Fanette et ses amours ; Shalima et Mamisa

Dans le cadre de mon entreprise de rapprochement de Lui, les choses évoluent, mais très lentement.

Je fais de gros efforts sur moi-même. Je m’habille différemment. En fait, je devrais bénir Pierre-Henri. J’essaie d’adapter le look de ses copines. ça marche. J’ai planqué au fond de mon armoire mes pulls. Plus de pulls. Que des vestes. Avec les pantalons adéquats, ça fais très working woman mais working woman un peu chic. Incapable de me photographier pour faire des effets vestimentaires, je ne le ferais pas, mais croyez moi sur parole. J’ai capté que ça lui plaisait. Et ça marche : le truc parfait, c’est que j’adore les gilet masculin, et lui aussi. Comment je m’en suis rendue compte? La première fois que j’ai fouillé dans mes armoires pour rénover mon look de façon rationnelle, j’ai retrouvé tous les gilets que je m’étais acheté il y a longtemps, un gilet bohème (je ne saurais le qualifier autrement, avec un patchworck de tissus comme dorés, brillants), un gilet avec des fleurs bleues argentées brillantes enfin un peu brillantes, un gilet avec des fleurs en velours rouge. Je ne les mettais plus parce que, heu, qu’est-ce que je suis bien dans un jean et un pull. J’ai retrouvé des pantalons (je sais, je sais : la blogosphère regorge de blogs, que je lis, de filles qui craquent pour les nouvelles fringues et se ruinent mais à part un ou deux machins de saisons, je suis à l’inverse totale de ce système : acheter et encore acheter me parait une folie : sauf, un ou deux trucs qui me plaisent à chaque saison, et je m’en rends compte à la fin, ce qui fait que je suis atrocement pas à la mode comme nana, je reprends mes anciens vêtements oubliés et je réfléchis comment les remettre, en les arrangeant avec autre chose). Bref, entre mes pantalons retrouvés (je crois que le trucs pour quoi je vais craquer cette saison ça sera un gilet avec des poils), mes pulls et chemisiers – oui, je porte, des chemisiers, c’est terrivble, hein? Mais ouverts avec un gilet, ben j’aime ; pas du buchteon, non ma chère du chemisier de dame, mais avec gilet), je me suis fait un look pas mal.

Je suis contente de moi… Oui, et non. M’être tirée de ma tendance naturelle à l’enfouissement, c’est bien.  Tout le monde me dit au boulot : oh lala Fanette !!! Super.

Mais, curieusement, je n’aime pas ça. Je ne suis pas très contente. Cette impression de me mettre en quatre pour Lui me perturbe. Pourquoi ça ne se passe pas comme d’habitude? A ma façon, je fais la danse des sept voiles. J’ai réussi à repérer le genre qu’il aime, et j’essaie de suivre. Certes, je me trouve moi-même plus élégante dans la glace. J’en éprouve une certaine satisfaction. Ce sentiment de satisfaction est-il ce que j’ai de meilleur? je ne crois pas. En travaillant le maquillage et la coiffure (et puis en prenant la pose et en ne bougeant plus de la journée), j’obtiendrai de moi-même d’excellents résultats. Ce sera mieux qu’en pull, avec les cheveux longs et pas coiffés.OK. Je suis plus chic, et je suis moi-même contente de l’être. Alors, de quoi je me plains?

Et je passe à tout autre chose, parce que je suis triste aussi, je sais, il y en a qui vont dire, oh lala mais qu’est-ce que ça sera quand ça lui arrivera à elle, gna gna gna, et que sait-on au fond de ce qui m’est arrivé ou pas? Bref :  Mamisa a dit qu’il ne fallait pas pleurer, mais Shalima ne peut pas se retenir depuis samedi. Moi qui ai besoin de points sur les i, j’ai un côté abruti, je crains néanmoins de comprendre. ça n’y fait rien, mais j’embrasse Shalima parce que j’ai de la peine pour elle. Vous pourriez aussi, si elle avait laissé ses commentaires ouverts, mais elle doit préférer un peu de silence, alors quand elle les rouvrira pour autre chose, on pourra être là.

Une conclusion avec Elisabethh, qui a republié sur le théorème de l’escarpin un post sur Woody Allen. Elle nous cite un extrait de Guerre et Amour :

Natasha, aimer, c’est souffrir. Pour éviter la souffrance, on ne doit pas aimer. Mais alors, on souffre de ne pas aimer. Donc, aimer c’est souffrir, ne pas aimer c’est souffrir, souffrir c’est souffrir. Etre heureux, c’est aimer, donc être heureux c’est souffrir, mais souffrir nous rend malheureux, donc pour être malheureux on doit aimer, ou aimer pour souffrir, ou souffrir de trop de bonheur. J’espère que tu conçois tout ça.

Shalima, on ne se connait pas, mais je t’embrasse.

Publicités

12 réponses à “Fanette et ses amours ; Shalima et Mamisa

  1. Merci beaucoup Fanette… vraiment.

  2. Sans trasition: j’aime beaucoup la nouvelle nannière.

  3. Toutes mes condoléances shalima.

  4. Shalima : Je suis contente que tu ne sois pas blessée parce que j’en parle.

  5. (moi je préférais la bannière précédente, ça fait une moyenne !)

    Changer pour Lui, c’est beau. Et puis, ce ne sont que des fringues, après tout – pas comme si tu reniais tes principes, ta Nature Profonde ou que sais-je. Et si ça fonctionne, tant mieux !
    En tout cas, au point où tu en es, ça paraîtrait étrange de faire marche arrière et revenir à tes pulls et ton « non-coiffage ». Coincée dans une enveloppe stylée et élégante ? Je comprendrais que ça te déplaise !!

    Pensées pour Shalima.

  6. Tes bannières évoluent au même rythme que ton style? Sois toi même, c’est encore ce qu’il y a de mieux je crois.

  7. Plein de bonnes ondes à Shalima!

    Comme le dit Laure, il ne s’agit que de fringues, ça reste léger. Et personnellement j’aime bien l’idée que mon amoureux me pousse à faire plus attention à moi et à ce que je porte.

  8. tu as un pull marine aussi?

  9. Changer pour Lui, – je l’ai tellement fait. Je me sens bien finalement !

  10. Bah je te vois plus chez moi ? C’est ma franchise à toute épreuve qui t’a fait fuir ? 😦

  11. Cet extrait de guerre et amour est tout à fait vrai. Finalement on fait tout pour souffrir!
    Changer pour un homme, un grand oui si ça nous fait du bien avant tout.
    Et je finis par une petite pensée pour shalima..

  12. Suffragettes : je suis moins régulière ces temps-ci, mais tu m’intrigues : tu sembles suggérer que tu m’as dit un truc qui m’aurait fait fuir? Lequel?