A part la musique

Il n’y a pas, cependant, que la musique.

Je me rends compte que je ne parle plus de mon boulot, il faut dire que ces derniers temps la routine est devenue pesante.

Pourtant, il y a maintes et maintes choses à en dire, et ce qui me surprend le plus sont les rapports entre les gens. Mais ce n’est pas un blog qu’il faudrait, mais un roman, tant la complexité des rapports entre les gens est immense.

Prenons Diva et Marc.

Diva est une femme d’une quarantaine d’année, qui prend un d’elle un soin louable ; je dis louable, parce que moi, qui m’habille et me maquille toujours un peu entre la porte et l’ascenseur, je rêve d’être organisée et de prendre bien soin de moi. Diva le fait. Le problème,c ‘est que ça ne sauve pas tout, mais en soi c’est bien.

Professionnellement, Diva possède des compétences, mais précises, je veux dire limitées. Il est cependant évident (ou il n’y a que moi qui le voit?) qu’il y a une lutte violente pour sa survie au sein du groupe, donc elle assure un max. Parfois, je peux voir qu’elle ne sait pas quoi faire, et elle essaie de toute ses forces d’avoir l’air. Par « survie au sein du groupe », je veux dire qu’elle doit à toute force masquer ses faiblesses dans le groupe professionnel que nous sommes.

L’une de ses méthodes consiste à se faire super bien voir de Marc, notre boss. ça marche affreusement bien.

Et la question que je me pose, c’est : sachant qu’elle est potentiellement malveillante, et que derrière son pas grand chose, il y a des trucs que je déteste, est-ce que je dois ressentir de la pitié pour une personne recourrant à d’aussi pauvres méthodes, ou de la peur, sachant que ça marche et qu’elle peut être nuisible?

En fait, pour ma propre survie (au sein du même groupe) et bien que nous n’ayons pas les mêmes fonctions du tout, je dois me tenir prête à contrer toutes ses vacheries potentielles ; je suis assez stressée en ce moment, car elle n’a rien fait depuis longtemps (plus on attend, pire ça va être).

Mais je me sens en ce moment assez effondrée de me retrouver à devoir me méfier d’une telle personne. Pourtant, je suis convaincue qu’en tous temps, en tous lieux, à toutes époques, de petits et infâmes personnages peuvent construire leur pouvoir et leur rôle sur la peur, la crainte et l’angoisse. Comme il est misérable qu’après tant de progrès techniques, nous soyons finalement soumis à de tels personnages, aussi mesquins et destructeurs. (Bon, j’en fais peut-être un peu trop : je suis fatiguée et mélancolique).  Nous avons bien besoin d’être amoureuse pour résister à tout ça.

Comment Diva fonctionne, voilà qui serait intéressant, il faut que je trouve un moyen fun d’aborder le sujet.

Publicités

11 réponses à “A part la musique

  1. Je te lirai avec curiosité et intérêt. j’ai eu, dans l’ensemble, de la chance dans mon boulot, question collègues, elles/ils étaient toujours assez sympa. mais j’ai vu passer une stagiaire odieuse et arriviste, et je dois dire que certaines personnes font froid dans le dos…

  2. elle doit faire des heures supp’ privées….

  3. Bon, alors ça, ma pauvre !!! il y en a partout des gens comme ça !!! C’est malheureux ! Et horrible. mais bon.

  4. L’incompétence passe rarement très longtemps pour de la compétence. Wait and see…

  5. Ce genre de nana, c’est de la pollution psychologique. Tu es sur le qui vive en attendant la prochaine vacherie. Pfff

  6. Ahhhhhh….. Elles sont plus que nombreuses. Elles sont partout. Elles arrivent lorsqu’on s’y attend le moins. Elles sont vicieuses, mauvaises, sournoises, la pire espèce imaginable.
    Il faut se faire une carapace et laisser tout couler. Ces personnes ont souvent l’art de retourner la situation et de te rendre coupable de tous les maux de la planète.

  7. Oui, des gens comme ça, c’est de la pollution. Il ne faut pas avoir pitié d’eux. Sinon, ils te détruisent.

  8. Tu sembles plutôt lucide, donc peu de risque de te faire surprendre.
    tant que tu vois clair dans le jeu des autres, peu de danger.
    Comment dit on déjà ?
    Sois proche de tes amis, et encore plus proche de tes ennemis.

  9. La chance que j’ai, c’est de travailler dans une petite entreprise et donc de ne pas avoir de collègue.

    C’est le pied!

    Par contre j’ai été stagiaire avant dans un endroit où tu déposais un dossier à la signature après avoir fait des pieds et des mains pour le boucler et quelqu’un du bureau d’à côté passe derrière pour le récupérer et tirer la couverture à elle.

    De quoi m’écoeurer!

  10. Et sinon, tu l’es, amoureuse ?

  11. Toujours très compliqué de parler de son boulot sur un blog, hein?