Hedwige 4

Je suis amoureuse, me dit donc Hedwige.

Je fais une tête. On ne s’en doutait pas, pas vrai? pas du tout. Il doit bien y avoir autre chose.

– Oui je sais, ajoute-t-elle. Pas de Gaël. C’est lui qui est amoureux de moi. ça n’aide pas. Je suis amoureuse de… d’un homme.

Déjà un point acquis.

Hedwige s’accorche à son verre de gin tonic, les yeux plein de larmes, à nouveau. Mais sa voix est plutôt en colère.

– Mais, le truc c’est qu’il est marié. Dans l’absolu on s’en fout, ça m’est égal qu’il soit marié, en théorie. Je ne veux pas qu’il quitte sa femme.  Et ça tombe bien. Il ne va pas la quitter. En fait je m’en foutais. Mais plus maintenant. C’est pour ça que je te dis je suis con. On ne tombe pas amoureuse d’un homme marié.

J’essaie de me mettre à sa place, et… je n’y parviens pas. Je vois bien qu’elle est triste, mais je ne comprends pas pourquoi. Ça me désole. Je ne dis rien.

– C’était très bien au début, dit-elle. Je me suis dit que ça me distrairait, et que je ne prendrais pas ça au sérieux, puisqu’il était marié. Je croyais que je resterais distante. En dehors.  Tu vois ce que je veux dire?

Je vois très bien. C’est même la seule chose que je vois.

– Sauf que ça n’a pas marché. Il est très gentil… Si seulement il ne l’était pas. Mais je passe toujours après. Et je me suis aperçue que je ne supportais plus. Par exemple ce soir. On devait se voir. On avait rendez vous à 6 heures, juste pour un café, rue de Rivoli. Près du Louvre. Sa femme terminait à 20 heures, le temps qu’elle revienne ça nous laissait deux heures. Bon, j’aurais bien aimé passer la soirée, mais ça n’était pas prévu comme ça.  Mais il m’a appelé au boulot. Sa fille. Il a deux enfants. La jeune fille au pair devait emmener l’une à la danse, ou au judo, et la fille, il fallait l’emmener chez le médecin. Sa femme avait une réunion, lui pas, donc lui il pouvait se libérer. Parce que en plus c’est un bon père. Bref. Donc rien. Donc, plus ça va, plus j’en ai marre de passer la deuxième ; mais alors il faut si je veux le voir plus ou dans d’autres conditions, il faut que je casse une famille. Tu crois que j’ai envie de ça? Pas du tout. En plus, il ne veut pas. Moi non plus, mais j’en ai marre. Je suis à bout de nerfs. Je deviens chiante. Il va me quitter. Et je ne supporterais pas.

Elle me sourit. Ses yeux sont brillants de larmes.

– Et ne me dis pas que j’ai eu tort, ni ma pauvre.

– Non, non, dis-je. Je ne dis rien. Je ne sais pas quoi dire.

Et je ne sais pas quoi dire. Je comprends maintenant ce qu’elle ressent, mais je ne sais comment lui remonter le moral. Elle devrait le quitter, ça va mal finir.

– Je dois le quitter, dit-elle. Mais je ne peux pas. C’est nul, hein?

Publicités

11 réponses à “Hedwige 4

  1. rhooo c’est QUE ça?
    bon les hommes mariés il y a deux catégories :

    – ceux auxquels tu ne demandes rien et qui quittent leur femme en moins de 6 mois, arrivant un jour à un rencard en rigolant et en disant « au fait, je suis à l’hôtel/chez ma soeur/chez mon pote depuis hier soir ».
    Après y’a comme une légère pression pour que tu fasses pareil ou que tu les suives dans leur trip, ça peut être un bon plan ou non (souvent, ils te prennent de court)

    – ceux qui ne te disent rien auxquels tu demandes de quitter OU qui te disent que sisi un jour ils vont la quitter. C’est la même catégorie, la résultante étant identique, ils ne la quittent jamais (ou pas pour toi).
    c’est la catégorie la plus affligeante, je connais une nana qui est avec le même mec marié depuis 10 ans, elle a 33 ans, il ne quittera JAMAIS sa femme, elle restera maîtresse à vie; c’est pas franchement ce qu’elle veut. C’est un peu triste pour elle. C’est un peu du back street.
    enfin.

  2. Ca fait mal. Partager quelqu’un. C’est affreux

  3. miss400 : j’avoue que j’ai eu du mal à saisir, juste quand elle me l’a dit, mais ensuite elle a parlé et j’ai alors compris, par capillarité, si je puis dire, parce qu’elle expliquait ce qu’elle sentait. Il faut que je raconte la suite – de ce qu’elle m’a dit, pour peut-être qu’on comprenne que, pour elle au moins, c’est affreux. Après, il y a le contexte autour.

    Gui : oui – mais – elle en a parlé après… on verra par la suite.

  4. Et Gaël, dans l’histoire ?

  5. Salut,
    Je ne connaissais pas ton blog, maintenant, c’est chose faite!Merci de ta visite sur le mien.
    Tu seras maintenant ds mes lectures quotidiennes.
    Bizzz, ilona pour fashionpaillettes

  6. Oh….la pauvre… je comprends.

  7. Aïe, la pauvre. C’est horrible d’être en « 2eme position », enfin, c’est aussi ce qu’a l’air d’être Gaël pour elle, non?
    Enfin, j’attends la suite au lieu de dire des bêtises.

  8. personne ne compatit avec l’homme marié, pourtant le pauvre, une femme qui bosse jusqu’à 20h, une maitresse pénible, une fille malade, une jeune fille au pair probablement blonde et suédoise, la vie est dure pour lui aussi !

  9. Calvin, si j’avais des chaussures virtuelles, je les jetterai sur toi.

  10. ça me rappelle une amie.. Heureusement, ça ne m’est jamais arrivé…

  11. Je découvre ton blog, très sympa! Bises!