Je rêvais d’un autre monde

Vous connaissez cet état d’esprit où tout paraît étrange? je suis comme ça en ce moment. Comme si de subtiles modifications dans ce qui m’entoure avant créé une sorte de monde parallèle dans lequel je serais tombée sans m’en rendre compte.

Le bureau de Lui et Ben est fermé, je crois que c’est ça. Ils bossent dans le nouvel appart de Lui, et d’ailleurs ils ont plein de boulot juste en ce moment. Je me demande qui va venir dans ce bureau, mais en tout cas, ça me change tout. J’étais habituée à eux, à les voir, et puis le fait qu’ils ne soient plus là, joint à ma mésaventure avec Lui, tout ça me tourne la tête.

Oui, ça me tourne la tête : tout me paraît étrange, curieux, bizarre. Je regarde les murs de la cour et je remarque leur texture : était -elle la même auparavant? Et avant quoi, d’ailleurs? Avant Lui? Avant leur déménagement? avant Obama? Avant le fou qui a tué des enfants dans une crèche? Avant la tempête? Et après la grève de jeudi, ça sera différent? Aurais-je la même impression de flotter?

Je ne sais pas comment ça se fait, mais, pour ajouter à cette sensation de différent, l’actualité m’a assommée, cette semaine – et pourquoi? Puisque je pense, intellectuellement, que l’élection d’Obama ne va pas tout changer, pourquoi ne puis-je être de ceux qui ont une pensée claire, et pourquoi dois-je, alors, honteusement, lutter contre le sentiment enfantin et irritant que si, ça va changer quelque chose? je ne suis plus une enfant? Je ne veux pas y croire, alors pourquoi j’y pense? Comment font les autres? Ils sont comme moi, naïfs, et cons, mais ils luttent, mieux que moi? Pourquoi ça ne marche pas avec moi? J’ai trop lu Mon amie Flicka? Pourtant j’ai vu Ran, et je sais que les bons sentiments ne marchent pas en politique!

Pourquoi le tueur de Belgique m’a t-il assommé? j’ai commencé à me dire « mais dans quel monde vivons nous? » et je me suis fait penser à ma tante. J’ai essayé d’arrêter de penser. Pourquoi me mets-je à penser en poncifs, c’est l’âge? j’ai peur… Mais je ne parviens pas à comprendre comment on peut faire ça – tuer des bébés, naturellement, personne ne peut comprendre. Pourtant, si l’on y réfléchit bien, entre les faits divers et les guerres, on tue des bébés. ma surprise doit encore un peu tarte. Ma tante me dirait : « ben c’est un fou » comme si cela expliquait tout. (Même un fou, il me semble qu’il devrait s’arrêter devant un bébé).  Les journalistes ont dit que c’était un fan de film d’horreur. Je ne vois pas le rapport, désolée, ou alors c’est de la même veine que la petite hystérie actuelle anti internet? Tu regardes très fort très fort le Joker, et paf, tu fais comme lui?

Pour en finir, la tempête. Donc, si vous voulez, l’actualité, cette semaine, elle nous a dit que le monde était incohérent, qu’ un dingue pouvait faire n’importe quoi, que nous ne sommes rien face aux éléments naturels (ça me rappelle 2001, l’Odyssée de l’espace), que nous sommes en quelque sorte, dans des courants fous, incontrôlables, que les plus forts s’en sortent (tous ces chefs d’entreprises qui renonncent à regret à leurs millions me fichent en rage, moi, moi, MOI, Madame de la Rochette, au secours), et que les plus faibles, non, surtout les bébés devant un type armés d’un couteau (je le savais déjà, mais ça ne m’a pas fait de bien de m’en ressouvenir) et Sarko va prendre son micro et nous expliquer comment il va faire pour que tout aille bien pour nous. Je l’admire, ainsi que tous ceux (et ils sont de tous bords politiques) qui ont la solution. Moi, j’ai envie de faire comme le type qui se mettait dans un tonneau et qui, lorsqu’Alexandre le Grand est venu se mettre devant lui pour lui dire qu’il l’admirait, et lui demander ce qu’il pouvait faire pour lui, lui a juste dit : « Ote -toi de mon soleil ». Diogène.

Mais vous faites comment, vous, vous faites comment?

Je vais manger du chocolat, je crois. Et chercher l’actu de Brad.

Publicités

23 réponses à “Je rêvais d’un autre monde

  1. Pingback: Baisse de moral…. « Sic transit gloria mundi

  2. Je dois dire que je te comprends. Moi aussi, cette semaine, je trouve que ça a fait beaucoup… Mais bon, je pense à autre chose : il y a des semaines plus hard que d’autres, je trouve.

  3. je mange du chocolat

  4. Je mange du chocolat et je bois du Jurançon.

    Mais hier, à peu de choses près, je disais à quelqu’un au téléphone « Le monde pue franchement ces temps ci. Je préfère ne pas y penser »

  5. Moi, je pense qu’il ne faut pas se laisser piéger par le stress….

  6. Oui le chocolat ça fait toujours du bien et malheureusement le temps aussi

  7. Moi je regarde le Dr. House. Ah que c’est bon.

  8. Moi je mange du chocolat, je bois du Pinot Grigio et je pense à mon prince. 🙂

  9. C’est vrai que l’actu est morose…. Mais ne nous laissons pas abattre…

  10. Moi je mange une baguette, sans le chocolat.

  11. Je crois que tu as déjà les bons remèdes !

  12. Je débranche la télé, j’envoie une série. Ou alors je prends un bon bouquin, en sirotant un thé au miel.

  13. Mangeons du chocolat !!!

  14. Pingback: Bloguer ou ne pas bloguer » Enfièvres-moi

  15. Du chocolat ? Une bonne idée ça !

  16. Je ne fais pas, je lis beaucoup, en ce moment : l’histoire d’une femme peintre qui n’était pas « adapté » et elle me console….

  17. Comprendre ce qui se passe aide a relativiser nos petits bobos. Pour le chocolat, meme quand tout va bien, on peut en croquer.

  18. On en est tous là, Fanette. Comment on fait ? Personnellement, j’apprends à accepter que l’injustice est partout, que nous ne pouvons nous appuyer sur aucune morale, et que rien n’est jamais garanti (ni définitif, d’un autre côté). Plus rien ne m’étonne et je détricote mes illusions patiemment, avec méthode et application. J’entends dire que la pratique d’une activité sportive peut avoir des effets intéressants, aussi.

  19. Ici on est un oeu isolé et centré sur Nous’
    des fois c’est triste car nous n’avons pas de reel conscince poilitique, je vois qu’a Paris c’est différent pour Vous’
    les bombes sur Gaza m’ont fait mal ….

    et sinon c’est triste que Lui ne soit plus là !

  20. Il y a de quoi en perdre son sens de l’orientation… jusqu’où ira la folie de certains? Que penserait Mme de La Rochette de tout ça?J’avais tendance à penser comme beaucoup que l’influence de ces tonnes de films violents y était pour quelque chose. et c’est souvent un sujet de discorde avec mes enfants. C’est moi qui ai annoncé la tuerie de la maternelle à mon grand qui était avachi sur le canapé avec un garnement de 18 ans (notre voisin que je trouve trop facilement attiré par ce qui est vulgaire et violent). À l’évocation du maquillage qui rappelait celui du Joker, ils ont eu l’air effrayés et effarés. La réalité a bel et bien dépassé la fiction. Nous en avons beaucoup parlé et mon fils a eu la mot de la fin. Les millions de jeunes qui vont sur Internet voir des trucs violents ne se transforment en tueurs potentiels. Le nombre de ce genre de faits divers n’est pas heureusement proportionnel au nombres d’internautes. Ce gosse est fou. Au XIX ème siècle, il aurait fait pareil, le maquillage en moins.

  21. Oui, le coup fan de films d’horreur, ça me rappelle ce Japonais qui a poignardé au hasard dans la foule, et dont on a vite expliqué qu’il était fan de manga…
    http://sebisghosts.free.fr/index.php?2008/06/12/216-sebi-un-homme-dangereux