Mâcon-Villages, je t’aime

macon-villages

Là, j’en ai marre.

Le coup du nouveau rapport sur l’alcool. Alors même que les Français ne boivent plus autant qu’avant, voilà qu’ils nous pondent un rapport pour dire qu’un verre de vin par jour c’est trop.

Pas d’accord.

Zut.

En fait, je ne bois pas un verre de vin par jour. Vous m’imaginez, dans ma chambrette, débouchant ma bouteille, solitaire, pour me servir un verre? C’est tristoune, non?

Donc, je bois généralement un verre à trois verres de vin, une à trois fois par semaine, en situation, c’est-à-dire en compagnie. Parfois plus – mais c’est par entraînement, ou assez bêtement, car je suis fatiguée le lendemain. Et puis on n’apprécie vraiment (au goût) que le premier ou le deuxième – après, c’est l’effet, et de toute façon, on ne pense plus au goût, donc c’est un peu du gâchis. Et après, je bois de l’eau (le vin me donne soif) et je rentre en métro, ou à pied. Nom d’un chien, je suis tellement raisonnable que je me fais de la peine.

C’est hyper peu, je suis entourée de pas mal de gens qui confondent s’amuser et se saoûler, ce qui m’énerve, mais c’est mieux pour boire un verre que ceux qui disent  » ah, non, moi, jamais ». Enfin, ceux là aussi, j’en fréquente, je bois même du thé avec eux, si, même le soir, et je m’amuse beaucoup, mais je veux continuer à boire mon vin, merde.

Il y a d’ailleurs des tas de trucs à dire sur le thé, ou le café, mais là je veux parler du vin.

C »est insupportable cette manie de nous pondre une ou deux fois l’an un rapport sur la malbouffe, surtout pour dire qu’il faut manger des fruits et légumes – au prix, nom de dieu, des fruits et légumes. En plus, les pommes, ou les pêches, j’ai le gout de celles du jardin de ma tante dans la bouche, autant dire que je suis toujours déçue quand j’en mange une.

Je sais, qu’il y a des alcooliques. Il y a longtemps, un garçon m’a presque fait tomber amoureuse de lieu par pitié (horrible) parce qu’il était amoureux de moi et teeeeeellement malheureux, sa mère était alcoolique. Eh bien ce n’était pas drôle. Ça l’avait traumatisé, ce garçon, il était mal dans sa peau, malheureux, perturbé – et moi j’avais pitié de lui, le pauvre, jusqu’au moment où j’ai eu le sursaut salvateur et je me suis sauvée. On ne tombe pas amoureuse par pitié.  Mais j’avais quand même vu sa mère une ou deux fois, et – sans commentaire, ce que les ravages de l’alcool peuvent faire, on n’a pas idée. Et des ravages sur deux générations, car il y avait les ravages psychologiques sur son fils.

Ah oui, et j’ai eu des voisins, aussi, dans un immeuble. Je croisais ma voisine tous les jours, sa porte ouvrait FACE à la mienne, ça schlinguait un max dans sa chambre, l’urine et le vin, enfin pas le vin, la vinasse. C’était une dame d’une cinquantaine d’année, avec des cheveux en étoupe, un visage rouge et bouffi, les yeux enfoncés dans les replis de la peau, celle-ci couperosée et jaunie, les mains enflées, les ongles jaunes, longs, comme des griffes, les pieds dans des baskets sans lacets, une sorte de caricature, elle avait une tête à jouer dans les Deschiens ou une folle dans Kaamelot.  Elle me disait bonjour et s’excusait pour le tapage nocturne (que je n’entendais pas : soit je dors comme une souche, soit j’ai des insomnie, mais c’est totalement indépendant du contexte sonore). Elle était très gentille et protectrice avec moi. Et un jour j’ai appris son âge – elle avait 25 ans, soit, à l’époque, 4 ans de plus que moi. J’ai eu un choc.  A la voir, je croyais qu’elle en avait 50. Un jour, les pompiers sont venus la chercher, et elle n’est pas revenue. Son visage – et sa gentillesse, même avinée – sont gravés dans ma mémoire. je ne savais pas que les ravages physiques de l’alcool peuvent être tels.

De toute façon, le rapport ne stigmatise pas l’alcoolisme, mais d’autres risques de santé. Mais non. Non. Non. J’en ai marre. Maintenant, ce n’est même plus le politiquement correct, c’est le médicalement correct. ça créé des gens, non pas qui ne boivent pas parce qu’ils n’aiment pas ( ce que je comprends) ou parce que leur religion l’interdit (ce que je comprends aussi), mais parce qu’ils se font les chantres d’une alimentation saine, graines et légumes – j’en rajoute un peu, mais bon. Or, je n’ai rien contre les graines et les légumes, mais pas exclusivement. Mais certains se croient obligés de te bassiner avec. C’est comme les convertis au yoga ou au Tai Chi : c’est sûrement merveilleux, mais pourquoi ne pas profiter de ce bonheur sans emmerder les autres avec? (PS : J’ai fait du yoga, c’est très chouette).

Donc, conclusion : je garde mes six à dix verres par semaine, merci, et tant pis.

Et pourquoi, au fait, pourquoi? On le dit, ou pas? On le dit, que le bon vin, c’est bon, comme du chocolat ou de la bonne viande? Et je redis bien qu’il ne s’agit pas de picoler, mais de goûter. On ne le dit jamais, que le vin est bon, à boire, avant l’effet qu’il produit, il est bon, au goût – non, ça, jamais un mot. ça fait alcoolique de dire ça? Pourquoi on ne parle pas du plaisir de boire un vin en mangeant du fromage, on parle de sex-toy de plus en plus partout, mais alors, le verre de vin avec un camembert ou un salers, alors là, macache, pas un mot…

Mâcon-Villages, je t’aime.

Et vous en pensez quoi, hein, d’un ou deux verres de vin?

Mâcon-Villages, je t’aime.

Publicités

21 réponses à “Mâcon-Villages, je t’aime

  1. Archi d’accord !!!

  2. je pense que ça ne fait rien et qu’ils nous font bien chier !

  3. alala ce que je suis de mauvaise humeur moi desfois mais faut voir ce qu’ils nous pondent

  4. oui, mais pas macon villages !

  5. Moi j’ai une excuse ici: comme je suis française, je suis naturellement autorisée à avoir mon verre de vin, ils trouvent ça charmant ici… du coup, je ne suis pas concernée du tout par ce rapport exécrable.

  6. Ah, bien d’accord !!! Moi non plus je ne bois que très peu, mais ce genre de rapport me casse les pieds !

  7. Je dois boire 4 verres de vin par semaine, et il est hors de question que je m’en prive.

    Le coté moralisateur, bien pensant de ces rapports, ça me gonfle… Le coté « petit mouton docile » bof….

  8. C’est naze.
    Moi j ne bois pas d’alcool du tout, non pour des raisons idéologiques mais juste parce que je n’aime pas ça.

    Et en fait le vin rouge à raison d’un verre par jour est bon pour la santé, c’est des histoires de levure ou je ne sais pas quoi.

    Même que j’ai un ami qui est sportif international et qui s’oblige à boire ce petit ballon quotidien, parce qu’il prend soin de son corps.

    Alors disons merde à ces rapports à la con (bientôt ils vont nous interdire d’avoir plus d’1 rapport sexuel par semaine sous prétexte que ça participe au réchauffement climatique).

  9. Comme peekaboo – oui, mais pas Mâcon-Villages.

  10. Je suis d’accord, deux à trois verres par semaine n’a jamais fait de mal.

  11. Je suis plutôt très d’accord avec toi. Puis chacun fait un peu ce qu’il veut aussi (du moment que le volant n’est pas pris). Depuis quand devons- nous manger, boire et vivre en fonction des rapports??

    Pau(i)vresse que je suis , il m’arrive même de boire un verre de vin en solitaire, quand je me fais un plat vraiment délicieux, avec de l’eau, ce serait vraiment trop triste!

  12. Mais c’est quoi cet ostracisme sur le Mâcon-Villages?

    C’est tout ce que j’avais en photo.

    La prochaine fois, je dirai Romanée-Conti, mais personne ne me croira.

    la fille du Rock : tais-toi, tu vas leur donner des idées !!!

  13. ET bien moi, je suis fan et grande amatrice de vin. Mes préféré, le Mâcon, le Puy Fuissé et mes dadas, le Beaujolais avec un grand faible pour le St Amour, le Juliénas, le Fleuri…
    Les bordeaux, et j’ai souvent l’occasion d’apprécier de vieilles bouteilles….
    Mais comme toi, je n’en bois pas tous les jours…
    Bisous Soledad

  14. A force de tout nous interdire pour raison de santé, je me demande ce que je vais manger…et boire ?
    Attention à mon cholestérol ! Attention au Cancer !
    Attention au diabète ! ATTENTION à tout !! donc je fais attention mais je mange et je bois (aussi 1 à 2 verres/ jour) mais je suis contente puisque depuis 3 ans …je ne fume plus ! Allez je mourrai …comme tout le monde…mais le plus tard possible ! hihihi ! lol !

    Bises et à bientôt
    Nicole

  15. J’adore le vin et on ne m’empêchera pas d’en boire, na!

  16. A moi, à moi ! Madiran, je t’aime.

  17. Moi aussi, j’adore le vin !
    Kronenbourg, je t’aime !

  18. Je te soutiens d’un bout a l’autre ! JE pense qu’on crevera plus vite de toute cette pollution et de tous ces produits chimiques. Mais on prefere nous distraire et nous culpabiliser sur des « details » plutot que d’agir sur les vrais grands problemes……

  19. Macon Village …. j’adore !!!!

  20. j’en pense le plus grand bien. A petite dose, c’est excellent pour la santé (enfin le bon, pas le dégueu bourré aux sulfites à 3 euros la bouteille), ça éduque le palais, et puis ça fait partie de nos traditions, zut! l’accord des mets et des vins, ça s’apprend, c’est pour ce genre de petites choses qu’on a un truc qui s’appelle le particularisme français aussi, enfin pas que mais ça aussi.

    et l’alcoolisme c’est pas le beaucoup très ponctuellement, c’est le un peu tous les jours (ou beaucoup tous les jours), selon l’OMS cela commence avec 0,5 litre tous les jours.
    En y réflechissant y’a vraiment beaucoup d’alcooliques. J’en connais plein qui boivent 3 ou 4 verres d’alcool tous les jours, d’ailleurs le signe qui ne trompe pas c’est qu’ils ne peuvent pas s’en passer.

  21. Je suis d’accord avec tout sauf que je ne trouve pas ça triste de boire seule, enfin dans une certaine mesure, on est bien d’accord, mais hier soir par exemple, j’ai ouvert une bouteille de vin, éteint la lumière, mis des bougies et du jazz et je me suis étendue sur mon canapé et c’était très agréable et pas du tout triste 🙂 Bon, après, je ne fais pas ça tous les soirs non plus…