Des princes

La crise me fait rire tout d’un coup. Ou plutôt les sommets; réunions, rencontres. Regardez-les, tous ces messieurs sérieux, costumes, cravates, rolex ; des businessman du petit prince. Ils sont forts ils sont grands ils SAVENT. Nous on est un peu bête un peu nouilles, pas vrai? On sait pas. On ne comprend pas. Nous ne sommes pas des gens sérieux, nous. Nous, nous croyons que rire est important ; qu’une jolie photo, un arbre, un papillon, un fleur c’est bien aussi. Ou une chanson. Ou un poème.

Mais grâce à Dieu, ces hommes-là ne mangent pas de ce pain-là. Ils écartent d’une main professionnelle et virile nos attitudes indécises et timides ; émettent d’autorisés et compétents avis aux micros serviles et empressés des journalistes du monde ; rentrent le soir dans leurs belles maisons dont (va savoir) ils ne chaufferont peut-être plus que quatre pièces sur dix (et même pas ; je me demande pourquoi j’écris ça) ; étudient, la bouche en 😦 , des dossiers sérieux, dans des bureaux dorés de la République Française, en se réunissant avec d’autres gens sérieux. Je les imagine soupirant (comment on va leur faire avaler ça à tous ces cons?), pour les scrupuleux (peut-être qu’on devrait annuler le ski à Gsaadt?), pour les donneurs de leçons (les chômeurs et Besancenot vont encore nous faire chier), et puis pouffant tout d’un coup, parce qu’ils savent bien qu’il n’y a, politiquement parlant, rien qui assassine, et rien d’autre à faire qu’à, par delà la crise, durer.

Ben oui ; et nous, petites gens, nous rêvons ; rêvons ; ils vont comprendre ; ils vont réaliser ; les monde est fou ; ça finira bien par frapper quelqu’un ; un monde plus juste ; plus égalitaire ; plus logique ; héhéhé…

Rien, je ne crois à rien de tout cela. Les révolutions ne mènent qu’à des oppressions pires ; les réformateurs s’achètent, ou vieillissent, ou se dispersent en de vains combats. Que voyons nous autour de nous? De lutte de pouvoirs ; la puissance de l’argent. Dans toute société, il y a des luttes de pouvoir ; et des puissants, dont la richesse provient des terres, ou des relations ; ce sont toujours eux qui mènent le monde ; ça a toujours été ; je voudrais bien que l’on me montre avec des arguments étayés des lieux où il en va ou en a été autrement.

Si seulement je pouvais croire que tel ou tel opposant agité et bavard mène un juste combat. Si seulement je croyais que nos tribuns populistes ne cherchent pas simplement à augmenter leur pouvoir. Je ne vois partout que des princes égoïstes cramponnés à leurs trônes, dans des palais aux murs épais, guettés par des tribuns ambitieux qui n’ont de cesse de prendre leur place. Ailleurs, loin, une foule aux yeux de plus en plus tristes et vides au fur et à mesure que l’on s’éloigne des centres du monde ; des pleurs d’enfants ; des villages déserts ; des usines qui rouillent.

Mais ils se sont réunis, nos princes sérieux en costume noir ; ils se sont réunis ; ils ont débattus ; ils s’acheminent vers des solutions. Comme nous sommes heureux !! Comme nous devons avoir confiance ! Comme nous pouvons, d’un fier regard, embrasser la terre entière et poser sur elle notre bienveillante supériorité, avant de la guider d’une main ferme et sûre vers un avenir qui, avec nous, ne pourra qu’être meilleur – et chanter.

Publicités

16 réponses à “Des princes

  1. reinedespommes

    Trés joliment dit !
    Moi, je continue à m’émerveiller devant le papillon qui virevolte dans le rayon de soleil, mais je ne suis qu’une humble citoyenne à qui on piquera sans doute quelques sous pour reboucher quelques trous par ci par là.

  2. Ouaip, bien dit ! Ça va bien avec le film que je suis en train de regarder, L’ivresse du pouvoir, de Chabrol…

  3. Bof, on n’a qu’à leur donner rendez-vous au cimetière. Qui sont pleins de gens indispensables avec des Rolex.

  4. Ah bordel, pourvu que tout implose !
    (et nous avec …)

  5. Je suis entièrement d’ac avec toi… mais moi les mecs en costard ça me faire craquer… pas plus tard que la semaine dernière, mon nouvel assureur est venu chez moi pour mon appart… j’étais toute mmm…

  6. c’est comme le théatre de guignol! on regard ele spectacle! h comme ils sont beaux! oh comme ils sont gentils! ah attention il y a les méchants là-bas!
    mais en réalité, derrière le décor, il ya des gens, avides de pouvoir et d’argent, prêts à tout, et bien incompétents! le déficit de la france!! toujours plus importants malgré les hautes études de ces messieurs-dames! la crise boursière? à notre charge! et allez hop!! quand je pense qu’au moindre petit découvert, on est interdit bancaire durant 2 ans, et que l’Etat ne bouge pas le petit doigt!..
    bref, tout cela m’agace! je retourne donc sous ma couette en attendant qu’on les guillotine!!..

  7. Anguela elle porte culotte ?????? et bé !

  8. Betement , je ne regarde plus leurs shows , ça me lasse , ils savent , ils vont trouver , qu’ils trouvent , vite et bien !!
    et en plus je ne comprend pas tout , comme les autres , je trouve ton billet bien tourné ce matin .

  9. ça me faisait rire au début … maintenant je suis en colère … en colère parce que quoi qu’on fasse … quoi qu’on dise … on nous prend pour des abrutis … en colère parce qu’on nous dit que les caisses sont vides … et comme par magie des milliards sont débloqués … oh ben ça alors ! … bref je suis en colère … mais comme tout le monde … entre le rire et la colère !

  10. Très très joli billet Fanette, très bien écrit, un régal à lire de bon matin.

    Ils sont moins ennuyeux nos hommes en costards noirs grâce à toi….bah oui, un joli texte les rend moins odieux et moins chiants.

    Bonne journée!

  11. Très bien écrit. Moi j’attends que la crise passe tout en essayant de garder mon calme. Ils ne vont trouver des solutions que pour eux, eux seuls. Ils ne pensent pas aux petites gens….
    Bonne semaine.

  12. Mais les Rolex c’est dépassé nan?

    Comme j’ai dit, moi je consomme, pour relancer l’économie mondiale. Et quand je serais maître du monde, je serais en robe bleue, et non pas en costume noir (c’est morbide et tellement vu non?)

    (M’enfin eux je suis sûre qu’ils envoient leur économies aux îles Caïmans) (Ouais parait aussi qu’en Suisse ça s’écroule) (Tout fout le camp ma bonne dame)

  13. J’aime beaucoup cet article ! Tu écris très bien ta désillusion.

    (Moi, j’y crois encore, au changement possible.)

  14. j’en ai marre !!! mais je ne me laisse pas abattre. Je suis gênée, car je ne suis pas la plus malheureuse, ça me bloque pour me plaindre (et pourtant j’engueule mes murs et mon miroir). Mais tout ça, c’est nul, même si je ne dispose pas du vocabulaire économique pour en parler avec pertinence.

  15. Confiance, confiance, confiance. On doit les payer bien cher pour qu’ils prononcent aussi souvent confiance…

  16. joli billet… moi je reste naivement dans ma petite vie où tout ne va pas si mal… ils auront du mal à m’enlenver cette toute petite vie tellement insignifiante pour eux….