Hadopi

Je relaie parce que ça résume parfaitement ma pensée, non pas mieux que tout ce que j’ai lu jusqu’à présent, mais plus intimement et personnellement en fait, vu mon passé de lectrice de SF. Du coup comme ça j’y vais de mon couplet sur le sujet, alors que ça fait deux mois que je tourne ma langue dans ma bouche dans l’espoir de sortir un truc pertinent et non pas redondant.

Citation :
La science-fiction sait déceler les germes de ces dérives dans le présent, car c’est bien du présent que rayonnent les avenirs possibles, et c’est au présent que se décide chaque jour le monde de demain.

La méfiance face aux nouveaux développements technologiques et aux changements sociaux qui en résultent, la peur de l’avenir et le désir de contrôle d’une société obnubilée par un discours sécuritaire… tout cela a déjà été abordé par la science-fiction, et s’il est une chose dont elle a permis de prendre conscience, c’est que les technosciences et leurs développements sont la principale cause de changement dans nos sociétés modernes. De ces changements en cours ou en germe, nul ne peut prévoir les retombées mais on sait aussi qu’élever des barrières ou des murs n’amène qu’à les voir tomber un jour, de manière plus ou moins brutale. Aussi, plutôt qu’interdire, la sagesse, mais aussi le réalisme, devrait inciter à laisser libre cours à la liberté d’innover et de créer. Le futur qu’il nous faut inventer chaque jour ne doit pas être basé sur la peur, mais sur le partage et le respect.

Du coup, je vais peut-être leur poser ma question. Ils devraient savoir.non l’espoir de sortir un truc intelligent

Publicités

2 réponses à “Hadopi

  1. Il me semble qu’en Suisse, rien n’existe encore de genre. N’empêche, cette loi me laisse perplexe.

  2. Marrant, ton approche SF.