On reste dans le trash… sans faiblir…

Oui, parce qu’au moins c’est raccord.
Et pour une fois, je suis dans l’air du temps. Assez rare pour être signalé.
Dernièrement, j’ironisai, avec la finesse si caractéristique de mon humour, sur le jeu télévisé Koh Lanta, envers lequel je fis preuve d’une sévérité d’analyse peut-être excessive, car je ne suis pas du tout fun, comme personne. Je suggérai de laisser les candidats s’entretuer directement. Puis, choquée moi même de mon idée, je tentai de la rendre plus convenable en suggérant qu’ils s’injectent des tranquillisants (car la mort c’est un petit peu choquant, ne sommes nous pas d’accord?).
Par ailleurs, je diffusai également quelques images un peu ensanglantées d’un film japonais absolument excellent, que l’on ne doit pas réduire à ces images.
Eh bien, j’étais sans le savoir (ainsi que Miss SFW, à qui je dédie solennellement ce post) totalement on the cutting edge.
En effet…
En effet..
Rhaha, les mots me manquent, j’avoue. Me dégonflerai-je devant du vrai trash? Allez, Fanette, affronte les éléments déchainés et ne fais donc pas ta mijaurée.
Soyons légers. Il était une fois une charmante jeune femme de 27 ans, anglaise (…), starlette de téléréalité, et qui, hélas, apprit qu’elle était atteinte d’un cancer.
Malgré la douleur inhérente à une telle situation, la jeune femme, Jane Goody, décida d’affronter la situation avec le courage flegmatique qui permit à nos voisins (pourtant pas favorisés par la nature géographique de leur île, c’est pour ça qu’ils essaient toujours de venir en France) de conquérir toutes voiles dehors la moitié du monde (ou presque). Elle décida, afin d’assurer l’avenir de ses deux fils (car elle avait deux fils), de vendre son agonie aux médias, ce qui lui permettra (espère-t-elle – et t-on, parce que tout de même) d’assurer une confortable petite rente aux bambins.
Ce week end, elle se marie en direct avec son fiancé, un jeune homme porteur d’un bracelet électronique depuis sa sortie de prison. La robe est gracieusement offerte par Mohammed Al Fayed.

Aux esprits chagrins, je précise que la mort ne sera pas diffusée. Un peu de décence, tout de même.

A Miss SFW, qui s’interrogeait dernièrement, je suis heureuse de pouvoir répondre : Miss SFW, je crois que le monde est prêt.
(Pour saisir ce trait d’esprit, il faut se rendre sur son blog, ).

Publicités

6 réponses à “On reste dans le trash… sans faiblir…

  1. On vit vraiment une époque formidable.

  2. Ravie de découvrir ton blog, le style est délicieux ! 😉

  3. Je regarde pas Koh Lanta…
    Quant à cette britannique, je l’ai lu dans le journal… elle était un peu le souffre douleur des tabloïds anglais pendant l’émission de TV réalité qu’elle faisait … Elle a déjà perdu sa dignité, elle n’a plus rien à perdre sans doute, et pourquoi elle profiterai pas d’utiliser ceux qui l’ont descendu en flèche… ET puis, les journaux ne sont ils pas avides de sang, d’histoires glauques etc ??

  4. C’est nauséeux comme histoire..Elle va peut être mourir, mais les gosses vont rester eux. Et avec de fameuses casseroles a trimballer…

  5. Oui, c’est nauséeux… C’est fou de voir combien sont nombreux les gens qui se repaissent d’histoires sordides… C’est vertigineux même.