Perte du Triple A : don’t panic, Sarkozy relativise !

Au boulot, on est toute un peu triste de la perte du Triple A. Ça fait tout drôle. On s’est demandé si tout allait être changé dans notre vie, mais non, pas du tout.
Le métro est le même, les usagers ont la même tête que d’habitude, bref, on croirait que tout va toujours bien.
C’est dingue.
Et puis j’ai vu ce que le Président a dit à Madrid, et franchement, on s’est demandé si la perte du Triple A valait toute cette mise en scène dramatique.
Encore un coup des médias qui nous mentent, les fourbes.
En fait, c’est pas grave du tout.
Nicolas Sarkozy, en déplacement à Madrid pour recevoir la Toison d’Or, soit la plus haute distinction espagnole, a répondu à un journaliste qui l’interrogeait sur la perte du triple A qu’« en France, ce ne sont pas les agences de notation qui doivent définir les politiques économiques ».
Pourtant, vu le barouf autour de ce triple AAA, j’eusse cru que si, précisément.
J’ai informé mes collègues de travail, immédiatement, et j’ai bien senti que le soulagement les faisait se tenir plus droites, le menton haut, sur leurs chaises, et que le poids de ce triple A perdu se retirait de leurs épaules.
Je leur ai lu la suite de l’article : notre Président en appelle à la « mesure » et au « sang-froid ». Oui, car les avis des agences de notation sont des « éléments intéressants sur lesquels il convient de ne pas exagérer ». Sans plus. Ouf.
Il en a profité pour rappeler que cette crise « sans précédent nous impose de réduire nos dépenses, nos déficits et de retrouver le chemin d’une nouvelle croissance en résolvant les problèmes de compétitivité ». Gaby, qui n’est au fond qu’une affreuse gauchiste, a émis des gloussements amers et sceptiques.
Mais même Rajoy, le nouveau chef du gouvernement espagnol, était d’accord. Il l’a dit dans sa conférence de presse. Il a annoncé son appui pour la mise en place d’une taxe sur les transactions financières, chère à Nicolas Sarkozy, sauf qu’on n’a pas bien saisi s’il inclinait vers le calendrier français ou allemand. « L’Espagne doit conserver son poste à la BCE [Banque centrale européenne] », a-t-il aussi affirmé. Selon plusieurs médias, les Pays-Bas et d’autres pays essayent d’empêcher l’Espagne de garder ce siège quand le mandat de José Manuel Gonzalez-Paramo se terminera en juin 2012. Nicolas Sarkozy a promis à l’Espagne le soutien de la France sur cette question.
Le Président français a également évoqué «ceux qui se trouvaient tellement bavards vendredi et ceux qui sont tellement silencieux lundi», c’est à dire les gauchistes (hein, Gaby ?) qui se sont «réjouis» un peu trop vite, selon lui, des mauvaises nouvelles du week-end. Car, le fait est que les marchés n’ont pas réagi négativement lundi en attaquant l’euro. Et il a aussi rappelé que « deux agences sur trois » soutiennent la France.
Pour se remonter le moral, on a relu son intervention de dimanche, relayée par la Pravda le Figaro, dimanche. «Depuis que nous sommes dans la bourrasque de la crise, je ne trouve pas d’autre guide à l’action, dans ces temps troublés, que vérité et courage», a-t-il dit, à Amboise ce dimanche. «C’est une épreuve. Il faut l’affronter. On ne répond pas à la crise de cette ampleur par l’agitation, l’emportement et la polémique. Pour ma part, à l’occasion de ce sommet de crise, je dirai la vérité aux partenaires sociaux le 18 janvier. Je parlerai aux Français à la fin du mois. Je leur dirai que, comme en 1958, la crise peut être surmontée pourvu que nous ayons la volonté collective et le courage de réformer notre pays.»
Dimanche, le mot courage a été prononcé sept fois. SEPT FOIS. A la fin du mois, m’est avis qu’on va avoir droit à du sang et des larmes dans le discours…

Advertisements

2 réponses à “Perte du Triple A : don’t panic, Sarkozy relativise !

  1. Bonjour Fanette !
    Je sature avec toutes ces infos, toujours le même thème qui revient en boucle, pour beaucoup de parlotte et un résultat nul à part de fortes hausses de tension… Faudra bientôt mettre en place une liste de mots-clés à ne plus prononcer, parce que comme dirait l’autre y’en a marre ! Journaux, radio, télé, pigeons voyageurs, on n’entend plus que ça, et vraiment, je sais pas vous, mais ici je sature ! Sans parler du contexte transfrontalier (vive l’Alsace) où le « modèle allemand » a un tout autre écho… Franchement, que de foutaises.
    J’en deviendrais presque un fidèle de la Roue de la Fortune ou de la Famille en Or, tellement ces divertissement sont capables de faire retomber la pression et de vider la tête, entre des infos toutes plus lourdes les unes que les autres.
    Et alors le triple A (pour en revenir au sujet du billet…), mais qu’est-ce qu’on s’en br… ! D’ailleurs le trio d’agences n’est même pas d’accord sur le barême, on se croirait au Bac avec plusieurs examinateurs corrigeant une même copie selon des méthodes différentes… Que de foin, encore pire que la chambre du Sofitel… A l’école ils veulent supprimer les notes pour mettre leurs fameuses évaluations, et les politiques nous la jouent à celui qui aura la meilleure note ? Cherchez l’erreur…

  2. Les agences de notation sont décrédibilisées depuis 2007. De toute façon, les marchés s’en tapent et prennent déjà en compte dans les faits la dégradation des finance de la France au moment de la perte du AAA.