Archives de Catégorie: Les bonnes idées de la semaine

Lili Jo

Lectrice de ce blog, je te devine secrètement ondoyante et féminine, je sais qu’au fond de toi se niche une odalisque mystérieuse au coeur cependant immense.
Aussi, je sais que ce que je vais t’apprendre te frappera au coeur, immédiatement.
Grâce deux créatrices de lingerie, tu vas pouvoir te transformer en créature évanescente et mystérieuse et en même temps, donner des sous pour une ONG
Trop beau pour être vrai ?
Mais non. C’est possible. Voilà comment.
Mon premier  : la nouvelle collection de lingerie de Lili Jo. Soie. Kimono. Lingerie. Couleurs ombreuses et chaudes, un esprit japonisant, des dentelles raffinées.
Mon second  : toute la collection a été dessinée par deux créatrices au bénéfice d’une association,  SOS Sri Lanka. Elles ont décidé de faire porter leur action humanitaire sur un village sri lankais.
Mon troisième : elles ont déjà organisé une vente privée en septembre, ce qui a permis de payer tous les livres scolaires des enfants du village pour une année, et d’être le sponsor de la fête de fin d’année de l’école avec spectacles et activités pour les enfants et les famille du village de Gona Gola.
Mon tout : une nouvelle vente privée est organisée le 11 décembre ;  c’est donc une excellente occasion de se faire plaisir, tout en sachant qu’une partie de l’argent dépensé sera reversé à l’association : façon de donner plutôt agréable….
La vente privée a lieu le samedi 11 Décembre de 10h à 20h, 36 avenue de Clichy, Paris 17ème. (détails dans l’invitation).
On peut trouver là une présentation du projet.
N’oubliez pas  : samedi 11 décembre, 10h-20h, 36 avenue de Clichy, Paris 17ème.

Publicités

Fauteuil Louis XV ou Louis XVI ?

Oui, telle est la question, mais je m’explique. Hier, en reprenant le fil de mon histoire, je m’aperçois que je n’ai pas parlé de ce qui m’entourait. Du lieu où je me trouvais. J’en garde un souvenir vif, et ça me semble important, donc il faut  en parler. Mais tout en y songeant, il fallait parler du fauteuil sur lequel j’étais assise, et c’est là que : impossible de me souvenir si c’était un Louis XV ou un Louis XVI. Pour tout vous dire, je suis infoutue de les distinguer l’un de l’autre, mais trainent dans mon esprit, vaguement, des remarques entendues chez ma tante Marie-Hélène, relative à tel fauteuil Louis XV ou XVI.

Du coup, pour éclaircir ma lanterne, que fais-je ? je googlise, forcément.

Et je m’instruis.

A votre tour de vous instruire.

Procédons par ordre.

Ceci est un fauteuil LOUIS XIV. (hors sujet, mais ce sont ceux que je préfère, finalement)

Bien. On sent un fond de Moyen Age dans la forme, non ? Avec le doré du Grand Siècle, il faut ça. Bref.

Ceci est un fauteuil LOUIS XV.

Plus léger, plus futile, plus doux, non ? Bon.

Et voici un fauteuil LOUIS XVI.

Ne me demandez pas pourquoi, mais le LOUIS XVI a quelque chose de plus facile.

Voilà. Non, rien, c’était juste ça, pour qu’on soit dans l’esprit pour la suite.

Note : chez Eglanteen, il y avait du Louis XV. XIV trop austère, XVI trop facile. Je l’interprète comme ça.

Petits liens du dimanche

Là, une e-pub formidable pour un site de vente internet (mettez le son, c’est plus rigolo).

A mettre en relation avec cette interprétation du concept de l’effet papillon, dans une très populaire émission de télé espagnole. ça pourrait donner des idées à TF1 qui bat de l’aile ou Ruquier s’il doit se séparer de ses deux Eric, Zemmour et Naulleau.

La video est .

Des Tags au Grand Palais

tag-affiche

Dernièrement, j’ai évoqué ici une expo visible à Beaubourg et dont le principe était de présenter une salle d’expo vide. Bon.

Mais, au cas où vous auriez envie d’aller voir une expo avec quelque chose à voir, comme la Béotienne que je suis, qui, banalement, et malgré les charmes du rien ou de l’absence, ne déteste pas aller dans une salle de musée ou d’expo pour observer des tableaux, eh bien il y en a une en ce moment, au Grand Palais, sur les TAG.

Le TAG est un art de rue, mais précisément, l’initiateur de la collection, Alain-Dominique Gallizia, observant un jour un tagueur, eut l’idée de lui demander de venir exercer ses talents sur une toile, chez lui. Donc, ce n’est pas du tag stricto sensu (et je trouve même que quelqu’un pourrait aller couper des cheveux en 4 ou en 8 à ce propos ; des choses extrêmement intéressantes seraient surement dites), mais c’est tout de même très proche du TAG. Du TAG sur Toile.

tag-31

Et puis surtout c’est magnifique : les oeuvres sont exposées dans une salle en travaux, avec briques apparente, ce qui se marie parfaitement bien avec l’esprit des TAG. Dans cette salle, une explosion de couleurs, une immersion dans un autre monde. Chaque toile est une porte sur un univers, différent de celui des autres, mais urbain, fou, explosif, déjanté, Axle Munshine, Blade Runner, Pink Floyd The Wall, voire le Roi des Singes, un dessin animé chinois, je cite en vrac, avec peut-être une main tendue à l’énergie des films de Tarentino. Je n’avais pas tellement d’avis sur le TAG, j’en ai un maintenant, ce n’est pas parce qu’on peint sur les murs qu’on en devient artiste pour autant. Là, ce sont des artistes…

tag-41

Un peu d’analyse du sujet : architecte, Alain-Dominique Gallizia dit avoir vécu chaque effacement d’oeuvre de la rue comme la perte d’une oeuvre précieuse d’un art nouveau dont il fallait garder la trace. Je cite, c’est l’expression exacte de sa pensée, que je n’aurais garde de trahir, que j’ai eu dans le dossier de presse. Les gens qui pensent bien directement, et que te font de belles phrases comme ça, moi ça m’impressionne. Pour ce faire, il a demandé à un grand nombre d’artiste de fixer une oeuvre sur une toile double, 2 x 60 x 180, dimension lui lui permettait de transport la dite toile dans sa smart… Aujourd’hui, il possède une collection de 300 toiles, exposées au grand palais jusqu’au 26 avril : précipitez vous !!!

Vous noterez sur le lien, et bien que ça n’ait rien à voir avec la choucroute, que le dit Alain-Dominique n’est pas totalement dépourvu d’un certain charme, dans un certain genre – certes – auquel j’avoue être sensible. Le cheveux brun, l’oeil courtois, la chemise ouverte (mais pas dépoitraillé), la veste sombre. Un petit fond d’air de BHL, certes mais voilà. On dirait un peu Pierre-Henri, mais PH est moins brun, plus chatain, recourt plus couramment à la cravate et il a le sourire plus crispé, genre homme d’affaire, enfin tendance. Mon temps c’est de l’argent. Le sien, de temps, je veux dire.

tag-1

Non mais ? De quoi t’est-ce que je cause, là? On a dit le TAG, pas le monsieur de l’expo. Je conclus tout de même, en me félicitant que le collectionneur soit si beau garçon. Dans son genre. Oui, il est faible en muscle et t-shirt déchiré – alors que justement, dans le cadre de Prince of Persia, j’attends un peu de force brute, voyez. Mais on doit pouvoir avoir de formidables conversations sur l’Art (enfin lui il parle et moi j’écoute, eh eh eh) dans un cadre que je sens bien d’un luxe discret (mais sûr). Alors que Prince of Persia, faut qu’il prenne une douche d’abord.

Alain-Dominique, veuille me pardonner : j’ai eu une dure journée, et ce soit justement, je rejoins un.. quelqu’un dans un endroit au luxe discret (du moins j’espère), je suis un peu énervée. Je dis donc n’importe quoi.

Quoiqu’il en soit, allez voir cette expo, elle en vaut largement la peine.

tag2

Cette semaine, promenade…

Uniquement pour les filles de à peu près 30 et encore, pas toutes, la première photo. (Je sais ce qu’on dira, mais pas du tout).

Une analyse rageuse d’un truc qui me laisse sans voix. J’avais jamais pensé à ça. Je n’achète jamais de billets pour les concerts, j’ai peur de la foule.

Big brother. Et en plus, discourtois.

Des gens qui se sont donné du mal pour recycler, bel effort, c’est ce que nous devrions tous nous mettre à faire, et pas seulement parce que la planète se réchauffe, mais parce qu’on doit arrêter de consommer comme le gros garçon mange dans Charlie et la Chocolaterie. Une civilisation de goinfres. D’ailleurs l’obésité augmente. Forcément. On s’interroge sur les causes, mais elles sont dans la tête et le rapport au monde.

Fascination inexplicable pour les histoires trash.

Aspirant Madof, si, si, je trouve.

Et pour finir, une information qui me plonge dans la perplexité. Deux mille ans de christianisme pour ça… Aucun rapport avec le christiansime on me dira. Bon, OK, pas faux, alors je dirais : on a eu Périclès, on a eu Octave Auguste, on a eu Philippe Auguste, La Princesse de Clèves, L’esprit des Lois, Mon père ce héros au sourire si doux, Votre âme est une paysage choisi, Una furtiva lagrima, les Roses blanches, les Palétuviers, et maintenant on va avoir ça si on laisse les grosses maisons de disques garder le contrôle de l’industrie musicale. Tout ça pour ça. Si Edison avait su ça !!! Peut-être aurait-il hésité, hein?

Et, avec mes remerciements à Mublito : si c’est pour écouter des trucs débiles, autant que ça soit drôle.

Apprendre à pêcher

ruisseau

Signalé ici, voici une initiative que je trouve merveilleuse. L’auteur en est une blogueuse dont j’admire je jalouse depuis longtemps les mises en pages élégantes, mais je n’ai pas le temps, ni la patience, non pas seulement de m’y mettre, mais d’apprendre à m’y mettre. Il faut faire des choix sur les 24 heures d’une journée, et comme d’une façon générale, la vie me réserve, m’a toujours réservé de charmants tours et détours, j’attends simplement que les choses viennent – elles viennent toujours.

Toujours est-il que je me suis toujours demandé comment on faisait pour créer son propre blog de A à Z. Les plates formes toutes faites, c’est merveilleux, quand on n’y connait rien et qu’on n’a pas le temps, aussi merveilleux qu’une cantine pour celui qui ne saurait pas cuisiner, on ne va pas dire le contraire. Mais n’empêche que la satisfaction ou l’espoir de pouvoir faire soit même les choses sont un plus. Mais comment faire pour entrer dans les arcades du web? Le vocabulaire informatique ne me rentre pas dans la tête, les tripotages m’ennuient, le html est d’un abord pour le moins aride, et personne pour t’aider gentiment sur le long terme, avec patience et tolérance. Les gens n’ont pas le temps, ce que je comprends, ou préfèrent utiliser des compétences que je soupçonne d’être à peine légèrement supérieures aux miennes pour faire voleter autour du débutant des volutes complexes de savoir qui me donnent le tournis. Avez vous remarqué que les personnes très compétentes sont pleines de patience et de compréhension pour le profane, quelque soit le domaine envisagée, alors que les amateurs qui se piquent de savoir utilisent leurs trois informations comme une arme ou un outil de promotion?

Il est rare de rencontrer une personne qui souhaite vous donner quelque chose. Eh bien, Kozlika est de celles là, et elle souhaite seulement donner à un maximum de personne un peu plus de savoir pour faire un blog et pour prendre le contrôle de ce que l’on fait sur le web. Quand on dispose d’un savoir, on peut s’en servir, ou pas : on dispose donc d’un choix ; mais quand on n’en dispose pas, de ce savoir, on n’a pas le choix. L’homme ignorant est à la merci du charlatan, disait Talleyrand, qui savait de quoi il parlait, et il n’avait rien d’un ignorant.

Me voilà bien verbeuse, mais je suis sous le charme de l’initiative de Kozlika, qui me donne, à moi, utilisatrice totalement ignorante des subtilités de la chose, une possibilité d’acquérir lentement quelques connaissances en la matière.

De quoi s’agit-il? Simplement d’un blog qui permet pas à pas, et en commençant au niveau le plus simple, celui qui fait sourire ceux qui savent, d’installer un premier blog sous Dotclear, un système entièrement gratuit et – apparemment – simple d’utilisation – simple – mais pas autant que le WP que j’utilise actuellement, qui ne me permet certes de rien faire, à part modifier la photo en haut du blog, follement, mais qui est assez élégant et pratique. Sauf que j’étouffe dedans et que je voudrais pouvoir gérer mon visuel. Je n’ai pas beaucoup de temps, et surtout je n’y connais rien. Eh bien, grâce à Kozlika, j’ai une chance d’y parvenir, à mon rythme, et aux heures qui me plaisent. ça prendra du temps, je me connais, une idée vogue en sous marin chez moi pendant un an avant de commencer à produire quelque chose. Mais peu importe, l’acquisition d’un savoir nouveau et utile est en soi la meilleure des expériences.

C’est là, et vraiment, merci, merci, merci à Kozlika. Elle va nous apprendre à pêcher, on pourra manger toute notre vie…

Liens du vendredi

On commence avec Madof. Ce type me tue, pas vous? J’y vois le symbole de la société dans lequel on vit, un monde dans lequel on est ce que l’on a l’air d’être, donc on est SI on a l’air d’être.  On ne prête qu’aux riches, disait Tristan Bernard, et on a bien raison car les autres remboursent difficilement. Mais là, ce sont des riches qui ne remboursent pas. Tout de même, je me demande comment il a fait. J’espère qu’un historien se penchera sur la question.

Un projet de tours jumelles mentionnés par VinZ…. Le genre de truc qui me terrorise. jamais je ne pourrais travailler là dedans (en même temps, ça a très peu de chance d’arriver).

Re la fille ordinaire, à qui je dois un questionnaire et que même pas j’ai répondu… En fait elle fait un post que j’aurais voulu faire, mais pas le courage de tripoter mon téléphone pour en découvrir les fonctions (là, je m’en sers en réveil, mais c’est tout ; ah si, j’ai joué au poker une fois, et vidé ma batterie dans le métro ; voilà ; en fait, c’est honteux mais je téléphone avec).

Miss 400,  sa mère et l’internet : top. Mais moi je parle comme sa mère. Moi aussi, je vois une croix rouge en haut de la ligne bleue du haut. Parfois, je clique sur la croix rouge au lieu de cliquer sur le petit trait bleu (du haut à droite). Mais Firefox est gentil, il me connait, il me demande si je veux VRAIMENT fermer les 58 onglets, et non, je veux pas VRAIMENT.  ça fait un petit rectangle au milieu de mon écran, et je clique annuler, merci Firefox. Je dis bravo à la maman de Miss 400.

Deedee donne quelques conseils pour avoir un blog influent. Pour ceux qui veuelent. Alors, je ne réussirais à en suivre aucun, sauf le premier, mais qu’est-ce qu’il est pertinent, le premier ! Quand j’ai posé une question tout à fait inconvenante sur des femmes politiques françaises dans le plus simple appareil, j’ai eu plein de visites. C’est un peu décourageant. Quand j’ai parlé d’Akira Kurosawa, même en mettant une scène avec du sang qui jaillit, ça n’a pas aussi bien marché. Et Mikhalkov? hein. Nikita Mikhalkov? Toutes les semaines, quelqu’un débarque ici en tapant Mikhalkov. Enfin non, pas toutes les semaines. Allez, tous les mois.

Une réflexion sur la zen attitude. Waouh. Ça aussi, j’aurais pu l’écrire, enfin peut-être pas mot pour mot, mais je comprends l’idée du travail sur soi.