Archives de Catégorie: actu

La semaine de Nicolas Sarkozy

Qu’a donc fait cette semaine notre ex-bouillant Président ?

   2500 personnes se sont rendues samedi 23 mai dans la salle des fêtes de la bourgade de Rillieux-la-Pape, pour voir Nicolas Sarkozy et l’encourager, selon le site de l’UMP.

Précédemment, Nicolas Sarkozy avait rencontré ce que je suppose être la jeune garde de son parti dans le coin. A savoir :

  • Laurent Wauquiez, tête de liste de la campagne régionale Rhône-Alpes-Auvergne de décembre prochain
  • Christophe Guilloteau, député, président UMP du conseil départemental depuis peu
  • Philippe Cochet, maire de Caluire-et-Cuire et  président de la fédération UMP du Rhône,
  • Michel Forissier, maire de Meyzieu et secrétaire départemental,
  • Damien Abad, nouveau président du conseil général de l’Ain
  • Tous les élus et cadres UMP du Rhône et des départements voisins
  • Alexandre Vincendet, le maire récemment élu de Rillieux-la-Pape.

Selon l’auteur de l’article, ils ont évoqué le Congrès fondateur du 30 mai qui permettra à leur famille politique de « retrouver la passion, l’énergie et la joie de partager ». Ils se parlent comme ça entre eux, à l’UMP.

Ils se sont dit des trucs épatants, comme : « Les socialistes défendent le socialisme, nous nous défendons la République », (dixit Laurent Wauquiez, secrétaire général de l’UMP). Ou : « Les socialistes n’ont eu de cesse d’abîmer notre région. Elle est sans souffle, sans progrès, sans visibilité. Mais qu’ont fait les socialistes hormis les impôts et le gaspillage de l’argent public » (idem).

Nicolas Sarkozy a fustigé la réforme du collège : « ce dogmatisme, cette prétention, cette arrogance, ce mépris » « honte au regard de l’histoire », « Si l’école de la République ne propose pas l’excellence et le mérite à ses enfants, alors qui leur proposera », « Aujourd’hui,  il y a tant de mensonges, tant de doutes. C’est pourquoi le mensonge doit être absent de tous nos discours et de tous nos programmes. Je ne veux pas d’ambiguïté entre nous, je veux la confiance. S’il y  a la confiance entre nous, il y aura la confiance avec les Français ».

D’après la recension qui en est faite, Nicolas Sarkozy n’a pas abandonné son amour du « on », ni des phrases courtes. L’article (qui provient du site de l’UMP) s’achève avec les mots « amour de la France ».

  Le 22 mai, Sarkozy appelle à sauver Palmyre. (je ne commente pas, mon cœur saigne, je ne veux même pas y penser).

  Le 21 mai, jeudi, Nicolas Sarkozy rencontrait Madeleine, une électrice de l’UMP passée au FN, dans son bureau, au siège de son parti. Il entend reconquérir toutes les madeleines de France. Selon le Figaro.

Le 21 mai, encore, deux journalistes rappellent que ce que fait Hollande (passage en force de la réforme du collège), en fait c’est du Sarkozy. Les journalistes utilisent un vocabulaire ironique et dépréciatif pour faire passer leur message : Sarkozy couine – chouine, l’article est par ailleurs tentée d’une ironie un peu facile (en particulier avec Madeleine, il faut dire que c’est tentant : ce soir j’attends Madeleine…).

Sinon, liste des passages en force de Sarkozy dans ses grandes heures : réforme des retraites ; celle des universités ; l’accueil des enfants pendant les grèves d’enseignants ; le fameux Traité de Lisbonne que les Français avaient repoussé par référendum et qu’il a imposé, déni de démocratie, via l’Assemblée Nationale ; réforme de la carte judiciaire.

 

Publicités

Gérard Depardieu embrasse Isabelle Huppert, aujourdhui, 22 mai, à Cannes

Aujourd’hui, 22 mai, à Cannes, Gérard Depardieu embrasse Isabelle Huppert, qui lui tend la joue, mais il ne veut pas de sa joue : elle est belle, c’est une femme, il a envie de lui rouler un patin mondial, il lui roule un patin mondial, manquerait plus qu’elle dise non.

J’espère que ça lui a plu, à Isabelle Huppert, d’être embrassée par surprise devant les journalistes du monde entier par Gérard Depardieu, dont les prestations récentes se sont caractérisées par beaucoup de subtilité et d’élégance.

Ce n’est pas non plus comme si elle avait eu le choix. Et si elle avait eu le choix de sa réaction, qu’aurait-elle fait ? Et si elle avait décidé qu’elle n’aimait pas, et qu’elle lui en avait retourné une, parce qu’elle n’avait pas envie qu’on l’embrasse devant tout le monde, au motif qu’elle était belle ? Et si elle avait fait cela, qu’aurait-on retenu ?

Mais elle ne l’a pas fait. Elle ne l’a pas fait.

Elle a reculé, il a avancé, il l’a embrassé. Elle est belle, elle est élégante ; les actrices belles et élégantes se comportent avec beauté et élégance, pas comme d’horribles femmes frustrées qui réagiraient avec inélégance en protestant.

Les photos montrent bienIsabelle Huppert qui, hm, recule, évite, voudrait bien que, …,  non, mais hm, c’est Depardieu, il y a les photographes, on est à Cannes.

Alors Isabelle Hupert n’a pas d’autre choix que de réagir avec le sourire et avec élégance. Quelle pitié que d’oberver d’aussi près les lèvres de Depardieu, dans un  pathétique bisou, et le non moins pathétique recul surpris d’Isabelle Huppert.

Je n’ai pas pu m’empêcher de voir et j’ai eu honte.

Je mets le lien ? Bon Ok, allez, je le mets. Pour montrer que je ne rêve pas. Et d’ailleurs, le photographe est sûrement ravi.

Et ils dansèrent joue contre joue….

Barack et Michelle Obama dansent joue contre joue, c’est beau.

Oui, si, je trouve ça beau. C’est un couple, et mine de rien, le gars a tout de même réussi à se faire élire deux fois président des Etats-Unis. Performance remarquable. Et il n’y serait peut être arrivé sans elle, qui bosse aussi – et sans ses filles non plus. Avec son petit look élégant à l’américaine, avec sa façon d’être là, Michelle y est tout de même pour beaucoup dans l’image d’Obama, le couple uni, l’épouse impeccable, les petites jeunes filles bien élevées, la famille idéale.
 
 

Donc, la petite danse joue contre joue, c’est bien vu. Pas très présidentiel, car, si l’on réfléchit deux secondes, que diable la vue d’un couple présidentiel peut nous faire, à nous, Français ? C’est mélanger le glam et la politique, ce qui est aberrant. Et pourtant, bien qu’aberrant, cela se pratique, ô combien. Et qu’est-ce que cela peut faire, à un Américain ? Là, je ne me rends plus compte.

L’Américain moyen est peut être tout heureux de constater qu’il a un vrai beau couple hétérosexuel à la tête de son pays. Une sorte de garantie de l’ordre rassurant que doivent avoir les choses. C’est une sorte de très ancien message, aussi peu démocratique que possible, mais si humain, je suppose : l’identification du prince et du pays. Celui qui dirige est le pays qu’il dirige. Quand Arthur est blessé, tout tourne de travers dans son royaume et les Chevaliers doivent trouver le Graal pour guérir le roi et le royaume.

Si Barack fait danser Michelle, alors leur couple est beau et fonctionne heureusement. Si leur couple est beau et fonctionne heureusement, alors le pays fonctionnera aussi bien qu’eux. Et tout ira pour le mieux dans le plus américain des monde.

Oh, mais que fais-je ? Dans une minute, je vais déplorer que d’aussi archaïques ficelles marketing nous soient servies sans broncher ni sourciller par médias anciens et modernes. Ce n’était pas dans mes intentions, je voulais être tout glam.  Disons seulement que la danse était bien venue, une façon de remercier sa co-équipière dans l’histoire et à la face du monde, avec la petite glam touch en plus.