais (enfin moi) un stylo pour noter, amais si tu l’avais, tu coprendrais tout à ta vie!!!

Comme j’avais pas de stylo, je me souviens plus trop bien, mais je me sentais seule, triste, vide. Abandonnée avec ma copine énervée à quatre heures du mat place de la Concorde. Quand je regarde le Crillon je me sens pauvre. Le Crillon c’est l’hôtel place de la Concorde. Je ne suis pas sûre que ce serait mon hôtel préféré mais c’est le principe, disons que de toute façon je ne peux carrément pas me le payer, et là, comme d’hab, j’avais rien sur moi, cette manie de sortir sans argent, c’est terrible.

Mais même avec le contenu de mon porte monnaie resté dans mon autre sac, j’aurais pas eu de sous pour le Crillon.

Pourquoi j’étais là?

On se faisait ch.. dans la fête avec Val alors on a voulu partir. Un type qui avait dragué Val, super lourd, a voulu nous ramener. Val lui a dit qu’elle voulait rentrer mais évidemment le type a voulu nous emmener boire un verre. Val non. Elle était de mauvais poil, et moi, ordinairement dans l’humeur « rebondissement de soirée », on va boire un verre et après on sait pas, il se passe des trucs, d’autres gens arrivent tout ça, moi je n’étais dans ce trip – j’avais envie de dormir, et même pas honte, sauf que je l’ai pas dit, mais j’ai de plus en plus envie de consacrer du temps à dormir. Donc on a insisté pour qu’il nous ramène, le type a râlé, il a dit qu’on n’était vraiment des chieuses de pas venir boire un verre, il nous l’offrait et nous on voulait pas, les femmes sont numlles ellesse plaignent que les mecs sont nuls mais elles sont jamais contentes, d’où ça m’a ranimé, Val aussi, on s’est engueulé, on lui a dit que des mecs pas nuls on ne vait des listes longues comme le bras (heu…) et que lui même pas en rêve, il était grossier, sûrement il pissait à côté des toilettes (un débat tout en finesse), le mec a râlé que les nanas elles avaient quoi à parler de ça, Val lui a dit que les mecs étaient des gros porcs… mauvaise ambiance, on est descendues de voiture. En rage. Du coup j’avais chaud. De colère.

On s’est demandé ce qu’on faisait, le père de Val habite pas trop loin, mais on restait là à parler, moroses. Val n’habite plus chez son père, mais bon, elle a les clefs, on pouvait entrer (et moi je me disais : si le père est en train de s’envoyer en l’air dans le salon avec sa copine??? je veux dire il est chez lui ce monsieur et pouf on arrive).

Pourquoi on avait été à cette soirée? je ne lui ai pas dit, elle non plus, je n’ai pas une intimité totale avec Val, j’essaie d’en jeter un peu, c’est le genre de fille si tu te dévoiles, elle peut t’en balancer une trois mois après, tu l’as pas vu venir. mais elle a des qualités. C’est juste que c’est pas la personne adéquate pour T’épancher. On y a été pour y aller. Pour dire qu’on sort. Voilà. On est desfemmes on est modernes et on sort. Mais on n’a plus 20 ans. C’est pas une question de rides ou de gros cul, j’étais pas squelettiques à 20 ans. Je suis même plus arrangée maintenant. Non, c’est pas ça. 20ans on ne l’a qu’une fois, ce que je raconte tous les jeudis, on ne l’a qu’une fois d’y croire, quelle que soit la façon dont on y croit, de s’amuser pour la première fois. C’est une façon de parler parce qu’on l’a fait avant 20 ans et quand j’étais étudiante j’avais 18 ans au début. Mais bon, disons 20 ans. Après on ne fait que répéter, rechercher ça, et on ne le retrouve pas. Ou, me dis-je, si on s’y retrouve, on s’y perd. je me comprends. On peut peut-être continuer d’être fofolle, rêveuse, de discuter de soi avec son copain jusqu’à 4 heures du matin comme si la vie était interminable.. c’est comme les Princes d’Ambre : on le découvre et tombe amoureuse de Corwin, bon, mais après, on ne fait que le relire, la magie opère un peu moins à chaque fois (il n’y a que pour Proust que la magie opère à chaque fois ; mais Proust parle, justement, du temps qui passe et en même temps ne passe pas).

Donc c’était une fête avec les éléments de la fête, les gens, la musique, l’alcool, mais il manquait la petite magie. une fête ratée c’est une fête ratée mais c’est une discordance qui en annonce d’autres – peut-être.

Avant d’y aller j’étais passé chez Ben qui m’avait fait un thé. Parce que j’aime le thé. Et des biscuits danois. Parce que j’aime les biscuits danois trempés dans le thé. Une heure à me dire que non, je ne peux pas, je vais faire quoi avec un garçon trop gentil? A chercher la petite bête. Passer mes week end à regarder des films? Aller chez le suédois avec ma cousine et acheter des canapés ou des lampes? Les montrer à Etiennette? ça me donne le vertige. Je ne suis pas comme ça moi j’ai une vie. Je sors. Tout ça. Je suis sortie, lui aussi, il devait aller chez des potes.

Et alors je suis sortie.

Au final on a été dormir chez le père de Val, dans l’ancienne chambre de Val, la chambre de bonne au septième étage.

Publicités

27 réponses à “Etats d’âmes

  1. Difficile en effet de trouver le juste ton quand on se rend compte qu’on ne parle plus à 2-3 inconnus, mais qu’il y a sans le savoir des gens proches qui vous lisent, qui ne se manifestent pas, et qui un jour, autour d’un dîner, vous sortent vos 4 vérités sur ce que vous avez écrit sur votre blog… Moi aussi j’ai du mal…

  2. Hmm, pour l’instant, je ne connais pas ce genre de choses… Mes plus vieux amis ne connaissent pas mon blog. Par contre j’essaye d’être assez vague…

    Par contre, je ne suis pas foncièrement d’accord sur cette histoire de 20 ans et des sorties… Je ne sais pas, c’est p’t’êt’ différent, mais vu que je ne sortais pas vraiment à 20 ans… Est-ce que je me rattrape maintenant ? Je ne sais pas, c’est différent (en tout cas, oui, le type m’avait tout l’air d’un connard malotru…)

  3. Oui, il y a des fêtes ratées parce qu’on n’était pas dans le trip de faire la fête ce soir-là…
    Tout est dans l’état d’esprit, même si l’ambiance est là, parfois tu te sens décalé, tu ne rentres pas dans le truc…

    Par rapport au délai que tu prends entre ta vie, et quand tu la racontes, c’est marrant d’imaginer que là, actuellement, tu vis peut-être avec Ben, tu es enceinte de lui, qui sait ?

    Mais ne sombre pas non plus dans la paranoïa… Tu fais tout pour que tu sois irreconnaissable. En plus, tu as peut-être des proches qui sont venus sur ton site, et qui en sont parti sans même se rendre compte qu’ils te connaissaient. Tu sais combien il y a de blogs en France ? (Bon, moi je ne sais pas mais à mon avis beaucoup !). Donc y croiser par hasard des gens qui te connaissent, je n’y crois pas trop…
    Où alors, tu sais qui c’est (il va sur les mêmes sites que toi, les mêmes blogs etc…) et dans ce cas ben… d’abord tu stresses, et ensuite tu relativises (voir mon cas de conscience ici : http://ouididou.blogspot.com/2008/02/et-si.html ). Bon OK, je suis un lourdeau et je ne sais pas insérer un lien dans un commentaire…

  4. Je ne sortais pas tant que ça, je veux dire je n’allais pas tout le temps dans des fêtes, mais j’étais tout le temps chez des amis, sans me poser de questions.

  5. Didou : non, en fait je ne crains pas qu’un proche me reconnaisse. Franchement, j’ai tout brouillé. Non, c’est juste que je ne savais pas l’effet que ça me ferait d’écrire en ayant du mal à faire abstraction du fait que beaucoup de gens (même inconnus) vont lire, donc j’ai du mal à parler de trucs perso. C’est peut-être une phase. Je suis par ailleurs fatiguée en ce moment.

  6. On cherche le recul necessaire quand on tiens un blog, on est tenté de lacher des trucs persos, alors qu’il y a (outre ceux qui viennent régulièrement et laissent un pt com’ de temps en temps… qui font partie de la communauté, on va dire ça comme ça) des anonymes qui ne laissent pas jamais de com’… Je me sens comme une intruse dans ces cas là, et les trucs trop persos, j’évite 🙂 D’une grande naiveté, j’ai appris à mes dépens qu’il valais mieux prendre quelques précautions… que je ne prends pas forcément ! ;))

  7. Tout cela ressemble à un petit coup de déprime. Sans doute à cause du printemps qui traîne à pointer le nez.
    Essaie de faire abstraction du fait qu’on te lise (ou pas), sinon tu n’as plus qu’à fermer boutique. Perso ou pas, tant que ce que tu écris vient du coeur, ça te fais du bien à toi. Et c’est le principal.

  8. Je découvre et je trouve très sympa votre blog, humour et pas prise de tête…. je démarre le mien et je ne sais pas encore trop quoi y mettre….

  9. MDR le com de Didou…
    En fait c’est comme les feux de l’amour, aux USA c’est quasi de temps réel, par contre en France on a un métro de retard, même par rapport à la Belgique!

  10. C’est vrai que c’est pas facile d’aborder des choses vraiment personnelles sur un blog. Moi, en te lisant, je ne cherche pas à savoir si c’est toi ou pas toi, derrière tout ça. Je sais très bien que si je te croisais dans la rue (impossible!), je ne saurais même pas que je croise Fanette. Fanette est une héroïne, que je lis avec plaisir. Je ne vais pas plus loin que ça. C’est ton blog, ton style. C’est un peu un roman. Je te l’ai toujours dit, tu devrais écrire. Pour de bon!
    Je me confies beaucoup dans le mien, et ceux de mes filles. C’est un besoin et un choix personnel. Une thérapie. Je n’ai rien à garder, au contraire, j’ai beaucoup de choses à sortir de moi-même. Beaucoup de proches ont lu et ont su. Il n’en ressort que du bon aujourd’hui. Je ne savais pas comment leur dire qui j’étais. C’est fait.
    Chacun son truc. Mais le plaisir de te lire, il est intact.
    Bon week-end Fanette…

  11. Les blocages, l’auto-censure je connais et c’est pas facile… De plus, je sais que des personnes qui me connaissent (et que je n’ai pas envie qu’elles me lisent), lisent mon blog parce que l’Homme n’a pas pu garder le secret !!! Des baffes !!

  12. rhan le billet qui donne envie de se pendre… on cherche et on ne le retrouvera pas.
    Argh
    « précise et générale » oui dur dur… moi j’aime bien lire les états d’âmes les miens je les garde pour moi mais ça me frustre. Les détails « qui quand comment » ça permet d’imaginer la scène c’est en bonus, perso j’aime bien, mais ça permet aussi de fouiller je suppose de chercher … super refroidissant.

    pas facile de placer le curseur.

  13. Ecoute, moi, tu vois, personne ne me lit, et d’un côté j’aimerai bien plus de lecteurs, de l’autre, j’ai beau trouver l’idée des blogs super, je ne sais pas quoi dire!!! Trop de choses à dire, pas assez de temps. A lors je trouve que ce que tu fais est très bien, ne te casse pas la tête??? C’est sympa de te lire, visiblement tu as des lecteurs, continue, et suis tes envies!!!

  14. Si tu veux mon avis…mine de rien…c’est très littéraire tout ça…faut pas chercher à comprendre. juste à se laisser embarquer. J’aime bien me laisser emporter…

  15. Que ce doit être pesant de tout le temps tout brouiller, inventer ou modifier les pistes de tes écrits pour échapper à une pseudo-reconnaissance de soit… et c’est d’un compliqué… comment ne pas perdre la tête?, alors qu’il est si simple de parler de choses et d’autres en restant soit même et naturel.
    D’un autre coté si ton bien-être et une certaine reconnaissant et qu’elle peut passer par un nombre plus ou moins important de messages laissé sur ton blog, continue dans cette voie que tu t’aies forgé car il est évidant que le succès est au rendez-vous, si l’existance est à ce prix…

    simplement, fais toi plaisir !!!

    Bye!

  16. Sympa tous ces comm ! Je crois qu’il faut juste que je me laisse aller et que je me fasse plaisir, oui, et que je fasse ce qui est le plus pertinent pour moi. Je ne voulais pas me plaindre, juste dire un truc sur mon état d’esprit en ce moment.

  17. Oui mais nous on aime quand tu t’étales, que ce vrai ou non, que ce soit d’actualité ou vieux de deux mois.

    PS : comme il y a eu des travaux sur ma plateforme bloguienne,ton commentaire de cette semaine ne s’est pas enregistré.

  18. il y a un moment dans la vie ou l’on sort parce qu’il faut. Et puis, plus tard, une fois que les bébés sont nés, le rythme des sorties diminue.
    Quand enfin, on peut laisser les petits à une baby sitter de temps en temps, alors là c’est l’éclate totale : même les soirées les plus banales deviennent fantastiques !

  19. moi je ne sors plus – j’ai jamais trop aimé : qq bons souvenirs mais pas des tonnes – alors j’aime bien te suivre dans ton désanchentement post-fete…
    et les copines sytle Val – j’ai un peu éliminé mais c’est bien vu -il y a des filles comme ça. Bon tout ça pour dire que ton univers est tres juste/vrai/étrange mais réel. Soit

  20. ahhh les pensées mystiques à 4h du mat dans la rue, ça me connait ! avec une copine dont tu te demandes ce qu’elle fout avec toi…et les plans foireux avec des mecs lourds, j’ai connu cette misère lol
    moi j’aime quand tu t’étales, que tu raconte ta life, parce que tu la décris très bien…
    Je vais te dire : qu’est-ce qu’il manquait à ta fête ??? ben moi ! une nana trentenaire, maman, casée mais toujours aussi délurée et qui s’amuse n’importe où ! et pourquoi je me fais un ego trip ? tout simplement parce que quand je me casse des soirées, le lendemain on me dit : « ooh ben quand t’es partie, l’ambiance est retombée » lol et tout ça avec zéro degré d’alcool (que j’ai banni de ma vie car je n’aime pas le goût et que ma première et dernière cuite because chagrin d’amour à mes 17 ans s’est terminée à l’hosto…(oui j’avoue, je me suis volontairement saoulée la tronche avec un tas d’alcools différents mais bon, on n’est pas sérieux quand on a 17 ans !)
    Eclate toi, laisse parler ta vraie nature et le reste, tu t’en fous ! bises

  21. et super chouette le dessin au fait !

  22. Ouais mais on est un peu tes copines quand même non ?

  23. je suis un inconnu mais je te lis sans curiosité malsaine, et finalement quand on lit un blog c’est la personnalité de la blogueuse qui nous interesse pas du tout Pierre-Henri, et puis c’est chouette parce que je croyais pas croiser un jour qqun qui pouvait aimer à la fois les princes d’Ambre et la recherche du temps perdu, c’est la magie des blogs 🙂

  24. Tous ceux qui mettent des comm sont un peu mes copains, ça fait tellement plaisir, Amelimelo, non?

    Tirui : Et le juge Ti!!! J’aime bien le juge Ti.

    Miss Lolipop : le dessin c’est Hugues Hausman, il faut aller voir son blog, en haut il y a le lien.

  25. ouiii le juge Ti itou ! quel bonheur de changer autant d’époque et de lieu sans bouger de sa chambrette

  26. Je le savais. Quelqu’un qui lit Proust et Zelazny lit aussi Robert van Gulik!!!

  27. Oui, des fois on a pas la pêche, c’est comme ça mais après ça va mieux…