Lamarck Caulaincourt

Eh bien voilà, c’est fait : pour la première fois de mon existence je suis descendue à Lamarck Caulaincourt. Cela ne m’était JAMAIS arrivé, non, jamais. Et comment le sais-je ?

Parce qu’arrivée à la sortie, je vois, non sans surprise, nombre de gens attendre l’ascenceur, et un petit pannonceau attire mon regard au moment où je m’engage dans l’escalier : attention, 112 marches. Tiens, si on le signale, c’est que ça vaut le coup. Qu’importe, les marches font la cuisse ferme. Zou.

Une volée de marches plus haut, nouveau pannonceau : 82 marches. Ah bon. Allez, on continue.

Mes cuisses me remercieront plus tard, on va dire… En attendant, ce sont mes poumons d’asthmatiques qui faisaient la tête… Te-heu, te-heu, j’ai réussi à arriver en haut, en pensant très fort à mes cuisses.

Bref, si j’avais déjà monté 112 marches d’un station de métro, je m’en serais souvenue….

A part ça, l’entrée est très jolie. On la voit dans Amélie Poulain, parait-il.

112 marches….

11 réponses à “Lamarck Caulaincourt

  1. C’est marrant, je bosse pas loin de cet arrêt de métro !🙂

  2. Et tu as déjà monté les 112 marches ?

  3. Je m’incline. Respect.

  4. J’ai une amie qui habite dans le quartier. Je me suis faite avoir la première fois que je suis allée chez elle. Plus jamais!

  5. Mais, et la cuisse galbée ?

  6. Cette station je n’y suis jamais descendue mais j’y ai plusieurs fois monté. D’habitude je conclus mon parcours du parfait touriste (oui car en plus j’aime ce quartier et son ambiance « artificielle ») en descendant ces fameuses marches:)

  7. A descendre, elles sont bien, ça fait très Paris, Paris, en effet…

  8. Le Paris des Américains comme je l’appelle, il me fait toujours penser à une bonne vieille comédie des années 50′ je m’attends toujours à y voir un Gene Kelly chantant et dansant entre les toiles d’artistes. Et la descente des marches permet de redescendre sur terre:)

  9. Il y a deux fois le même type dans cette photo !

  10. Ah, mais tu as raison !