Sauvages luttes d’influences au boulot

luxembourg Statue

Souvenez vous, je parlais d‘Hélène, la nouvelle employée d’à côté, arrivée à temps pour repeupler le paysage social du boulot, qui commençait à sérieusement battre de l’aile.

Diva et Isabelle se livrent une lutte d’influence furieuse pour conquérir la petite Hélène. Je dis petite car elle n’est pas grande.

J’ai d’abord pris Hélène pour une bécasse. Ce n’est peut-être pas faux, en fait, lors d’une discussion extrêmement peu technique sur les internautes qui téléchargent des trucs, et la loi Hadopi, quelqu’un a parlé de serveur proxy, et comme Diva s’inquiétait de savoir ce que c’était, j’ai dit que les Chinois s’en servaient, pour autant que j’en sache, de façon à surfer anonymement sans être inquiétés. « Mais pourquoi seraient-ils inquiétés? m’a demandé Hélène.

– Mais, ai-je murmuré, troublée, mais leur gouvernement ne les laisse pas lire les sites qu’ils veulent. C’est un état autoritaire.

J’allais en dire plus, mais Hélène m’a regardé avec ahurissement et m’ a dit : « mais pourtant c’est comme en Russie, c’est fini le communisme? »

ça m’a fait un peu comme quand un ascenseur descend très vite, un choc au coeur, j’ai rougi et je l’ai regardé avec effarement sans rien dire. Presque immédiatement, j’ai pensé que c’était peut-être une forme très subtile d’humour. Pendant que des pensées confuses m’agitaient, Isabelle parlait de son beau frère, responsable d’une agence bancaire, qui télécharge des tas de films (alors qu’il n’est même pas un ado livide qui passe son temps sur internet, mais un monsieur arrivé, un peu bedonnant et père de famille). Ce n’était plus le moment de parler de la Chine. Surtout que je ne sais pas comment aborder le sujet. Par exemple, je pouvais aller la voir en disant : « ah bon? La Chine n’est pas communiste?  » ou alors, plus défenseuse des Droits de l’Homme, lui foncer dessus à la prochaine pause cigarette et attaquer :  » dis donc, j’ai l’impression que tu n’as pas une vision des choses tout à fait juste de la situation en Chine », et enchaîner sur un cours. Mais l’ignorance m’angoisse. La façon à la fois naïve et bébête dont certaines choses sont ignorées par certaines personnes me fait peur, un peu comme une obscénité, mais je ne sais quelle attitude adopter. Par ailleurs, je ne sais pas discourir sur ses sujets. En plus, après, on a des débats prise de tête, alors que je n’aspire quà la paix et au silence. Dois-je éduquer tout mon bureau, qui s’en fout? Est-il possible de lutter contre la stupidité?

De toute façon, le sujet s’est éloigné de nous. Par la suite, j’ai bien remarqué qu’Hélène avait, à tout le moins, d’autres compétences. Celles, par exemple, d’opposer Diva à Isabelle, pour son bénéfice personnel. Là, en l’occurrence, c’était simple et efficace : que fallait-il montrer à sa soeur, qui montait le week end à Paris, qui soit typique de Paris? Bon, la soeur voulait absolument voir la tour Eiffel, et absolument les Champs Elysées. Mais à part ça? La Chine pouvait aller se rhabiller, là il y avait autrement plus matière à, et ça nous a fait deux jours (jeudi vendredi) plus un débrief le lundi.Diva et Isabelle rivalisant d’ardeur dans la proposition.

Perso, je m’étais mise hors jeu tout de suite, en insistant sur les statues du Luxembourg, alors que tout le monde sait que ça n’a aucun intérêt.

Advertisements

14 réponses à “Sauvages luttes d’influences au boulot

  1. Il y a parfois des questions qui semblent basiques, et qui valent le coup d’être posées.
    Te sens-tu réellement capable de « faire un cours » sur la liberté en Chine ?
    Qu’en sait-on, à part les rapports des organisations non gouvernmentales qui sont expurgés par la presse pour n’en sortir que le « crousillant » ?

    Je ne défends en rien la Chine, je dis que c’est beaucoup plus complexe que les raccourcis que l’on prend d’habitude.

    Ce qui n’excuse en rien l’attitude d’évidente ignorance de ta collègue !

  2. Didou : c’est justement ça le problème, enfin l’un des problèmes : je ne me sens pas capable de parler intelligemment de ça, parceque je ne connais rien de vraiment net sur le sujet. En plus, je ne veux pas en parler, mais quand je me trouve devant ces phénomènes d’ignorance, je sens que je devrais en parler, mais je ne sais comment l’aborder, à mon niveau, si tu veux. Mon ignorance me frustre, mais je n’ai pas non plus le temps de devenir une spécialiste du sujet. C’est pour ça que je reste muette, furieuse et angoissée.

  3. Il y a des gens qui ne s’intéressent absolument à rien.
    Avec ces personnes là, c’est souvent difficile d’expliquer son point de vue, donc il vaut mieux se taire car ils n’écoutent pas.

  4. ton anecdote est amusante, parce que j’ai souvent des gens de mon entourage qui sont effarés devant le niveau de culture globale totalement crasse du péquin moyen.

    On a fait des études, on bosse à Paris on navigue donc dans un microcosme CSP+ hermétique sans s’en rendre compte et on oublie ce français moyen et légion qui lit un livre par an en moyenne, a un vocabulaire assez limité, a tout juste le bac et pour qui la culture se résume au JT de JP Pernaut et à la Starac.

    Ce n’est pas injurieux, pas plus que ton billet, c’est un état de fait social, et on oublie souvent comme on est privilégié. Tu t’en veux parce que dernièrement tu as réagi instinctivement sur l’expo vide (c’est un exemple) et puis tu as réfléchi, argumenté etc. Et as-tu réfléchi au 99.999 pour 100.000 gens qui ne sont même pas au courant de l’expo, et peut être même de l’existence de Beaubourg, et à ceux qui encore plus nombreux ne se seraient même pas arrêté pour réfléchir 3 secondes au concept? 😉

  5. L’ignorance m’émeut à chaque fois. Je me demande si les gens le font exprès ou s’ils sont réellement si peu cultivés.

  6. L’ignorance? Nous sommes tous ignorants chacun à un niveau différent. Qu’est ce être inculte? Je ne saurai le dire, de façon très simpliste, c’est d’ignorer ce que la majorité croit important à savoir.

    Le pêcheur de moule qui ne va jamais au musée ni ne lit Maya Anjelou, est-il plus inculte que ce jeune homme bien éduqué qui fréquente Beaubourg, le Louvre…. mais ignore, que le poisson a des écailles, que les moules sont élevés sur des bouchots, que le hérisson mange du manioc?

    Au fait je ne sais rien.

    Ce dont je suis sûre c’est que tu as une façon à la légère et pertinente d’aborder certains sujets. On ne peut pas être spécialiste en tout.

    J’adore cette série avec les collègues de bureau.

  7. Je reconnais ne pas avoir une immense culture générale et ça me complexe pas mal d’ailleurs, mais je sais faire illusion… ou je sais la fermer quand c’est préférable !!

  8. Quel délice de te lire. Pour le coup cette jeune femme ne doit posséder ni radio, ni TV, ni internet et encore moins lire de journaux d’information. Au final je trouve toujours triste de constater à quel point tant de personnes ignorent le monde qui les entoure et restent cantonnées à un espace bien réduit et réducteur. Il n’est pas utile d’avoir un doctorat en sciences politiques ou en géo-politiques. Tout le monde sait que les libertés sont réduites en Chine même si tous les Chinois n’adhèrent pas à leur gouvernement. A ta place, je crois que j’aurais été incapable de ne pas remettre le sujet sur le tapis. juste pour tenter d’éveiller cette personne au monde à mon niveau avec mes connaissances.

  9. je suis d’accord avec toi : j’adore le jardin du luxembourg

  10. « Presque immédiatement, j’ai pensé que c’était peut-être une forme très subtile d’humour.  »

    Oui moi aussi c’est le genre d’humour idiot que je pourrais avoir, du coup parfois je suis bêtement déconcerté. Trop de second degré tue le second degré…

    Sinon même si ça fait mal à entendre, à mon avis, vous devriez laisser tomber. Beaucoup de gens ont horreur de ce qu’ils considèrent être des leçons de morales déplacées, et pour peu, ils vous considèrent après comme quelqu’un de pédant ou de condescenant
    Bref, ça peut envenimer les relations pour rien . Tout à perdre, rien à gagner.

    Surtout qu’en effet c’est dur de parler précisément de ce genre de sujets sans dire de bêtises

    Quant aux statues du Luxembourg, je suis attristé par les oeuvres d’art comtemporains dont on a jugé bon de les attifer . Outre que je n’aime pas l’art moderne en général , je trouve de toute façon que ,quelque soit la qualité des oeuvres, la démarche dermeure irrespectueuse des lieux et des artsites passés. Je ne sais pas où ça en est aujourd’hui…

    Voili voilou désolé pour la longueur de mon commentaire

    J’aime beaucoup votre blog, bonne continuation…

  11. Ce qui me pose un problème là dedans, pour répondre un peu à tout le monde, c’est que nous sommes à Paris, et que nous ne manquons pas de moyens de communications et d’informations. Mais il faut aller chercher l’information, et s’y intéresser. Après, il y a le problème que, hélas, je n’ai pas les connaissances pour parler du sujet, de façon vraiment pertinente, sans sombrer dans le « les Chinois y sont tous méchants ». En même temps, c’est dur à supporter. En même temps, je les critique, ces gens, mais ils sont sympas aussi. Moi aussi je suis ignare sur ces questions, ce n’est pas parce que j’ai des infos vagues, ou que je peux avoir, pour quelques heures, via internet, accès à des infos précises, que j’en deviens spécialiste du sujet. Que faire? Hein? Se taire? A voir ce que l’on fut sur terre et ce qu’on laisse, seul le silence est grand, tout le reste est faiblesse?

  12. Non, mais tout de même, être un minimum au courant de la situation politique du pays le plus peuplé au monde, !a paraît normal, non ? D’autant plus qu’on en a encore parlé il y a peu, avec le Tibet.
    Je suis d’accord avec toi, on ne peut pas être spécialiste de tout et donner des leçons à qui n’en veut pas. Mais n’empêche que ça m’attriste énormément lorsque je discute avec des amies, même hyper cultivées – plus que moi – même qui ont fait des années d’études, et qui te sortent des choses incroyables d’ignorance et d’absence de curiosité du monde qui les entoure.
    C’est même pas une question d’être parisien CSP+, donc.

  13. Il y a en effet plein de gens qui « zappe » en permanence tout ce qui se passe autour d’eux… Est-ce mal? Vaste débat. J’aime bien le com’ de Willykean, plein de sagesse.

  14. Les gens qui ne se rendent pas compte du monde dans lequel nous vivons, même si on ne peut pas TOUT savoir, ou disserter brillamment sur tout, c’est pénible…