Archives de Tag: marketing

le bonheur, la santé et le yaourt

Depuis plusieurs jours je lis, ça doit être une nouvelle campagne de matraquage, des trucs sur la santé ; bien manger pour vivre vieux ; pas trop de sucre ; et il faut rire.

Manger et rire, pas de problème, et je trouve qu’on devrait parler du verre de vin, mais ça ne doit pas être dans l’air du temps, alors que, un, Un, j’ai dit un verre de vin, pas la bouteille. Enfin un et demi, mais pas deux, parce que quand on commence on ne sait pas où on s’arrête.

Ce que je ne comprends pas : d’un côté, ce baratinage sur le pas sucré, les fruits et légumes (c’est à dire des trucs que jadis, peut-être, quand le monde était jeune, on cueillait sur les arbres, une brise légère faisant trembler notre robe blanche, sous un doux soleil, une brindille entre les dents, en chantonnant lalala, mais que maintenant, le monde a vieilli, il pleut, et ça s’achète à prix d’or dans des rues mouillées ou dans des supemarchés, sous une lumière blance qui rend tout moche) ; et de l’autre, des rayons remplis de produits archi sucré, transformés et retransformés, on ne sait même plus ce qu’il y a dedans, le rayon yaourt en particulier est effrayant, moi je fais mon yaourt toute seule (on le sait, je fais du yaourt avec du yaourt), mais quand je vois la ronde des mille et un produits, que je ne teste pas, mais c’est le principe, je suis épouvantée ; le tout, très souvent plein de sucre.

Je détaile un peu : yaourt nature, bio, allégés, enfants, à boire, soja, spécialisés, lait entier, aux fruits.

Spécialité : lait entier vanille, lait entier tout court, frais nature sous mousse de crème fouettée, nature mousse aérienne sur fromage blanc onctueux (c’est la même chose mais pas la même marque)…

Enfants : mon premier yaourt (alors que si vous lui donnez un entier, ça n’explose pas), mon prmier à ci, mon premier à ça, bon, je n’ai pas d’enfants.

Dans les fruits (je n’aime pas, notez) : il y a l’arôme naturel (c’est-à-dire que l’arôme est peut-être naturel mais le procédé chimique), l’arôme chimique, mais on ne dit pas chimique, on ne dit rien, le yaourt aux fruits, le yaourt aux morceaux de fruits, et je crois bien qu’il y a la mousse de fruits sur yaourt.

Pour des raisons mal définies, la yaourt fait des ravages en France et j’ai des tas de copines qui aiment les yaourts au point d’en faire des comparaison, du genre , ah, la mousse de fruits frais sur fromage blanc fouetté de chez machin, un régal.

Alors que moi, la dernière fois que je me suis régalée, et très convenablement, c’était en buvant un vin vendange tardives, un post que je dois faire depuis quatre mois, car j’ai oublié le nom du vin.

Bon, donc je bloque sur le yaourt, voire j’en veux aux vendeurs de yaourts, et je donne une recette à moi de yaourt, que l’on doit faire avec du nature, mais même si vous ne faites pas votre yaourt au four, ça marche.

C’est un peu régressif….

Dans un petit saladier (oui parce que au point où on en est, autant se la faire par saladier), mélanger une certaine quantité de yaourt, des petits beurres, une banane et du cacao nature sucré (j’achète du cacao nature pas sucré, et je le sucre moi-même, ça dure plus longtemps et ça a plus de goût).

Enfin il faut attendre que les petits-beurre aient un peu ramollis, mais pas trop. Il faut mettre pas mal de petit-beurre.

Dans une version plus « tendance » : oublier le saladier, vous faites ça dans des verrines (des verres, mais vous dîtes verrines).

Petits beurres au fond.

Puis yaourt.

Puis banane.

Puis chocolat fondu.

Puis saupoudrage de miettes d’amandes ou noisettes.

Voilà.

C’était mon quart d’heure anti produits industriels laitiers.

Comment écrit-on petits beurres au pluriel????

PS : il faut rire aussi, demain je dis un truc drôle.

Publicités