Fanette et les MIB

Un jour, nous étions au travail, moi et mes collèges. Tout allait bien. On glandait un peu. J’avais des trucs à faire, je n’étais en avance, en ce moment je me relâche et je suis moins organisée qu’avant.

Marc nous avait avertit (Marc c’est mon chef) : des gens très importants allaient venir. Hu, hu, hu. Des clients. Il fallait qu’on ait l’air bien, propre, qu’on dise pas de gros mots, qu’on mette pas ses doigts dans son nez, tout ça quoi.

Les clients étaient des BRITANNIQUES. Qu’il a dit. Sérieux. Des gens qui parlent anglais, lisent le Sun, mangent des Fish and Chips et ont fait une révolution un siècle avant nous (les chiens – mais elle est moins connue, et moins sanglante, au global – ils ont coupé la tête de leur roi à la hache, beaucoup plus trash, mais nous on a modernisé le processus et on en a tué plus). Ces gens-là – enfin pas ceux qui ont coupé la tête du roi, mais leurs descendants – vont venir chez nous, et il faut être sérieux.

Il l’avait dit la veille alors j’avais fait un effort, j’avais mis un chemisier, que j’avais même repassé. Avec un gilet. (Une lubie). Et des nu-pieds à plate forme, c’était ma journée mode du mois, tout le monde avait fait « Wouaaaaaaah Faaaaaaneeeette », j’étais contente, en fait j’avais dans la tête la fille de shérif fais moi peur, avec la veste de cow boy du cow boy dans The Party. je m’habille bien une fois par moi,s le reste du temps ça me gonfle, mais ce jour-là c’était le jour.

Et tout d’un coup je les ai vu arriver.

J’ai eu peur.

Deux hommes, une femme. Sérieux. En costume , et l’air extrêmement sérieux. On voyait qu’ils étaient là pour travailler. Ils traversaient la cour d’un pas hésitant. Is it here? se disaient-ils probablement (en anglais, n’est-ce pas, puisqu’ils sont britanniques). Et ils doutaient.

Alors Ben, en jean noir et t-shirt noir avec un trou à l’épaule, et les mots « When the eagle fly » sur le t-shirt est sorti de son bureau et les a renseigné, yes, yes, sûre it is. There (et il montre notre bureau, ça a du les rassurer, parce que l’écurie d’à côté…).

Viviane, avec un remarquable présence d’esprit, est allé leur ouvrir la porte et les a salué en anglais, ça faisait extra,on aurait dit une vraie boîte.

Diva s’est planquée, puis elle est venue quand Marc venait et elle leur a dit gentiment « houellequomme, houellequomme », comme si elle comprenait ce qu’elle disait. Après ils sont montés dans le bureau de Marc, avec Paaat, et nous a tous bossé sérieux, comme de bons petits élèves tête baissée sur nos PC.

Publicités

13 réponses à “Fanette et les MIB

  1. zut j’ai cru que tu allais me dire que Will en personne à débarquer avec de ces potes extraterrestre… suis déçue ! lol

  2. des fois ca fait peur. moi c’est moins marrant laplupart du temps ce sont des belges. enfin c’est quand meme marrant les belges… des fois on a la chance d’avoir le bellatre espagnol, mais c’est rare….

  3. Ah, c’est marrant, je n’ai jamais rencontré des gens comme ça???

  4. et bien dis donc, ça rigole pas dans ta boite quand les MIB arrivent !!!!!

    et bel effort ! si si, le chemisier et le gilet, ça faisait top sérieux face à ces hommes et femme en noir, qui ont l air de se marrer quand ils se brulent…

    je connais ça, un jour sur 2 environ : une tenue de dame quand j ai un RDV extérieur, un jean ou une jupe de cow girl quand je ne sors pas de mon bureau. Et devine ce que préfèrent mes collègues (masculin !!) ?…
    🙂

  5. J’ai cru que 2 punks allaient débarquer. ça m’aurait amusé.

  6. Ben oui …même pas une bagarre !

    ;=P

  7. Ah, trop drôle !!!!! Tu m’as fait rire : bon, tu exagères mais ça me rappelle le boulot quand j’étais à Paris : l’attente des clients, des affaires, tout ça… Et maintenant j’ai une vie calme et sans stress, un peu ennuyeuse mais en te lisant je réalise que je ne ressens plus de stress comme avant. Merci de me faire rire !!! Merci de NOUS faire rire !

  8. Ben quoi, c’est gentil un britannique… même en costume, ça va au pub et ça boit des coups…

  9. Oh, les britanniques, gentils, gentils… parfois ils deviennent fous !!!

  10. z’étaient rouquins ? parceque souvent, là-bas, en haut, ils en sont, des rouquins… et ça, ça fait peur !

  11. Enfin, la page 3 du Sun, c’est quand même une fille à gros néné toute nue. Quelle bande de pervers ces Britons…

  12. Je dirai juste une chose ! Oh my god !

  13. Pingback: Les MIB sont nos amis « le journal de Fanette