Zohra Boudaghya est morte lundi dernier à Ceuta

Qui est-ce? C’est une femme de 53 ans, marocaine, une femme ordinaire, ou extraordinaire? Comme des centaines d’autres femmes et d’hommes, elle fait tous les jours la route entre le Maroc et l’Espagne, à pied. Comment ça à pied? Oui, à pied, car l’enclave espagnole de Ceuta se situe en Afrique du Nord, et possède une frontière terrestre avec le Maroc. Et pourquoi fait-elle ça? Zohra Boudaghya travaillait comme portefaix pour faire vivre sa famille. Chaque jour, des centaines de personnes, essentiellement des femmes, chargées comme des animaux de traits, passent à pied la frontière entre le Maroc et l’Espagne. Chaque jour elles portent des centaines de kilos de marchandises achetées en Espagne qui passent ainsi au Maroc. Ces marchandises, les porteurs les répartissent sur tout leur corps, de façon à rentabiliser au maximum chaque voyage. Ensuite, ils les revendent à des intermédiaires, ou eux mêmes, dans les souks marocains. Ils essayent de faire deux voyages par jour pour gagner un maximum d’argent.

Lire la suite.

Publicités

7 réponses à “Zohra Boudaghya est morte lundi dernier à Ceuta

  1. Plus que triste cette histoire. La misère ordinaire. Celle que l’on ne veut pas voir pour ne pas se sentir responsable, culpabiliser et pour sans aucun doute continuer à se regarder le nombril.

  2. Quand on sait que des personnes ont la vie si difficile, on n’a pas envie de se plaindre de nos petits problèmes…

  3. L’auto-entreprise, il n’y a que ça de vrai.

  4. Je suis d’accord je déplore souvent la pauvreté de la presse d’aujourd’hui, de moins en moins d’article de fond, de plus en plus de surface sur ce qui peut être agréable pour le lecteur et donc le faire acheter… Et après on nous rebat les oreilles de la mission divine sacrée des journalistes d’informer en toute indépendance… On croit rêver

  5. Oui, c’est vraiment cela la misère ordinaire… Et depuis la nuit des temps.

  6. Quel courage, et nous n’en savions rien. Tu as eu raison de nous en parler, elle le mérite même si maintenant elle ne peut plus nous entendre parler d’elle. Bonne nuit.

  7. Je trouve ca bien qu’il y ait des blogs comme le tien pour relayer ce genre d’info. J’ai eu l’occasion de passer dans cette region lors d’un periple, j’ai ete frappee par le courage de ces femmes le long des routes et la singularite de cette enclave espagnole…