Chez Lui 2 (c’est 2?)

glace-jura

Je prends un air dégagé, je suis cool, extra cool, en fait j’arrive à faire comme si ce n’était pas lui, donc je flotte – très agréable – dans un nuage doré. Enfin, c’est lui. Donc, quand même, je reste vigilante.

Je lui tends le champagne et les autres machins – décontractée, je fais ça TOUS les soirs –  en expliquant que ça se fête, il me parle de crémaillère, je lui dis n’importe quoi, mais un truc du genre comment ça, tu croyais que j’allais passer les mains vides et louper une occasion de boire des bulles? Tu crois que MOI j’attends une crémaillère? MOI? d’un air de dire que moi, je suis une princesse russe, une déesse grecque, la fille cachée du Sultan de Brunéi (alors que pas du tout)( hélas).

Bon, dit-il. Ebranlé. Ah. Mais ça, depuis quelque temps je l’ai noté, je prends des airs et ça marche. Total, j’ai plusieurs fois foncé dans le tas.. spirituellement, je veux dire.

Nous visitons. Je laisse négligemment, enfin le plus négligemment possible tomber mon manteau sur une chaise ; en fait je ne suis pas si négligente, je fais attention à ce qu’il tombe bien, je ne sais pas, mais ça va me perturber si mon manteau se retrouve en tas par terre, ça fait nul, non? Le négligé ça se travaille. Mon manteau tombe sur la chaise, plouf, avec un bruissement, quelle maîtrise ! On dirait que je jette négligemment des manteaux tout le temps.

C’est le rêve. L’appart de rêve. Défaut : il ouvre sur une avenue, on entend bien le bruit de voitures… Mais bon, à part ça. Je prends l’air extasié, mais extasié comme si je connaissais. Vous allez me dire (en fait c’est moi qui me le disais) mais sois naturelle, bordel – sauf que je ne savais plus comment on fait pour être naturelle. Donc, ma façon d’être naturelle, c’était (suivez moi bien) de ne pas l’être, puisque ça me venait naturellement de prendre des airs pas naturels (relisez, si vous ne comprenez pas).

Soudain, troublant l’instant, une voix pas très aimable :

– Bonsoir.

Je me retourne.

Un type dans l’embrasure de la porte, l’air froid. Lui me présente :

– François, le propriétaire des lieux.

Le visage de François ne bouge pas. Il est glaçant. Je sens presque toute mon assurance tomber, comme une petite culotte autour de mes chevilles, et je me sens con. Bravo, François. Merci.

– Vous êtes propriétaire? Quelle chance ! (je feins l’enthousiasme légèrement écervelé-superficiel, avec la très désagréable impression de m’enfoncer, mais je ne sais plus où est mon naturel, je n’ai même plus le concept, j’essaie de m’imiter moi-même).

– Mmm, fait le type comme si ma voix avait à peine effleuré ses tympas. Il s’adresse à Lui : bon, je rentre dimanche, comme je t’ai dit.

Et à moi, l’air absent :

– Enchanté, mademoiselle.

Puis il part. Heureusement qu’il n’est pas resté. On se serait transformé direct en glaçons.

J’attends que la porte se soit refermée, puis je dis à Lui : Dis donc, il est désagréable…

– Il n’est pas toujours comme ça. Mais il est spécial.

Le type – François – a jeté un froid. On reprend la visite, mais le coeur n’y est plus. Il m’emmène sur le balcon. Oh, c’est un balcon, et on voit les voitures en bas. On regarde, et je prends l’air intéressé.

Alors que tout avait commencé à monter, c ‘est retombé. Br.

Mais c’est pas fini.

Publicités

26 réponses à “Chez Lui 2 (c’est 2?)

  1. Les colocs sont souvent comme ça, y’en a un qui assure et l’autre qui craint (observation empirique).

  2. J’imagine bien le côté négligé sans l’être totalement … c’est la même chose que le coiffé décoiffé … ou encore le naturel non maquillé mais en fait maquillé ^^ …

  3. J’aime po Francois *baffe*

  4. La suite la suite 😉
    L’avantage a avoir eu une ambiance glaçon, est qu’au moins le champagne ne se boira pas chaud 😉

  5. J’adore le lancé de manteau 🙂

  6. Toujours aussi experte en matière de cliffhangers!

  7. Matt : empirique, mais pertinente.

    Zeste : Et c’est pas facile, tu sais. Avoir l’air artistiquement négligée, il me faut au moins deux heures, et après je ne bougez plus.

    Gui : Oui, François est extrèmement déplaisant.

    Aratta : il faut attendre, pour la suite. Le teasing c’est trop bon.

    Gondolfo : Tu sais que j’ai eu du bol. La chaise était à côté d’une console Louis quelque chose, très jolie, d’ailleurs, j’ai cru que le manteau allait glisser par terre, et mon effet aurait été pire que raté. J’aurais du laisser mon manteau en tas ou alors faire la bonne petite ménagère qui revient bien le plier, alors que j’essayais intérieurement d’être princesse, tu vois? Une princesse qui plie son manteau???? L’horreur.

  8. Sheily : Je progresse. Il faut que je t’envoie un mail pour les photos…

  9. Et alors, et alors?…

  10. hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii

    (cri d’impatience)

  11. Ce type odieux est le proprio de votre futur éventuel ? c’est parfaitement normal qu’il se montre détestable : vous représentez une menace pour sa tranquillité rentière. Imaginez que vous partiez vous installer avec le futur éventuel et hop, le voilà condamné à trouver un nouveau locataire, le sélectionner, tout ça. Fatiguant de mériter ses rentes… vous avez donc là Ennemi number one. (Mérine ou Mèsserine ? arf). Bon courage.

  12. Rahhhhaaaaaa!!!

    la suite !!!!
    Tu ne PEUX pas nous planter comme ça !

  13. Une princesse qui plie son manteau !!!! j’avais pas lu ton comm ! trop marrant !! Ben non ça le fait pas.

  14. Je ne l’aime pas non plus ce François.

  15. je suis assez championne aussi pour le lancer-négligé de manteau 😉

  16. Pfff ce François il a bien choisi son moment !!!!

  17. Bon ok, le balcon, l’autre con de François, après après !!!

  18. « l’air absent », froid, distant…
    Moi il me plaît, ce François, c’est un vrai personnage de roman, avec du mystère en-dessous.
    Pas comme ce personnage d’écervelée qui a pris possession de toi et qui ne te va pas…

  19. Mais François, il a genre quel âge ? On le visualise pas bien.

  20. C’est tout en calcul cette histoire…..

  21. Ahh la maligne! bon heureusement qu’il revient que lundi l’iceberg hein!

  22. Tu vois? ça ne se passe jamais comme on l’a prévu… Nous sommes tous satisfaits par ton lancé de manteau, je vois… Moi j’aime bien François. un peu mystérieux… pourquoi cette froideur? que se cache-t’il derrière tout ça? D’ici à ce que à la fin tu partes en « just married » avec lui et non avec « lui »…. Bon, j’attends la suite…

  23. Ben je ne sais pas mais je l’aime bien ce François…même s’il a gâché ce moment.
    Un mec froid et désagréable comme ça, sans raison apparente, ça m’intrigue.

  24. le François ne serait pas amoureux de Lui par hasard ?
    où alors il est énervé parce que Lui lui a demandé de vider les lieux pour cette nuit : lui veut être seul avec toi alors François va dormir sous les ponts. Tu m’étonnes qu’il fasse la tête dans un cas pareil !!!
    En revanche, c’est tt bon pour toi ça … alors détend toi !!!!

  25. Hmmm c’est cool… y’a du suspens, les épisodes se finissent avec une accroche… tu serais pas sénariste de série américaine genre 24 ou Desperate Housewives par hasard ?