Bienvenue chez la grande vadrouille

Illustration de Hugues Hausman

pouet pouet

Expérience traumatisante l’autre jour ; nous étions chez Ben pour voir un film, il ne nous avait pas dit quoi, et nous a suggéré très fortement la Grande Vadrouille, avec un air fin.

J’ai revu le film avec plaisir, je ne l’avais pas vu depuis 10 ans au moins. Les colères de Louis de Funès, les remarques de Bourvil, j’ai rigolé, et peut-être plus que la première fois, car je l’avais oublié, et je le voyais adulte, très différemment, avec un regard neuf.

Tout de suite après le film, Ben s’est lancé dans un virulente diatribe à propos des Ch’tis ; au final, j’en suis la cause : je lui ai dit, comme je l’ai dit son mon blog, que les Ch’ti allaient battre la Grande vadrouille et insidieusement nous en sommes venus à comparer les films ; et je n’avais plus la Grande Vadrouille en tête lors de nos discussions. Après l’avoir revu, je dois bien avouer qu’il n’y a pas photo : le scénario est infiniment plus complexe, les aventures des héros sont complexes, et, si elles sont invraisemblables, et si les caractères sont outrés, l’outrance n’est pas aberrante : le chef d’orchestre se croit au dessus d’un peintre en bâtiment, et même si le jeu de Louis de Funès outre la chose, son attitude n’a rien que de vraisemblable. Les protestations de Bourvil qui se laisse cependant faire sont aussi très réelles, et on sait bien que dans la vie, dans la plupart des cas, l’homme qui a réussi en impose facilement au travailleur manuel, même si tpous les travailleurs manuels ne sont pas d’aussi bonne composition que Bourvil.

En m’envoyant le dessin, Hugues m’a écrit que les deux films ne devaient pas se comparer, comme nous l’avons fait dans notre discussion, et sans doute a-t-il raison, il est d’ailleurs regrettable que je sois au final si déçue par un film dont j’ai aimé, et même beaucoup, les prémisses, parce que j’ai doré Dany Boon ach’baraque et en ch’ti (que je trouve nettement meilleur que le film). Je ne veux pas dire du mal des Ch’tis, ni de leur acteurs, parce que j’ai ri et ça reste une bonne comédie marrante, mais je veux dire du bien de la Grande Vadrouille.

Ce qui est drôle, c’est que je découvre Louis de Funès : je ne l’aimais pas quand j’étais enfant et ado, il criait tout le temps et je ne voyais pas pourquoi c’était drôle. Peut-être qu’en devenant adulte je me suis rendu compte que ses excès n’en était pas puisqu’il y a des gens qui se comportent comme lui, en fait, ce dont j’ai mis un peu de temps à me rendre compte… Par exemple quand il commence par féléicter son orchestre pour finir par hurler c’était pas mauvais, c’était très mauvais,, sans avoir rézllement formulé de critique conhérente sur leur prestation : j’ai pensé à un de mes chefs, qui ne hurlait certes pas, mais qui faisait mmmm avant de dire… il y a tel truc… mmmm.. et ça, il faudrait le rectifier…Et….mmm c’est quoi ça? pour finir par … non… Non…qu’est-ce que c’est que ça??? Il n’y a rien. Et je repartais en me disant mon dieu mais qu’est-ce qu’il veut? Je me prenais la tête, je relisais, je refortmulais et il disait « Ah, ben voilà », et ouf !! j’étais soulagée mais la différence entre mes deux productions je n’aurais su la dire. Peut-être que parce que j’ai compris qu’il ne délirait pas tout seul, mais qu’il y avait une vraie dérision dans son humour, peut-être parce que je trouve ses personnages pathétiques comme nous et comme moi, alors maintenant je le trouve drôle.

Et la gentillesse de Bourvil? C’est peut-être elle qui m’a le plus touchée, alors qu’avant je le trouvais niais (donc la Grande vadrouille c’était un peu le duo de l’hystérique et du niais). Il réussit à ne jamais être ridicule ou humilié, il possède une grâce d’autant plus extraordinaire qu’il n’est pas très beau, pas très léger, pas spécialement gracieux, et pourtant il glisse à travers le film avec des sentiments exclusivement positifs et naïfs qui devraient être énervants, mais qui sont mignons… On est Louis de Funès, mais on devrait et on voudrait tous être Bourvil…

Les anglais sont des personnages plans, je crois, destinés à n’être vu que sous un seul angle et sans aucune profondeur, ils sont là pour le ressort commique.

Quelques répliques :

Vous chaussez du combien? Du comme vous.

I risk encore plus. (Le mélange du français et de l’anglais, habituel aujourd’hui, ne l’était pas : c’est ça le problème du comique : un mec fait un truc, et après, quand on le reprend, tout le monde trouve ça ennuyeux, mais il était dans les peremiers à le faire – encore que je ne pense pas qu’il ait été un des premiers à faire ça)

La scène où les allemands dansent avec leurs chaises en groupoe en chantant des cahnts allemands est délirante comme j’aime.

Lorsqu’ils doivent partager un lit : « ça fait partie des horreurs de la guerre. »

La bonne soeur, à l’anglais : « Vous aimez bin tout ce qui est bon? C’est très mauvais!!

Et Paul Préboist, au passage, en train de pêcher : (évidemment dès que Paul Préboist dit quelque chose, ça fait comique) : V’là qui s’arrêtent entre eux, maintenant. ça doit pas aller très fort.

Ben et moi, on a demandé à Constantin s’il connaissait Bourvil et De Funès, et il nous a regardé comme des fous ; il semble que ce soit seulement en France qu’on s’étonne qu’ils puissent être connus ailleurs (oui, ça m’a surpris). Alors on lui a demandé s’il y avait en Roumanie des acteurs comme Bourvil et De Funès, et il nous a dit, toujours froid, mais surpris de notre ignorance : « Oui, bien sûr, il y a Louis de Funès et Bourvil ».

Publicités

29 réponses à “Bienvenue chez la grande vadrouille

  1. Et oui, certains de nos héros français ne sont pas restés franco-français! et heuresuement!

    Je suis du meme avis qu’Hugues… les deux films sont sortis, ont vécus et vivent dans des contextes différents, les gens qui sont allé les voir, qui les voient aujorud’hui sont différents, ou en tous cas dans des mondes différents et ne les regardent ni dans la meme optique ni dans le meme contexte… Il y a ceux qui regarderont les 2, comme toi, en appréciant les 2 de manière différente certes, mais en les appréciant. Il y a ceux, souvent les djeuns, qui voufdront meme aps jeter un oeil sur la grande vadrouille, et les puristes qui ne verront jamais les chtis…

  2. Moi aussi je suis surprise qu’ils soient si connus! J’ai bien sur vu Bienvenue chez les Ch’tis, et La grande vadrouille, il y a au moins 15 ans! Je vais peut etre y rejeter un oeil

  3. TU me donne envie de revoir la grande vadrouille! D’un oeil adulte là aussi..
    les ch’tis j’ai adoré!
    gros bec!!

  4. J’aime beaucoup la remarque de Constantin..décidemment, faut que je le rencontre ! ;-p

  5. Mais bien sûr qu’ils sont hyper connu !!! partout, dans le monde entier !!!

  6. j’ai vu aucuns des deux … et je crois que j’ai même pas honte

  7. Fanette, tu es trop forte. Tu as réussi à mettre en mots pourquoi j’aime beaucoup Louis de Funès. Certaines personnes me disent « je n’aime pas, il crie, il gesticule, c’est ridicule ». Mais comme tu l’as si bien dit, ces gesticulations sont en fait de vraies caricatures de notre monde d’adultes.

    Et je renchéris sur la poésie et la tendresse que dégage Bourvil dans ce film pourtant comique qu’est La Grande Vadrouille.

    C’est inimitable

  8. Je suis comme toi, j’ai ri devant les Ch’tis sans que cela soit la grande hilarité. On passe un bon moment, rien de plus. Le scenario est quand même très limité ce qui n’est pas le cas de La Grande Vadrouille devant laquelle je rigole à chaque fois (je ne pense pas que je verrai plusieurs fois les Ch’tis). C’et beaucoup plus fin peut-être aussi parce qu’à l’époque, les gens étaient un peu moins limité…

  9. Ouais, les Ch’tis c’est léger, mais je crois que Hugues a raison, pourquoi comparer??? je crois que c’est juste à cause du nombre d’entrée, mais par exemple la terversée de Paris ou le Cerveau c’est drôle aussi et ça a fait moins d’entrée que la Grande Vadrouille, et pourquoi au final? On sait pas…

  10. Visiblement mon avis est le même que celui des autres : Les Ch’tis c’était vraiment chouette, mais la Grande Vadrouille, c’est une autre catégorie… supèrieure !! et puis, louis de Funès et Bourvil !! Quels talents !!

  11. La grande vadrouille, j’ai bien du le voir 20 fois….et la scene du lit avec Bourvil et de Funes je ne m’en lasse jamais, je ris à chaque coup !

  12. honte à moi, je crois que je n’ai jamais vu la grande vadrouille en entier, ma mère dit toujours « c’est vu, vu et revu » donc on ne regarde jamais quand ça passe à la télé.
    Par contre, mon ex me disait que je ressemblais à de funès quand je fais une certaine moue…

  13. La grande vadrouille, j’adore. Je n’ai pas encore vu celui des Ch’tis mais je pense qu’il doit être très sympa.

    On ne peut pas vraiment comparer les chiffres d’entrées au cinéma puisque forcément ils auront tendance à augmenter puisque la population est plus élevée maintenant qu’avant.

  14. Mais, Joséphine, tu veux rire ou tu parles sérieusement quand tu dis qu’ils sont connus dans le monde entier?

  15. ?!?! je parle sérieusement !!!

  16. Ton chef m’a fait penser au début de « Stupeurs et tremblements », quand Amélie doit écrire une réponse à une invitation au golf pour son chef et qu’il jette tous ses brouillons à la poubelle !

  17. et quand ils découvrent les planeurs : « y’a pas d’hélice hélàs… » « c’est là qu’est l’os ! »
    un must .
    Vu, vu et revu et que je reverrai encore avec plaisir.

  18. La comparaison entre la grande vadrouille et les bienvenue chez le chti’s m’est impossible!
    Luois de Funes, est au dessus de toutes les comparaisons. il a son style, son talent, c’est une catégorie supérieure.
    Bienvenuechez les Chti’s se regarde tout seul, il est marrant, excellent même.

  19. et celle-là:
    y’a pas d’hélice hélas, c’est là qu’est l’os!

  20. Moi, je me souviens de « Thirty three », ou alors, au début dans les bains turcs : « But, you’re not english!!! ».

  21. C’est l’un des films préférés de ma moitié… glups

  22. Ton billet me donne envie de revoir ce film. J’ai toujours adoré De Funès, même petite, il ressemblait tellement à mon grand-père !

  23. J’adore de Funès et La Grande Vadrouille est hilarant, mais je préfère Le Corniaud quand même^^

  24. Suite à ton passage sur mon blog ai eu envie de venir voir qui était Fanette…et bien! Je suis agréablement surprise…il y a une foule de choses à lire par ici, je reviendrai. Quant à La frande Vadrouille l’ai revu il y a deux ans…ta critique est excellente, quant à Bienvenue chez les Ch’tis ai pas mal ri malgré le peu d’envie que j’avais de le voir et hier…y suis retournée avec ma fille (16ans)…sommes ressorties une heure après. (sic) Bonne fin de journée

  25. Aaahhh !!! Je suis FAN de Louis depuis toujours et en particulier de ce film !
    Comme tu le dis : ce qui est drole, c’est qu’il ne fait que se comporter comme certaines personnes horripilantes. J’adore aussi dans « Le corniaud » (je crois bien) quand il veut attirer l’attention du policier mais sans dire un mot parce que le « mechant » est avec lui dans la voiture : il fait un maximum de grimaces ridicules en silence pour attirer l’attention du policier. Je trouve ca GENIAL car c’est un truc que l’on PENSERAIT a faire dans le meme cas mais qu’on n’oserait pas faire de peur de passer pour un vrai cingle !
    Bisous !

  26. Apres avoir lu tous les commentaires, je dois dire que je suis toute heureuse de voir que beaucoup de gens aiment « mon » Louis ! Moi aussi, j’adore le moment « Thirty-three » (je ne peux pas prononcer ces mots sans penser au film, d’ailleurs !!) et le moment dans le hammam « Are you?? You are?? ».

  27. J’adore ta chute… tout à fait dans l’esprit du film.

  28. Tu peux être contente de toi !

    Maintenant j’ai absolument envie de revoir La Grande Vadrouille urgemment tout de suite et sans attendre le week-end !

    C’est malin !

    Sans rire, tu m’as vraiment donné envie. Merci rien que pour ça.

  29. Pingback: Dany Boon n’est ni vexé ni fâché ni rien « le journal de Fanette