Pour être chic, dépense du fric.

(Illustration de Hugues Hausman)

Dernièrement, j’ai voulu m’acheter des chaussures.

Pour ce faire, il convient de trouver un magasin. Non, je ne commande pas par correspondance. D’abord, je ne me sers pas de ma carte bleue dans la vie, alors encore moins sur internet (je suis parano – c’est triste, en fait). (j’ai une carte bleue qui me sert de carte de retrait. Alors pourquoi ne pas avoir de carte de retrait? parce que je veux pouvoir payer avec. Mais comme je la laisse tout le temps chez moi, ça ne marche pas. Enfin je la prends très ponctuellement, quand je veux vraiment acheter un truc).

Donc, j’ai pris ma carte bleue et trouvé un magasin. Habitée par l’envie d’acheter un truc bien.

Sortir de chez moi.

Marcher dans la rue.

Escaliers, métro, quai.

Dans le métro, je lis.

En lisant, je me dis que peut-être je pourrais appeler ma copine Coco ou Val pour qu’elle me rejoigne??? c’est con de faire les magasins seule. J’appelle, elles répondent pas, mon sac glisse, Val peut venir mais plus tard, c’est bête,, pourquoi je lui ai pas demandé plus tôt. On va se retrouver plus tard, oui, OK à plus.

Je vais à Opéra parce que je ne sais jamais où aller quand je veux m’acheter des trucs et je pars sur Chatelet. D’une pierre deux coups si je ne trouve pas de chaussures, au moins j’use les vieilles je me balade dans Paris. Pas dans les grands magasins, je ne supporte pas. Depuis que je lis des blogs, je note des adresses sur des bouts de papiers mais je perds les bouts de papiers. Oui je peux aussi noter sur mon merveilleux portable mais je ne le fais pas. Les boutons sont petits, et puis ça m’énerve, j’appuie trop vire, ça s’efface, enfin c’est énervant.

Donc je suis dans un quartier avec plein de magasins. J’ai mon sac à l’épaule, dedans il y a deux ou trois livres (au cas où je resterais coincée dans un métro ou dans un ascenseur, je suis phobique de m’ennuyer), une bouteille d’eau, un barre de chocolat cassée qui se planque au fond de mon sac, mon téléphone, toujours sous tout le contenu de mon sac, mon carnet d’adresse parce que j’ai peur de tout écrire sur mon tel alors j’ai un carnet d’adresse très mal écrit, ma boite à tampax, au cas où, mon porte monnaie, généralement vide (je suis donc obligée d’emprunter des sous aux gens, et j’ai honte et je leur dis et ils ne disent rien mais ils pensent des trucs……..et j’ai encore plus honte, personne ne peut croire que l’on peut être SI étourdie, ou alors ils le croient mais c’est grave, se disent-ils), une écharpe au cas où j’aurais froid au cou, du paracétamol, des trucs pour la gorge, et mon sac pèse sur mon épaule, tous les gens marchent vite et savent où ils vont et moi je vais dans un magasin un peu au hasard, oui, quand je suis dans la rue, je perds tout sens des repères, je vais juste devant moi, je pense à autre chose, parfois je ne vois pas les magasins devant lesquels je passe.

Je commence à être énervée parce que je déteste faire les magasins (je n’ai pas commencé). Des gens partout. Je rentre dans une boutique. Des chaussures partout alignées, dans une lumière électrique. C’est parfaitement normal, c’est un magasin de chaussures, respire, détends-toi. Une vendeuse vient me voir et si elle me demande ce que je veux je lui dis sur un ton désagréable : des chaussures ! Non mais je l’emmerde. Je déteste les vendeuses. Et aussi les clientes. Elles n’ont qu’à être ailleurs, pourquoi on a toute envie de s’acheter des pompes le samedi à cinq heures? Moi, je suis mal organisée, mais les autres non, pourquoi elles n’y vont pas avant? Je regarde les chaussures. J’en prends une. J’enlève ma chaussure, qui est toute pourrie, parce que je vais m’acheter des chaussures quand les autres tombent en ruine. Je suis en chaussettes. J’enlève la chaussette. Mon pied est rouge comme une saucisse bouillie. On est peu de chose. J’essaie de me penser intérieurement en femme fatale. J’essaie. J’essaie toujours. Je mets mon pied dans la chaussure. Il coince. J’ai pas le bon vêtement pour regarder la jambe que ça me fait. ça me fait mal. J’ai chaud. Une nana passe devant moi. Mon sac glisse. La chaussure est moche. Je la remets en place. Une autre. Pareil. Le pied saucisse, le sac qui glisse, la fille qui passe. Je hais les boutiques, les chaussures, les endroits plein de gens. Aucune chaussure ne va. Elles me font le pied con. Et j’aime pas. Surtout qu’elles sont à 45 euros, alors 45 euros pour un pied con.

Je suis dégoûtée.

Je vais dans un autre magasin, peu importe son nom, mais cher. Toutes les chaussures sont jolies. Je ne sais pas si ça mérite le nom de chaussures, parfois on se demande s’il ne faudrait pas les poser au milieu du salon pour les regarder, mais bon, elles sont jolies. Petites fleurs. Talons épais, le truc mode. Le prix. Salopes. Mais j’en ai marre. C’est à dire que des chaussures à la con à 5 euros, OK, mais à 40, non, alors du coup j’achète à très cher, enfin peut-être pas très cher pour d’autres, mais pour moi. Enfin non j’achète pas, je ressors énervée, je vais dans un autre magasin, j’essaie encore, avec mon sac qui glisse, je bois de l’eau parce que j’ai soif, chaussures qui coincent, pourquoi j’ai le pied à chaussures chères?

Je retourne dans le magasin cher, zut, demain je vais rue Machin là, près des Halles, où il y a de la pompe à 5 euros, et j’achète là. ça fera une moyenne avec celles d’aujourd’hui. Ah, j’aime pas acheter, j’aime pas m’habiller, mais j’en ai marre d’être un tas.

Donc, moralité, pour être chic, dépense du fric.


Publicités

35 réponses à “Pour être chic, dépense du fric.

  1. moins bon que le reste ! c’est dur la célébrité ?

  2. Huhu, moi c’est à peu près pareil, j’ai horreur de dépenser trop de sous pour des godasses ! Mais y a rien à faire, les plus belles restent les plus chères… Et moi je reste en baskets !!!

    Désolée, j’ai pas d’adresse de « Chic et pas Cher » (comme la chanson d’Arno, je crois)…

  3. Les magasins, j’aime les faire quand ils ouvrent, le matin. Il y a moins de monde.
    Je n’aime pas les vendeuses non plus.
    Quand je vais à Paris, j’aime aller dans les boutiques chics. Mais chez moi, j’achète sur le net: pas de problème de gens, pas de problème de vendeuse. Par contre, faut aimer faire la queue à la Poste: d’une pour aller chercher son colis, de deux, pour un éventuel renvoi ou une revente sur Ebay, si ça va pas…
    D’accord, c’est galère mon affaire!

  4. unefilleordinaire

    Pour moi aussi les jolies chaussures ça coutent cher, parce que j’ai un grand pied (du moins pour les magasins), car souvent au dessus de 40 (41 donc) ya pas. Rien.

    Ou quand ces pimbêches de vendeuses me disent « mais siiiii ya du 41 vous avezzz mal regardéeeeee » (pétasse).

    Elles font le tour du magasin durant une heure à la recherche d’un truc qui n’existe pas, et des fois, elles reviennent aussi:

    – Soit c’est moche et on dirait une péniche moisie
    – Soit ça coute un bras.

    Bin du coup, c’est par correspondance pour moi, ya du choix, ya toutes les tailles, et je me coltine pas ces pouffiasses.

    Les chaussures, une grande histoire, mais je les aime. Enfin presque autant que les sac, mais pas encore.

  5. Moi, dans mes chaussures, j’ai de tout. Des petits prix (dont mes bottes ultra chéries vernies achetées 40 euros et super, super belles) mais aussi du (beaucoup) plus cher…Je mixe vraiment selon les tenues et tout dépend de l’allure générale de la silhouette. Question confort, je n’ai jamais été déçue non plus…quelque soit le prix. Maintenant, clairement, plus facile de trouver la perle en mettant le prix fort…pour trouver à bon prix, faut accepter d’être patiente…Bizzz Miss Fanette 😉

  6. oh oui c’est rare de trouver des chaussures a moins de 45 euros! (j’aime bien quand elles sont un peu plus chères car le talon en général tient mieu!)

  7. J’aime ce style de prose nerveux et saccadé.
    Et puis on a le même thème WP. C’est pour dire !

  8. A propos des chaussures, il y a une rue aux halles, la rue Rambuteau je crois, avec des chaussures pas terribles, mais alors vraiment pour rien. Nom D’un chien je sais y aller, mais je ne sais plus comment elle s’appelle.

    Nicolas : Ah, le même thème WP: communauté spirituelle.

  9. Oulala…

    On sent vraiment l’énervement percer à travers chaque phrase de ton billet…

    J’aurais pas voulu te rencontrer au retour de ton shopping ! Tu étais en mode « bouledogue » ?

  10. Moi aussi je DETESTE 1/ les vendeuses désagréables qui te regardent d’un air supérieur (déjà, on comprend pas pourquoi vu qu’elles sont vendeuses et toi client, mais bon) et 2/ les vendeurs qui te sautent dessus dès que tu touches un vètement…. moi j’aime qu’on me laisse tranquille et qu’on ne me regarde pas! 😀

  11. Plus que le shopping, c’est ton excursion dans le métro qui me plait… Même si généralement je sais où je vais, je trouve ça fascinant de voir les gens s’affoler comme des… des abeilles peut-être, dans les couloirs du métro. Cette ruche géante.

    Et puis le shopping, tout pareil en fait. Mais je croyais que c’était inné chez les femmes 😉

  12. J’aime que les chaussures chères, j’ai le pied délicat 🙂

  13. Je dirai qu’il faut être maso ou à tendance suicidaire pour faire les halles en fin d’après midi le samedi… Les chaussures à 5 euros c’est bien parce que c’est pas cher mais c’est pas bien parce que t’as le pied qui pue. Il faut acheter en plus le spray deodorant pour pied, ça va de paire.!

  14. Rhooooooooooo un post sur les chaussures!:)
    Eh bien chère Fanette,J’aimerai bien oublier ma carte à la maison ,un jour!
    Mes boots que j’ai acheté à h&m à 39,90 euros, il y a deux ans, me font des pieds so chics! Bon ça ne m’empêche pas d’acheter des chaussures chères, tellement chères que je n’ose pas les mettre des fois!

  15. Tout ça pour rien, tu déconnes la ou bien ?

  16. Et ben ^^ Fallait pas être sur ton chemin ce jour là ^^

    Je repasserais ici en tout cas, j’ai bien ri 😀

    D’ici là, tu auras peut-être trouvé les chaussures parfaites 😀

    Des bisous !

  17. Laure : Je te comprends, mais là je me sens une envie de challenge. pas sûr que ça me dure.

    Delphine : Oh, eh bien tu me confirmes : achat internet pas pour moi. Je préfère encore poirauter dans les magasins.

    Une fille ordinaire : je te plains, parce que (tu ne vas pas me croire) mais avant j’avais des petits pieds. Oui, c’est une histoire curieuse, je sais, ou alors les tailles de pompes ont évoluée mais à 18 ans je faisais du 35 -36 (maintenant je fais plutôt du 37 ). En bien va-t-en trouver du 35-36. C’est taffreux. Et encore, on peut mettre des semelles à certains 36 (pas tous, sinon ça fait bizarre).

    Will : Ben moi c’est pas inné, mais je vais entamer une réflexion sur la pompe et aussi sur la fringue.

    Zygaena : Tu as raison et tu n’as pas raison : j’ai trouvé LES pompes à 5 euros qui ne puent pas. Si ça existe. Et tu as raison pour les Halles, mais j’étais dans les rues avant (entre Opéra et les Halles), parce que les Halles, je veux dire en sous sol, le samedi après-midi, c’est en effet le pétage de plomb assuré. Donc, elles auraient toutes du y être, et pas dans les magasins des petites rues. Tu crois pas? C’est quoi ces gens qui ont les mêmes idées que moi?

    Will : moi le métro j’aime bien.

    Galathée : Voilà.

    Pivoine : Mon pied est comme le tien, saleté (je parle de mon pied). Mais il doit aussi se bouffer de la pas chère. Non mais oh si c’est les pieds qui font la loi on va où?

    ckankonvaou : Ah tu crois? Zut alors…

    Glamazone : mais non pas pour rien, je suis retournée dans la magasin et je les ai achetées. j’avais ma carte bleue, ça m’arrive deux fois par mois !!!

    Ithaa : Oui mais toi tu es organisée. Moi j’essaie mais c’est difficile. C’est à dire que au fond de toi, même quand tu n’as pas besoin de pompes, tu sais où il faut aller. Et tu profites des affaires (je suis sûre que tu fais ça). Moi, quand j’ai des chaussures aux pieds, je ne pense jamais à regarder les magasins au cas où il y aurait une paire chic et pas chère comme ça là qui passerait même si je n’en ai pas besoin. Je dois m’éduquer. C’est pas facile tu sais.

    Corienga : Des chaussures à moins de 45 euros, oui c’est rare. Ce qui est triste, c’est qu’à plus de 100, ça le devient de moins en moins, ou je lis mieux les nombres à trois chiffres qu’avant.

    Didou : Ah oui, je déteste faire les courses, surtout le samedi à 5 heurs, mais là je m’y suis prise comme une gourde. Je mène actuellement une réflexion sur l’optimisation financière et matérielle de mes achats. Je vais tout écrire sur un papier et le mettre sur ma porte pour y penser à chaque fois que je sors.

    Alerte à Liège : je sens en toi la femme efficace et organisée… je le sens. Me trompe-je?

    A tous : cette mésaventure a été pour moi l’occasion d’une prise de conscience. J’en reparlerai.

  18. tu recommences avec le teasing 😉
    (mais on aime ça !)

  19. Je suis aussi impressionnée par le prix des chaussures!
    J’en achète vraiment peu souvent, c’est à dire quand ma paire habituelle est trouée LOL

  20. Pour te réconforter : les chaussures chères font généralement moins mal aux pieds !
    Pour trouver de jolies chaussures à un prix correct : rue Vavin et rue Saint-Placide dans le VIème.

  21. « j’appuie trop vire » : excellent! Comment lier l’écrit et l’exemple parlant en 1 leçon. J’adore ça, surtout si tu ne l’as pas fait expres.

  22. Toujours aussi drôles tes posts.
    Pour les chaussures, c’est pareil pour moi, les pas chères me font le pied crétin et les chères, ben je les regarde au travers de la vitrine parce que trop chères ou je craque et en pleure pendant des jours de culpabilité n’ayant pas les moyens…
    En plus, la plupart des chaussures sont super mimi en 36 mais en 40 ça fait plutôt grand paquebot, pas très sexy !!!!

  23. Je dois vraiment avoir la poisse avec wordpress. WordPress me déteste (message d’erreur survenu à l’instant, suite à mon ‘submit’)
    Je disais donc que je me suis reconnue dans ton post et que euh, en substance, j’aimais bien l’image du pied con dans la chaussure.

  24. Mais c’est tout simple, quand on a le pied qui ressemble à une saucisse rouge, il faut acheter des Birkenstock. En matière de mode une seule règle : toujours penser à associer des concepts complémentaires.

  25. Pourquoi je ne suis pas comme toi argggh ! Tout comme Ithaa, je suis plutôt l’inverse à savoir acheter des chaussures tellement chères que je n’ose pas les sortir. Par contre, elles durent longtemps… ! 😉
    Mais on est ok sur le fait que les boutiques, le samedi, c’est juste impossible ! Entre les clientes qui se battent et veulent te piquer la chaussure que tu essaies et les vendeuses qui jaugent ton orteil alors que le leur est moulé à la perfection dans des nu-pieds … ¨Pff ça va ! 😉

  26. Tu as merveilleusement décrit ce que je ressens envers le shopping. on devrait essayer d’en faire ensemble ce serait comique !

  27. Pourquoi ne peut faire une recherche sur le net avant … un genre de repérage … comme ça quand tu vas au magasin tu n’y restes pas forcément des plombes …

  28. « ne pas » au lieu de n »e peut »

  29. C’est à partir de combien, des chaussures chères ? Parce que je n’ai jamais dû acheter des chaussures chères, je crois…

  30. Gwen : Alors ça, c’est relatif!!!! Dans mon budget, cher c’est au dessus de 60 euros. Mais j’essaie de chercher dans les 20-30; j’aime la Sf.

    nahimage : pas fait exprès… je sens que tu te moques… c’est énervant ces petits boutons…

    Zeste de Citron: non. J’ai déjà essayé : je ne vois que de la pompe hideuse, et je ne sais pas où on trouve les potables que je trouve. Non, la méthode empirique, c’est bien, et en plus je me promène dans Paris, ce que j’aime.

    Lila : J’ai déjà fait ça, avec une copine, et en fait j’ai l’impression de devenir une mal élevée de 14 ans. Ce n’est pas du tout désagréable, mais là j’ai décidé de de venir une FEMME SOPHISTIQUEE. Si tu rigoles, je te fais mal.

    Toupie : Je vais poursuivre mon espionnage de ton blog. Tu es mon avenir. Je commence le mois prochain.

    MissSfw : J’adore ton analyse. Quoiqu’il en soit je la réfute. Je veux devenir Audrey Hepburn. Enfin, je veux tendre à l’être. Enfin je crois. (je sens un doute s’insinuer). (Une flemme plutôt)

    Flo : Bin oui le pied con. Des fois, on le pied con et des fois pas.

    La Poch : non. Fallait pas. Mais quand je suis bêtment agressive après je regrette..

    Louise : je note. Je vais m’acheter un carnet, zut, y en a marre.

    Miss Brownie : Oui mais non. On a tort. Devenons des femmes fatales.

    Marieke 75 : ah mais non mais il faut les mettre !!! Avec l’étiquette.

    Will : un jour je vais faire un post de 10 000 mots et puis zut.

  31. Point n’est besoin d’en arriver à de telles extrémités allons 🙂

  32. pour les chaussures à 5 euros qui puent pas. Tu pourrais pas me donner l’adresse!!??

  33. Hu hu, on sent de l’aigritude là. Pour être chic, t’as qu’à fumer avec de longs doigts bien vernis tu seras chic. Moi je fume pas, donc j’achète des sacs, je sais pas si j’y gagne.

  34. Ah, mais moi aussi je veux ressembler à Audrey Hepburn. C’est juste que je n’ai pas l’abnégation nécessaire pour porter du Givenchy ou apparenté, tellement chic mais tellement inconfortable. Alors je me dis que je pourrais ressembler à Audrey toute nue. Sauf que je ne suis pas non plus longue et fine. Mais bon, l’épaule peut-être ou une phalange du petit doigt…

  35. un grand merci pour être venue te perde dans mon jardin, je repasserai lire un peu plus tard en attendant bon samedi