A bas la peste ! (et le choléra aussi?)

J’espère que c’est bien elle la peste, j’ai lu des Gossip Girl,
mais je ne regarde pas la série.
J’espère que c’est bien elle la peste, j’ai lu des Gossip Girl,

mais je ne regarde pas la série.

Je lis régulièrement le blog de Zabou, dont j’aime la simplicité, l’inventivité, le goût des petits détails, des petites infos sympas et intimes (pas indiscrètes), une sorte d’introspection légère sur la mode, bon enfin bref un blog vrai et remarquable par sa simplicité réaliste (je ne sais comment dire ça : ce blog est bien parce qu’il ne se la pète pas pas, mais le fait de ne pas se la péter est en soi une IMMENSE qualité, donc elle devrait se la jouer de ne pas se la jouer, mais elle ne le fait pas, donc… – vous suivez?).

Aujourd’hui c’est jour « plutôt que de chercher dans le riche vocabulaire français des mots permettant d’illustrer finement le fond de ma pensée, je multiplie les mots et les verbes et c’est moche ».

Enfin bref.

Dans un ordre d’idées similaires, mais non identique à ce que disait jeanne, Zabou s’intéressait donc l’autre jour au concept de peste. La peste, disait-elle est en gros, est socialement inadaptée, parce que dans la vie de tous les jours on doit montrer le meilleur côté de soi-même.

Je bénis Zabou pour avoir écrit des mots aussi vrai et, me semble-t-il, aussi peu à la mode.

Et que n’ajoute-t-elle pas : Il est plus facile d’être méchante, que de faire des efforts pour être quelqu’un de bien.

J’ai presque  mal.

Etre quelqu’un de bien.

A l’époque de Kerviel et Madof.

Est-ce bien raisonnable? Quel concept démodé.

Voyons, nous moquons le pauvre, la veuve l’orphelin, le malheureux qui nous emmerde et pour lequel nous ne pouvons rien – qu’il crève, celui là, qui vient nous empêcher de boire notre thé petit beurre tranquille (oui, Zabou fait allusion au macaron : pas dans mes prix. Mais thé petit beurre c’est très bien). C’est le nouveau style.

Mais non, mais non c’est même pas vrai, ça n’est qu’une attitude. En fait, sous le vêtement de la peste, il y a autre chose…

ça me rappelle les filles dans mon lycée – non, pas les, la, il n’y en avait qu’une. Elle était copine avec ma copine Sandra. Vous vous en souvenez, de Sandra? ma copine qui aimait bien les garçons, tous les garçons, et que les garçons, TOUS LES GARCONS aimaient bien aussi. Mais Sandra faisait des tas de trucs dans la vie à part penser aux garçons (si) et elle s’habillait très classique (mais même en pyj nounours rose elle dégageait un truc torride, pas genre les filles de revues de sexe avec des yeux aguicheurs, des poses suggestives, non, non, Sandra, avec des lunettes, un tailleur pantalon et des cheveux courts, eh bien, on ne percevait que ses seins et ses fesses – si, c’était comme ça). Mais il y avait une fille (j’ai totalement oublié son nom, la malheureuse) on va dire Line. J’espère que personne ne s’appelle Line? Bon Line s’habillait avec des jupes au ras de la truc, des bas résilles ou brodés, des talons de 15 cm, des modesties sur ses seins sans soutifs, et le chemisier ouvert par dessus, et pas une ou deux fois par semaine, non, tout le temps, même l’hiver. Courts et plongeant.

Et elle se plaignait à Sandra, qui, bonne fille, me racontait les malheurs de Line.

– ‘tain les mecs i sont nazes quand même. I croient tous que c’est une pute ! Mais elle aime s’habiller comme ça, c’est tout, elle a le droit, non? m’expliquait Sandra désolée.

Line se maquillait beaucoup, avec du rouge, et trainait avec tous les  garçons pas sérieux  du lycée.

Elle avait énormément de mal à convaincre la direction du lycée qu’en fait elle se passionnait pour ses études.

Surtout qu’elle séchait les cours comme une forcenée.

Pour aller se balader au cinéma avec des garçons qui essayaient tous de le tripoter, à cause de ses vêtements.

Et là aussi, nous avions ce truc paradoxal : la fille qui s’habille comme une p.. MAIS QUI N’EN EST PAS UNE. En fait, elle cherche de l’amour (ce qui était par ailleurs tout à fait exact, je parlais de temps en temps avec Line).

La peste, c’est pareil, en fait, elle a l’air d’une peste, elle est désagréable, elle balance des trucs sur les gens, moi qui n’ait aucune répartie, devant une peste je reste muette et prise de court, ça donne l’air malin et tout, mais en fait il faut le savoir la peste souffre. Ah bien. La peste est une victime d’elle-même, ou de sa vie ou de sa mère ou de quelque chose et pour masquer la souffrance elle attaque….

Voilà. Donc, comme on ne touche pas aux victimes, qui ont forcément toujours raison, nous, les filles gentilles et aimables, on n’a pas souffert, on ne peut pas comprendre. Paf, c’est fini, circulez ya rien à voir, la peste est à la mode, donc : aimons la peste. Surtout Zabou, puisqu’elle est gentille, hein?

Ah, là, un autre post d’une fille qui doit lire le même journal de Zabou.

Advertisements

11 réponses à “A bas la peste ! (et le choléra aussi?)

  1. Là tu viens de décrire certains portraits de filles que j’ai déjà croisé. Il ne faut pas se fier aux apparences!
    J’avais une copine qui ne parlait que de sexe mais qui n’avait jamais vu de sexe de sa vie.

  2. Je ne savais pas qu’il y avait une mode de la peste?? Pourquoi pas… c’est vrai qu’un certain nombre de blogs sont rédigés sur un petit ton acerbe, pas forcément désagréable, mais il faut automatiquement convertir cela en deuxième degré… Un peu agaçant. En tout cas ton post est très drôle !!

  3. En effet, il ne faut pas se fier aux apparences. Mais une bonne claque dans la tronche de la peste pour remettre en place les idées, ça ne fait pas de mal et ça soulage (c’est du vécu, ça fait du bien!)

  4. Les pestes, c’est vieux comme le monde… et superpénible, en effet. Et comme dit Homer, une bonne bonne claque, ça soulage !!! mais je te dis ça, je ne l’ai jamais fait…

  5. Hum, ça c’est comme « les filles préfèrent les bad boys » (tout gentil garçon laissé sur le carreau peut s’adresser à moi, je transmettrai aux exceptions) ou « les mecs préfèrent les chieuses »… Cherétendre a tellement bien intégré le concept qu’il est persuadé qu’il me fait un compliment quand il dit que je suis une chieuse. Je ne sais pas si on doit apprécier, parce que cela nous donne une excuse quand on est pénibles, ou penser que cela encourage des comportements limite.

  6. J’ai aussi lu les gossip girl (d’ailleurs y me reste les 2 derniers à lire et à commander le dernier).

    Pour ce qui est des pestes je confirme…… j’en ai croisé au collège/lycée et c’est parfois pire que dans la vie active!!!!

  7. Pingback: Bloguer ou ne pas bloguer » Géraldine fait fondre la neige

  8. Krazy Kitty va être extrêmement déçue. Elle a la mononucléose. Alors que, d’après l’intelligentsia qui bosse chez Elle, ça ne se porte plus du tout cette année.
    Moi, j’ai de l’eczema, tu crois que c’est d’avant-garde ?

  9. Je me sens , loin, bien loin de tous ces mondes ..
    Edifiant tout de même , aller sur un blog de peste et se faire envoyer sur les roses , y’a pas mieux à faire dans la vie
    tiens je vais tailler mes rosiers ..

  10. Je te conseille la série, c’est pas mal du tout.

  11. C’est ce qui est le plus chiant, finalement, avec la peste: c’est que tu ne peux jamais tout à fait lui en vouloir non plus (surtout quand, comme moi, tu es carrément bonne poire…). Car la peste est souvent peste dès qu’il y a du monde et qu’elle se prend une attitude « pousse toi de là que je m’y mette », mais elle est souvent une crème quand tu la cotoies en duo… ce qui est d’autant plus énervant, en fait!