Homosexuels déportés : de la discrétion, s’il vous plaît

1. Un évènement récent : Toutes les victimes des camps nazis ne sont pas traitées à la même enseigne. Lors de la 64e Journée nationale du souvenir des victimes et des héros de la déportation, les homosexuels sont plus ou moins (et plutôt plus que moins) exclus des cérémonies.
Certaines victimes seraient-elles moins victimes? Plus légitimes?
Voir, ou .

2. Une citation :
Si j’admets qu’il y a 1 à 2 millions d’homosexuels, cela signifie que 7 à 8% ou 10% des hommes sont homosexuels. Et si la situation ne change pas, cela signifie que notre peuple sera anéanti par cette maladie contagieuse. À long terme, aucun peuple ne pourrait résister à une telle perturbation de sa vie et de son équilibre sexuel… Un peuple de race noble qui a très peu d’enfants possède un billet pour l’au-delà : il n’aura plus aucune importance dans cinquante ou cent ans, et dans deux cents ou cinq cents ans, il sera mort… L’homosexualité fait échouer tout rendement, tout système fondé sur le rendement; elle détruit l’État dans ses fondements. À cela s’ajoute le fait que l’homosexuel est un homme radicalement malade sur le plan psychique. Il est faible et se montre lâche dans tous les cas décisifs… Nous devons comprendre que si ce vice continue à se répandre en Allemagne sans que nous puissions le combattre, ce sera la fin de l’Allemagne, la fin du monde germanique.
Une autre : II faut abattre cette peste par la mort

Ces propos humanistes ont été tenus par Himmler.

3. Une autre citation, en face. Aimé Césaire.
Oui, il vaudrait la peine d’étudier, cliniquement, dans le détail, les démarches d’Hitler et de l’hitlérisme et de révéler au très distingué, très humaniste, très chrétien bourgeois du XXe siècle qu’il porte en lui un Hitler qui s’ignore, qu’Hitler l’habite, qu’Hitler est son démon, que s’il vitupère, c’est par manque de logique, et qu’au fond, ce qu’il ne pardonne pas à Hitler, ce n’est pas le crime en soi, le crime contre l’homme, ce n’est que l’humiliation de l’homme en soi, c’est le crime contre l’homme blanc, et d’avoir appliqué à l’Europe des procédés colonialistes dont ne relevaient jusqu’ici que les Arabes d’Algérie, les coolies de l’Inde et les nègres d’Afrique.

4. Mon avis sur la question : à part un sentiment d’accablement, sur lequel j’ai tant à dire (pas sur le thème de l’homosexualité, que je connais mal, mais sur celui de la différence) que je ne dirais rien, une pratique sexuelle vieille comme le monde, transcivilisationnelle, et objectivement inoffensive (je ne dis pas subjectivement) ne devrait pas poser de problème particulier. Les blocages envers l’homosexualité sont donc internes. On en revient à l’acceptation de la différence. (A part dans certains milieux, je n’ai pas l’impression que l’homosexualité soit une norme).

Edit :
Edit :

Edit :
(Un lien qui marche? Je ne comprends pas, il marche chez moi).

Publicités

7 réponses à “Homosexuels déportés : de la discrétion, s’il vous plaît

  1. Rahh, ton premier lien ne fonctionne pas !

  2. Le 1er lien ne marche pas chez moi non plus, le second si par contre, donc nous avons l’info.

    Je suis littéralement tombée de ma chaise.

    C’est quoi cette xénophobie a 2 balles aussi insultante que ridicule?
    Comme toi, cette nouvelle m’accable. Et j’ai honte pour notre cher pays de liberté et fraternité.
    Nous ne sommes vraiment pas sortis de l’auberge!

  3. Rien que de très logique là-dedans.

    L’homosexualité, comme tu le dis, n’est pas la norme.
    Or aujourd’hui, le discours ambiant est la recherche de règles, l’encadrement systématique et la poursuite des déviants.
    Dès lors, les abrutis qui aiment bien les bouc-émissaires se sentent libres d’exprimer leurs opinions, valorisés même.

    Nous sommes dans une période de régression des libertés. Petit à petit, à coup de lois apparemment innocentes, on avalise l’idée qu’il existe une normalité innocente et une déviance coupable.
    Tout ceux qui ont déjà cet état d’esprit ne peuvent qu’être encouragés.

    Quant aux autres, ils acceptent et espèrent qu’on ne les dérangera pas (après tout, je suis normal moi!)

    Irez-vous acheter une cagoule prochainement ?

  4. j’aurais rajouté un autre point citation : celui de Freud. Il considère l’homosexualité comme la pire des perversions. Pour en avoir parlé également un psychiatre (qui officie en HP), c’est toujours l’avis des psychiatres également.

    Pour revenir sur la notion de normes, car elle est importante pour comprendre les adhésions et les rejets sociétaux. La normalité est définie par les usages majoritaires au sein d’une société donnée. Si demain 90% de la population devient homosexuelle, l’hétérosexualité deviendra anormal, dévient et considéré comme dangereux et néfaste pour la société et sa survie. Dans la grèce antique l’homosexualité était donc estimée normale.
    Nos systèmes de valeurs sont totalement définis par la société dans laquelle nous évoluons.
    Les réactions violentes face à l’anormalité signent en réalité une peur d’être mis en péril soi même et au sein de la société et de perdre un certain ordre rassurant. L’homme en dehors de sa société n’est rien, il ne peut survivre : regarde les images asociées aux termes « marginal » « asocial » etc.

    Quant à la régression des libertés, nous sommes simplement dans une phase descendante post-68, qui représente elle-même un espace en marge : augmentation subite des libertés individuelles, notamment libre choix de disposer de son corps pour les femmes, liberté de la presse, augmentation du temps de loisir etc, avec en parallèle état providence qui veille mais ne sévit que peu. C’est aussi très en marge. Il ne faut pas oublier que la monarchie et la restauration ne sont pas si loin, et que le droit de vote des femmes c’est encore plus récent…

    ça ne veut pas dire que je cautionne tout ça, mais juste que c’est compréhensible

  5. Ca me rappelle les pensions d’anciens combattants, d’un montant différent selon qu’ils étaient « nationaux » ou « des ex-colonies ». Une injustice flagrante qui n’a été corrigée -partiellement- qu’en 2006.
    Je pense aussi aux femmes mariées qui, jusqu’en 1965, avaient besoin de l’autorisation de leur mari pour travailler ou ouvrir un compte en banque.
    On n’est pas au bout ni de nos peines ni de nos surprises.
    Ca me donne envie d’organiser un flash mob pendant lequel on mettrait tous notre langue dans la bouche du voisin du même sexe tiens. Tu crois qu’on perdrait notre honorabilité du même coup ?

    Miss 400 > Je vois ce que tu veux dire. Je dirais même plus, il est vachement intéressant ton commentaire. Mais 2 choses me chagrinent : 1/ Les psychiatres, qu’ils exercent en HP ou ailleurs, ont des avis divergents sur tous les sujets, et, à mon humble avis, au sujet de l’homosexualité aussi. J’en connais qui discutent de l’absence de déterminisme sexuel alors tu vois… 2/ tu conclues en disant que c’est « compréhensible », je vais chipoter mais je dirais que non, car il y a une notion de tolérance et de bienveillance dans le terme « compréhension » : c’est explicable mais justement pas compréhensible. (enfin je trouve)

  6. Aaah zut, j’avais inséré un faux code html avant uen phrase, et il avait son importance !! Je le remets autrement pour pas que WP supprime :

    mode completebullshit ON / Ca me donne envie d’organiser un flash mob pendant lequel on mettrait tous notre langue dans la bouche du voisin du même sexe tiens. Tu crois qu’on perdrait notre honorabilité du même coup ? / mode completebullshit OFF

  7. La citation d’Aimé Césaire est très belle, je trouve. Très vraie.