Le destin tragique des parents de Cécile, morte au Caire

Je ne sais pas si l’info sera confirmée, mais selon ce journal, les parents de la jeune fille ont déjà perdu un enfant, un bébé, quelques années auparavant.

Je trouve ça terrible. Certaines personnes ont un destin tragique. Je n’ose imaginer leur douleur, ils ont eu deux enfants,  perdu deux enfants, ils n’ont plus rien… Ils peuvent pleurer des mois, des années…

Publicités

9 réponses à “Le destin tragique des parents de Cécile, morte au Caire

  1. quand on a un enfant, on mesure alors un peu plus l’horreur absolue que cela doit être de le perdre. L’amour pour un enfant est inconditionnel, sans limite, pur et gratuit.

  2. Perdre un enfant est la chose la plus terrible qu’il puisse arriver. On ne s’en remet jamais ! et j’en sais quelque chose…

    Je suis de tout coeur avec les parents de Cécile.

  3. Je pense que tu ne peux juste pas t’en remettre, ta vie est finie tout simplement.
    Je suis de tout coeur avec eux.

  4. La seule pensée de cela me glace. C’est terriblement injuste.

  5. Fanette, autant je trouve ton billet très « juste »… Autant j’ai du mal à lire les « on ne s’en remet pas », « c’est injuste », « ta vie est finie » qui suivent.

    Je m’explique un peu… Depuis quand la vie est juste? Sommes- nous tous condamnés à être malheureux à vie dès lors que nous perdons un proche, aussi jeune soit- il? Malheureusement, la perte, souvent brutale, d’un être cher est quelque chose de « fréquent ». C’est la vie, et oui, elle est parfois dégueulasse, et ça arrive à tout un tas de gens. Parce que nous ne sommes « que » des êtres humains. Qui avons aussi cette capacité incroyable et souvent insoupçonnée à dépasser des évènements atroces, à priori insurmontables. Je reste persuadée que les personnes qui traversent de telles épreuves peuvent retrouver le bonheur. Alors oui, on « fait avec » et ce n’est pas tous les jours évidents, (et j’en sais aussi quelque chose), mais on s’en remet. Parce que la vie n’est jamais finie et qu’elle reprend toujours le dessus. Heureusement.

  6. Auréliie : Tu as raison; tu as sûrement raison, et d’ailleurs c’est positif ce que tu dis. Mais moi, il ne m’est rien arrivé dont j’ai eu à me remettre. Donc, quand je lis ça, je suis épouvantée, je me dis que jamais je ne pourrais m’en remettre. Mais si ça se trouve, je me trompe totalement : je souffrirai, puis je m’en remettrai. Mais quand je lis l’info, je me dis que moi, j’ai de la chance, je n’ai jamais eu à passer par des moments comme ça, et rien qu’à y penser, j’ai peur. Ce n’est peut-être pas une réaction réfléchie. Elle est peut-être fausse. On pourrait même débattre de ça, si toi tu as vécu des choses très dures dont tu t’es remises, c’est une bonne leçon pour les gens comme moi. Mais là, j’ai juste écrit quelques lignes comme ça, comme je les ai dit aux gens autour de moi.

  7. J’ai trouvé ta réaction et tes lignes très justes. Je voulais juste réagir aux commentaires trop « négatifs » qui ont suivi, sûrement mon optimisme qui a parlé aussi…

    Oui c’est horrible, oui il n’y a pas de douleur plus grande que de perdre un, voire plusieurs proches. Mais, de toute façon, ça ne sert à rien d’imaginer ce qu’on pourrait ressentir si on devait faire face à une telle situation. Au contraire, profiter des gens quand ils sont là, c’est tout ce qu’il y a à faire. Puis, je ne crois pas qu’il y ait une histoire de chance ou de malchance, c’est la vie, et chacun a la sienne avec son lot de bonheurs et de malheurs.

    Mais comme tu l’as souligné, je voulais juste apporter un peu d’espoir, parce que je suis la première étonnée de voir qu’on peut toujours relever la tête… Et je pense que ce message est plus intéressant à faire passer que la noirceur et le chagrin (qui sont tellement évidents…)

    J’arrête là :)) Bises!

  8. Merci Aurélie pour ta pensée positive ;o) Mais tu as raison, dans le fond ça parait peut être immoral à certains, mais l’on parvient à (presque) tout surmonter ! …
    C’est notre capacité à accepter qui varie d’un individu à l’autre…
    Vaste débat, mais la perte d’un enfant reste une tragédie par rapport à l’ordre des choses !

  9. Auréliiie a bien raison de laisser son témoignage… C’est vrai que pour nous qui vivons une existence choyée et privilégiée au regard de ce que l’homme a dû vivre depuis son existence sur Terre, nous sommes abasourdis devant l’annonce d’un malheur… comment peut-on le surmonter? En fait, oui, la vie reprend .. même si dans l’échelle des « douleurs », il n’y en a pas de plus grande que de voir partir son enfant avant soi…