Réflexions diverses

rue-paris-2

Hedwige a fumé avec morosité, des gestes nerveux, sa cigarette ; je voyais qu’elle s’en voulait de m’avoir parlé. Ou peut-être était-ce moi qui ne réagissait pas comme il fallait. Je ne voyais pas la solution, dans ce qu’elle me disait. Et puis ça ne collait pas avec elle. Je l’avais toujours vue gaie, drôle, exubérante, joyeuse. Naturellement, ça voulait dire que derrière toute cette exubérance et cette gaieté, il y avait autre chose. Je ne parvenais pas à m’y faire. Elle avait toujours la même tonicité. La même énergie.

On est retournées s’asseoir.

– Et Gaël? demandai-je.

Gaël n’arrangeait rien, m’expliqua-t-elle. Gaël était amoureux d’elle, il était patient (j’écoutais, et tentais d’imaginer Gaël patient) et décidé à tout. Mais ça n’allait pas non plus. Elle aimait beaucoup Gaël, elle le trouvait formidable, mais ça suffisait comme ça les histoires d’amour en cascades, il lui fallait se trouver une autre fille.

– C’est très simple, me dit-elle, moi, je dois arrêter de penser à Quentin, et lui il doit arrêter de penser à moi.

– Oui, dis-je, et moi, je vais arrêter de penser à Lui. Les prochains, on examine les candidatures, ou bien on se met sur Meetic, on fait un tri rationnel, parce que les méthodes artisanales, ça ne marche pas. On ne tombe jamais amoureuse du bon.

– Mais es-tu vraiment amoureuse de Lui? me demanda-t-elle d’un air « à toi maintenant » (alors que je n’avais rien demandé).

Je lui dis que je ne savais pas. Mais il y avait un truc. Sauf que je ne savais pas lequel. Donc je continuais tranquille avec Lui, dans ma tête.

Bref, on a bu du vin blanc, et après plusieurs verres, on se sentait pleines de gaieté, d’espoir et un sentiment positif nous animait. On est ressorties du restaurant, pour aller dans un autre bar, pas très loin, enfin pas trop loin, mais un peu quand même, et comme elle connaissait le gérant (que nous appelerons Sébastien), on se sentit tout de suite accueillies. Il y avait des gens, il y avait du vin, il y avait de la musique, certaines têtes m’étaient connues, je les avais déjà vues avec Hedwige. Tout allait bien. Parler, rire, penser à autre chose, des idées légères qui fusent dans la tête : c’est bien. Sauf que j’ai eu envie de dormir tôt (je dors dans n’importe quel contexte), mais j’ai fait un effort, passé ce moment, suis rentrée plus tard qu’à l’habitude et ai dormi sur le canapé de chez Hedwige, morte de soif (note : elle habite dans le Nord de Paris, l’eau du robinet y est excellente, ai-je constaté, mais diurétique).

Publicités

9 réponses à “Réflexions diverses

  1. J’aime Hedwige. J’aime pas les hommes. J’aime aussi quand je viens te lire

  2. Fanette tu me fais rire … tu sais bien conclure les histoires toi =) ..

  3. J’adore Edwige, c’est ma préférée.

  4. Sympa cette virée nocturne avec Hedwige.

  5. Je me souviens de la première fois ou tu as parlé de LUI ‘ ça commence a faire longtemps qu’il est dans ta tête melle Fanette … Mais tu crois qu’il le sais ?!

  6. pauvre de vous…! ……….sans eau….!

  7. Je suis nouvelle. J’ai du catch-up à faire avant de comprendre qui est Hedwige…

  8. Je vois tout à fait l’ambiance… Que ça me paraît loin…

  9. Ah, ça me rappelle une sortie cette année, dans un petit bar super sympa… Un bon souvenir.