Samedi soir et dimanche matin

p3030351

Je viens de lire un billet de Marie Greluche , sur lequel je voudrais rebondir.

Il s’agit de cette sorte d’obligation de sortir le samedi soir.

Bon, les trois derniers samedis soirs, je suis sortie, donc ça semble contradictoire, mais en règle générale, je sors peu le samedi soir. Il y a une bonne raison àa ça : si on sort le samedi soir, on n’a pas le plaisir de se réveiller le dimmanche matin, de dormir tard, avec le sentiment d’heures de sommeil volées (un peu le principe de la sieste, donc je suis fan, sauf que je n’ai jamais le temps, mais quand j’ai le temps, c’est le bonheur).

Si je me couche aux aurores le dimanche (à force d’être samedi, ça finit souvent par devenir dimanche), je suis crevée et mes  heures de sommeil, pas aussi efficaces, sont finalement des heures normales de sommeil, décalées ; en plus je passe le dimanche à zoner, c’est du temps perdu ! Si je passe le samedi soir chez moi, je lis (des blogs ou des bouquins), puis vous dormez, et le dimanche je me réveille plus ou moins à la même heure que d’habitude mais je reste au lit en me disant « aaaaaaaaaah encore du temps, je peux dormir  » et là je rentre dans une torpeur béate et merveilleuse, l’un des meilleurs moments de la semaine.

C’est valable aussi à deux, si on n’a pas passé la nuit à faire la fête (sinon l’haleine + les yeux de lapins, c’est vraiment moyen), mais le dimanche matin paresseux et coquin, c’est quand même chouette. Fonctionne aussi avec le samedi matin, mais moins, car le samedi matin est plus actif.

Ces heures du dimanche matin sont des heures volées, je dirais. Des heures de sommeil qu’on fait par plaisir, alors que l’on pourrait faire d’autre choses. D’ailleurs, il y a un problème avec le dimanche matin : le dimanche matin, sauf vraiment quand le temps est bas et gris, tout est bien. En fait, il m’arrive de me lever tôt, enfin un tôt de dimanche, genre 9 heures, et d’aller chercher des croissants. Quand je me retrouve chez moi, à ma table, à manger des croissants en buvant un café et en lisant un livre (ça ne dure jamais très longtemps, le livre tombe, je mets des miettes partout, ça m’énerve), je suis BIEN. Et je réfléchis à ce que je vais faire dans la journée, et souvent c’est bien, c’est cool, c’est relax, c’est visite chez un copain, farniente, balade, film…

Donc, si vous me suivez, le dimanche matin commence le samedi soir. A moins d’avoir un tempérament en acier trempé et de n’avoir besoin que de 5 heures de sommeil par nuit même après des boissons alcoolisées.Si on veut profiter du plaisir du dimanche matin, il faut sortir… tous les jours sauf le samedi. CQFD. Non?

Publicités

16 réponses à “Samedi soir et dimanche matin

  1. Je suis assez d’accord avec toi. Et puis quand on ne fait pas trop de choses le week-end, il passe plus lentement et j’aime bien!

  2. Il n’y a aucune obligation a sortir le samedi soir.

    Il me semble qu’on fait ce qu’on veut de son week end et plus précisément de son samedi soir.

    C’est dingue de se mettre des barrières pareilles…

  3. C’est drôle, j’ai exactement la même conception que toi. C’est pour ça que préfère sortir le vendredi soir.

  4. quand j’étais célib et nullipare, j’aimais bien mes dimanche matin. J’allais à la danse, je brunchais avec mes copines ou avec mon mec. Ils étaient assez actifs, finalement, mais sans contrainte, que du plaisir 🙂

  5. J’aime bien ton raisonnement!!
    Quel bonheur le dimanche matin quand on n’est pas sorti la vieille au soir et qu’on peut traîner à la maison…

  6. Par principe (et par snobisme parisien) je ne sors jamais le samedi soir (ou à titre rarissime).

  7. Bonjour Fanette,
    Et bien je suis tout à fait d’accord avec toi. Je me lève tôt toute la semaine, et le dimanche quand le réveil sonne, j’apprécie de pouvoir flâner un peu plus que d’habitude…
    Je ne sors que rarement le samedi soir, parce que je ne sais pas dormir tard le lendemain, et je zone également tout le dimanche, je déteste ça…
    Je n’ai pas beaucoup de temps en ce moment, les travaux consomment toutes mon énergie et mon temps.
    Je te souhaite un bon mercredi, en principe printanier… A voir… Bisous. Soledad

  8. J’aime bien sortir le samedi soir, mais pas très tard, et je ne m’en fais pas une obligation. Même un truc con genre ciné + restau, il faut une occasion spéciale pour que je bouleverse mes habitudes et prenne le temps de le faire en semaine. Et puis le dimanche zombifié, je déteste ça.

    Ce que je comprends encore moins, c’est l’obligation de faire la fête le vendredi soir. Moi, le vendredi soir, je suis vannée de ma semaine ; j’aime bien sortir ou faire un truc différent pour me changer les idées, mais à minuit désolée je tombe de sommeil !

  9. Pareil!! j’aime bien profiter pleinement de mon Dimanche matin!!

  10. j’adorais cela le dimanche matin avant… je faisais tout comme toi… tant et si bien que j’ai étendu cela aux autres jours de la semaine dès que je le peux… mais sans les croissants…

  11. ah le dimanche matin….. j’adore… et donc désormais j’essaie de le vivre la semaine aussi dès que possible… mais sans croissants…

  12. J’aime bien ton article sur ce dimanche matin rêvé toute la semaine. J’adorerais me lever tôt le dimanche matin pour profiter de la journée, mais l’appel de mon homme à rester sous la couette jusqu’à 13h résiste trop souvent à on envie de profiter de la journée…

  13. Un long jogging tot le dimanche matin … un regal.

  14. J’ai toujours trouvé cela ringard, l’obligation de faire la fête le samedi soir pour ne pas être considérée comme ringard, naze, etc.
    J’adore passer mes samedis soirs à m’abrutir devant la télévision. Cela me repose de la semaine et surtout le lendemain, je n’ai pas mal aux cheveux et je peux passer un bon dimanche.
    Enfin, cela ne m’empêche pas de parfois sortir le samedi soir mais pas en boîte, beurk et puis je suis trop vieille maintenant, dans les boîtes je me retrouve entourée par des 25 ans et moins…

  15. Moi je ne sors plus le samedi soir, justement à cause de cette obligation. L’ambiance samedi soir me fatigue. J’ai adopté le jeudi. Pas trop de monde. Un garde fou puisqu’il faut encore bosser le lendemain. Un week-end de libre.

  16. Sortir le samedi soir peut facilement me faire me rendre compte que je m’éloigne belle et bien de la vingtaine. Je n’en prends pas ombrage mais je vois que je change. Avant, j’aimais bien sortir le samedi soir, maintenant, ça m’ennuie un peu. Pour les bonnes raisons que tu décris…. Et puis surtout, avant, j’étais seule alors ce n’était pas pareil ! C’était glauque de rester chez moi le samedi soir ! Maintenant, mon dimanche de glandouille, c’est le samedi (mon Amoureux travaillant le samedi, j’en profite pour faire une grasse mat’, glandouiller, me balader…) !