Le bonheur est dans la frite

ça, c’est un sujet que je veux traiter depuis longtemps. Les frites. Cela peut paraître un sujet trivial. Mais il n’y a pas de sujet trivial. La frite est un sujet d’autant plus sérieux qu’il est trop souvent, sauf en Belgique et dans le Nord de la France, méconnu.

Car enfin, qu’appelle-t-on frite? Il s’agit le plus souvent d’une pomme de terre coupée en parallélépipède allongé. Ensuite, on plonge ledit parallélépipède, et quelques uns de ses semblables, dans de l’huile et on prétend obtenir des frites.

Eh bien non. On n’a pas de frites en procédant de la sorte. Non. On a des pommes de terre en friture étroitement parallélépipédiques, et voilà tout.

Dès lors, comment procéder pour obtenir des frites?

Tout d’abord, une certaine humilité spirituelle s’impose : reconnaître avec simplicité que nous ne sommes pas tout, que notre société va trop vite, ne laisse plus de place à l’homme, et non pas à la frite (je n’aurais jamais dit une telle banalité) mais aux petits plaisirs tout simples qui doivent être précédés d’un peu de soin pour être appréciés.

Je ne dis pas ce la pour moi ; enfin si ; je n’ai pas de friteuse et je ne fais pas de frites. Mon effort consiste à me rendre chez ma copine Coco, originaire, comme chacun sait, de Lille. Ça me prend 40 minutes ; elle, elle épluche les patates, elle les coupe et les fait frire.

Et le secret c’est de faire frire deux fois.

On plonge les frites une première fois dans l’huile, pour les cuire, et on les sort quand elles sont encore palotes : frites, mais à peine. On les replonge une deuxième fois, pour les frire, et là, elles dorent et croustillent.

Pourquoi seuls cette procédure permet-elle d’obtenir des frites paradigmatiques?

Elles croquent légèrement sous la dent, comme le mot frite le suggère d’ailleurs ; mais sous cette carapace fine et craquantes, se cache toute la saveur de la pomme de terre, une pomme de terre à la chair tendre et savoureuse, et non pas frite elle-même.

Chaque bouchée est un plaisir, d’abord celui du croustillant, puis celui de la pomme de terre cuite, mais pas desséchée ou frite à coeur (on a l’impression de manger des brindilles). D’ailleurs, dans ce cas-là, on peut se permettre de faire des frites un peu grosses, et non pas des allumettes.

Voilà. Il me semblait que ceci se devait d’être dit, car la frite est un sujet terriblement négligé sur le web.

Cependant, attention : on n’oublie pas ses cuisses. Donc, qui dit frites, dit pas trop souvent (une attitude somme toute épicurienne : il faut pouvoir se réjouir de déguster des frites, et se réjouit-on d’évènements quotidiens? Pas du tout : on les oublie), et éventuellement sport ou marche à pied, car c’est bon pour la circulation du sang, la respiration tout ça, et manger gras sans bouger, c’est mal. Si, si, c’est mal, je ne sais pas pourquoi tout le monde ait l’air de penser que manger gras c’est fun et pas gras c’est pas fun. Que faire des régimes c’est se priver, s’interdire des trucs, bref au final, vivre ce serait bouffer???  Alors que j’adore le gras, le beurre et l’huile (d’olive), je le proclame : pas trop de gras. Du gras raisonnable, apprécié, pensé..; Bon j’arrête, là, je dévie.

Donc frites : faire frire deux fois.

Publicités

21 réponses à “Le bonheur est dans la frite

  1. merci pour l’astuce!

    moi les frites je les fuie. pas pour mes cuisses, non, là y’a plus rien à faire. pour l’odeur. Si frites il y a , on les fait pas chez moi… je supporte pas que ca sente la frite partout non…

    C’est fete quand j’en fais moi meme (enfin généralement c’est le zhom qui sort la friteuse en cahcehtte, et des que j’en sens le fumet, je hurle, mais c’est trop tard…)

  2. J’ai mangé chez un ami l’autre jour qui venait de s’acheter sa première friteuse. Il était vraiment ravi de nous faire gouter ses frites.

  3. Et t’as pas essayé la technique des patates grattées? J’avais vu ça sur le blog des Culinotests, associé à la double cuisson c’est vraiment un truc de malade!

  4. Désolé Fanette mais moi les frites c’est sans sel … sinon j’en mange pas ^^ …

  5. Zeste : ????? Sans sel? mas c’est quoi ça?

    Claire : Moi, les frites, je ne les fais pas, je les mange. je vais tenter de circonvenir Coco.

    Aude : Une première friteuse… la fête !!!

    Julie : mais si tu fais attention et que tu fermes les portes? Ou bien tu es en studio?

  6. je les ai tjs fait de cette façon !

    Mona, bonne élève

  7. J’aime pas les frites. Elles m’ennuient profondément.
    Mais en revanche j’adore les pommes noisettes…:-)

  8. Et vous connaissez le truc pour les pâtes ? Non mais parce que les pâtes il ne suffit pas de respecter le temps de cuisson, ça se cuit deux fois aussi.
    D’ailleurs je ne sais pas si vous l’avez remarqué mais il y a beaucoup d’aliments meilleurs après une seconde cuisson, ça s’appelle « saisir ».

    Vous m’avez donné faim cela dit.

  9. La dernière fois que j’ai mangé des frites remonte à ……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….. Mais tu m’as donné envie d’en faire.

  10. Je préfère les potatoes aux frites…pourtant les frites belges sont à ma portée 😉

  11. Je le dirais aux madames de la cantine… Ou plutôt, je l’écrirai sur le livre de recommandations/questions de la cantine pour être sûre de ne pas me faire insulter 😉
    C’est si bon, les bonnes frites !!

  12. peut-on dire sur ce blog qu’on n’aime pas les frites sans risque de se faire lapider ?

  13. oh génial, je vais essayer cette technique ultra sophistiquée et semblant prometteuse du double friturage, puisque justement, je me disais que mes frittes maison n’était pas assez croquantes !

  14. Le secret de la frite croquante !!! J’en reviens pas !!!

  15. Mais enfin, ne saviez-vous pas qu’on doit obligatoirement non pas les cuire deux fois, mais dans un premier temps, les  » blanchir » c’est à dire les plonger dans l’huile jusqu’à transformation de la pomme de terre, mais avant le début de la friture proprement dite. Elles sont alors, il faut le reconnaitre pas très jolies, je dirais même lamentables, mais c’est pour mieux rebondir quand elles seront plongées une deuxième fois jusqu’à la friture idéale.
    Cela a un autre avantage qui est, que quand vous en avez beaucoup à faire, vous pouvez d’abors les  » blanchir » car dès le deuxième bain le temps de cuisson est réduit et surtout la qualité de la pomme de terre est mise en valeur.
    Même la frite subit les effets de ce monde super pressé !
    Pour le conseil, d’habitude je prends très cher, mais comme j’adore votre blog, même si je ne me signale pas souvent, je vous offre la consultation !

  16. Le gras c’est pas bon, oui, mais l’huile d’olive, c’est à volonté !

    C’est quoi « paradigmatique » ?

  17. ah, contente que tu partages cet important detail! Je suis Belge, et tu as parfaitement raison, 2X 😀

  18. La frite paradigmatique, c’est la frite absolue, parfaite, la frite idéale, la frite conceptuelle, celle qui résume en elle toute la civilisation occidentale, celle qui à elle seule contient toute nos valeurs, la frite modèle.
    Sinon, paradigmatique signifie (j’adore cette définition) relatif à un paradigme.
    Héhé. Paradigme ça veut dire des tas de trucs compliqué en philosophie, linguistique, sociologie mais ça vient d’un mot grec ancien qui veut dire « modèle » (par exemple en architecture).
    Je ne suis pas spécialiste du grec ancien mais comme j’avais peur de dire une ânerie je viens de regarder dans mon Bailly.

  19. Ah ben voilà : on cause avec des mots qu’on connaît pas, pour faire chic, et après on est obligé de consulter le dictionnaire !

  20. Voilà. Mais il ne faut pas le dire hein. J’ai le projet de mettre d’autres mots comme ça, ça fait bien je trouve.

  21. J’ai vu un reportage tourné en Belgique évidemment où on essayait de nous expliquer le secret de la frite.
    D’abord il y a la qualité de la pomme de terre. Je ne sais plus laquelle il faut, mais c’est primordial.
    Ensuite il y a la matière grasse. Il parait qu’ils utilisent du saindoux.
    Et enfin la double cuisson dont tu parles, très important !
    Pour info : http://www.frites.be/v4/index.cfm?context=article&ContentID=636