Que répondre à une copine qui n’a pas le moral ?

Voilà donc que je me retrouve à méditer, les yeux au fond de mon verre de vin blanc et alors que je voudrais dormir, sur ce que je dois dire à Hana.

C’est affreux. C’est une amie, je l’aime comme on aime ses amies, mais elle dramatise tout – et, oui, je sais, c’est affreux, on est copine et je lui casse du sucre sur le dos, mais elle dramatise tout, elle aurait du quitter son mec plus tôt et en plus elle est pénible au quotidien, elle veut que la brosse à dent soit posée là et le pain ici.

C’est terrible de dire ça, je sais ; elle devrait tout de même réussir, surtout dans une grande ville comme paris, à se trouver quelqu’un qui poserait avec bonne humeur la brosse à dent et le pain où il faut. Rien ne lui interdirait d’avoir en plus de l’humour et d’être mignon. En tout cas, en tant que copine, je dois ravaler mes pensées critiques….

Wait, une seconde. Est-ce que ça ne vous est jamais arrivé ? Vous aimez votre copine, elle est drôle et sympa MAIS vous lui voyez LE mortel défaut (voire LES) qui fait/font d’elle ce qu’elle est – et son malheur ?

Et vous faites quoi ?

En ben moi, je ne lui dis pas. je l’ai fais, une fois, j’ai attaqué la suite de la conversation avec un : Ecoute, je vais être sincère…

(j’avoue, j’étais copine, mais moyen).

Tant mieux, car j’ai déclenché les flammes de l’Apocalypse. On dira que je n’ai pas trouvé la façon subtile et tout en finesse de dire des trucs aux gens.

Donc, là, ce soit-là, j’écarte de moi les pensées critiques et me concentre sur les qualités de Hana pour lui dire :

– Ce que tu me dis c’est que tu as voulu essayer de ne plus être tout à fait toi même pour un autre… eh bien, çá ne peut pas marcher. Et en plus, c’est mal. A la rigueur, tu peux peut-être essayer de comprendre ce qui ne va pas et en parler, et trouver une solution intermédiaire, mais pas te changer.

Je suis vraiment fatiguée mais j’essaie de dire avec conviction :

– On ne peut pas se changer, et on ne doit pas.

6 réponses à “Que répondre à une copine qui n’a pas le moral ?

  1. c’est clair :avec l’âge on comprend enfin que non seulement il est impossible de se changer,à moins de s’aliéner, mais surtout qu’il est absolument vain d’essayer de changer les autres, son conjoint en premier lieu … » faut vivre avec  » comme dit la sagesse populaire (avec soi même et avec l’autre) ou bien se barrer (bien que se barrer de soi même ne doit pas tenter trop de monde à bien y réfléchir) … quant à la notion de mal ou de devoir c’est une autre histoire à mon avis ….

  2. Hélène (ex-Fanette)

    Tout à fait ! Mais dans certains cas, il vaut peut-être mieux partir, ou rester en connaissance de cause – c’est un choix.

  3. Et voilà, je me mets à lire un blog girly. Pas à dire, très bien découpé pour tenir en haleine, et suffisamment, heum, intéressant pour tenir en haleine un jeune homme.

  4. Ta copine doit rester comme elle est.

    On a tort de vouloir changer. Moi j’ai baissé les bras au bout de deux semaines. pas envie de m’alliéner ni de faire plaisir à tout prix. Résultat : 19 ans que ça dure. Une relation doit respecter la nature des uns et des autres.

    Alors la copine doit exprimer ses désirs. Deux solutions s’offrent à elle: Elle prend le fiancé comme il est ou chacun part de son côté, tout en gardant son intégrité.

    Pourquoi ‘ancienne Fanette’ au fait. ça fait un moment que je ne suis pas venue.

  5. Je te comprends. On s’y perd un peu parfois avec les pseudos, qui ont tendance à prendre le dessus sur nos vraies personnalités et nos vies. Moi par exemple, je me suis fait dédicader un livre par un de mes auteurs préférés, avec qui j’étais en contact via myspace. Elle était convaincue que mon pseu était mon prénom. Alors , j’ai eu droit à une gentille dédicace avec ce pseu là. Je n’ai pas osé lui dévoiler mon vrai prénom et mon patronyme.

    Pis encore, certaines de mes amies ne m’appellent plus que par willykean. Elles le trouvent plus joli. Pourtant je suis sûr que mon prénom est très joli et rare même.

    Bonne journée Helène (ex-fanette)