Merci, Président !

Je ne me comprends pas. J’ai fini l’année plutôt morose, toutes ces affaires, ces chutes de la Bourse, les subprimes et Madoff m’ont agi sur le moral, à mon grand regret, je n’ai pas pu résister à une sorte d’angoisse, alors qu’en général je fais ça très bien : l’angoisse, c’est comme là peur, ça n’enlève pas le danger, ça ne résoud rien. Normalement, j’ai une stratégie pour me donner le moral : je lis un ou deux chapitres d’Alexandre Dumas, je m’oblige à chanter le matin (mal) (chanter : croyez le ou non, faites l’essai un peu pour voir : il est imposible de chanter et d’être triste, je crois que c’est un phénomène biologique : si vous avez la gorge serrée ou une tension dans le haut du corps, vous ne pouvez pas chanter : donc en vous efforçant de les faire disparaître avec quelques exercices respiratoires et vocaux tout cons, genre a-a-a-a-a, des vocalises ou un truc comme ça, et puis en chantant Frère Jacques ou A la claire fontaine, vous dissipez les stress légers ; si si), et je lis des blogs drôles.

Ben là j’ai continué à penser à la crise de 29, et je n’étais pas contente. Qu’en sait-on, hein? Les journalistes sont souvent ignares, donc quand ils disent « ça sera pire que 29 », ça peut aussi bien être vrai, que faux. On peut trouver des gens pour vous enfoncer le moral sous l’eau, avec de belles phrases et des raisonnements imparables, et d’autres (on sent le chef d’entreprise qui veut se la jouer I’m the boss en spéculation, je suis plus malin que toi tout le monde panique mais pas moi, le Brice de Nice de l’économie) qui t’expliquent finement que non, c’est le moment des opportunités (j’imagine lesquelles), il faut savoir surfer (et ceux qui savent pas, ils crèvent et puis c’est tout?), c’est le moment de vérité, c’est la redistribution des rôles, ne soyons pas défaitistes, et tout et tout. Même si je veux les croire, l’esprit qu’il y a derrière ces paroles me démonte, au final, plus encore.

Et puis le secours est venu de Nicolas Sarkozy. Et je lui dis merci. Le pauvre, personne il l’aime, mais moi si, en ce début d’année. Merci Nicolas. Tu m’as remonté le moral. Mais alors, complet.

J’ai regardé ses voeux. Si. J’étais chez des amis, et dans le tas, il avait un Garçon Sérieux, Responsable et Investi dans la vie économique et politique et tout et tout de notre riant pays. Il a voulu regarder les voeux en arrivant. Il s’est fait chambrer comme pas possible, mais la maîtresse de maison lui a allumé la télé de la chambre. (Des gens qui ont deux télés ; il n’y a que moi que ça épate, d’ailleurs ; je n’arrive pas à comprendre qu’on regarde la télé ; mais c’est un autre sujet). Donc il a regardé les voeux, genre debout, sourcils froncés. J’y suis allée, on était deux. En me voyant, il m’a dit un truc comme : « Tout de même!!! ».  Un peu comme la messe de minuit (à laquelle je suis allée aussi). Le Président parle, on ne loupe pas, par principe. Même si mon coeur se brise à chaque fois que Nicolas Sarkozy fait une déclaration, j’ai pu constater que l’éducation est un truc terrrible. Quand on se ne rebelle pas contre, on en est prisonnier, et moi, j’ai appris (mais sans qu’on me le dise) qu’il y a des choses qui se respectent. Je m’en étonne moi-même. Je suis d’un conformisme affreux, finalement, avant la pensée – je veux dire que c’est réflexe. Comment l’expliquez-vous? La fonction de président, je respecte, ça me fait toujours penser à Becket (de Jean Anouilh), une de mes pièces de théâtre préférée, et à ce favori du roi qui devient, presque à son corps défendant, défenseur de l’Eglise anglaise, uniquement parce qu’il est nommé aux fonctions d’archevêque de Canterbury. Dès qu’il a la robe, hop, il change de comportement. Ou alors, Chicot. Oui, Chicot. Ah, là il faut avoir lu La Dame de Montsoreau, d’Alexandre Dumas. Il est le fou d’un roi nul, mais il aime son roi, même s’il est nul, parce que c’est son roi et que personne ne l’aime.  J’ai toujours adoré Chicot.

Donc, j’étais là, honteuse, vu que Sarko était pas en odeur de sainteté chez les gens chez qui j’étais et que je n’aime pas ce qu’il dit à chaque fois qu’il parle, et je regardais Sarko, inquiète d’avance.

Il était en phase de prétransformation, c’est-à-dire qu’il semblait retenir son énergie et bouillir intérieurement ; c’est souvent le cas avec lui. On se demande s’il ne va pas exploser ou se transformer en Hulk, souvent, non? Et il a commencé je ne sais plus comment, mais alors, pas positif. Et là, pile poil au moment où il parlait, comme il était en train de dire, en gros, 2008 n’était pas facile, mais 2009 sera pire, alors que dernièrement, chaque fois que j’entendais des prévisions pessimistes, je me recroquevillais intérieurement, là, j’ai senti un poids s’enlever. Avec son air sérieux de papa qui t’explique les choses, d’homme qui voudrait avoir l’air, en train de pérorer sur des sujets dont on se rend bien compte qu’ils (les hommes politiques) ne les maîtrisent même pas autant que les Fremens ne contrôlent les vers des sables lorsqu’ils montent dessus (faut lire Dune pour comprendre), j’ai eu nettement l’impression qu’il partait dans son monde de baratineur qui se prend au sérieux, et que moi je restais là, tranquille, et que 2009, année féérique, me chuchotait à l’oreille :  » T’inquiète pas, il fait son numéro mais il pige que dalle, 2009 sera super, il se plante tout le temps« .

Je me suis sentie drôlement mieux. Sans compter qu’entre temps, tous les persifleurs, ou quasi, étaient venus dans la chambre et que ça se bousculait au portillon, donc je me suis retrouvée, non plus comme une pauvre nulle qui respecte la fonction présidentielle à cause d’Alexandre Dumas et d’Anouilh et qui suit le mec sérieux et rasoir qui veut regarder les voeux, mais comme la early adopter de la respect attitude, ou de la groupie attitude, on ne sait trop, mais early adopter. Ah ah ah. La maîtresse de maison a même ralé en disant qu’elle avait pas prévu de faire la soirée dans la chambre. Tout le monde est revenu dans le salon en faisant des commentaires remplis d’intelligence. Moi, j’étais juste de super humeur.

Merci, Président.

Publicités

18 réponses à “Merci, Président !

  1. Tu m’inquiètes…. Mais non, je blaaaague !!! C’est super, je trouve, si ça t’a donné la patate. Au moins, ça aura servi à une personne. Donc, des voeux rentabilisés !! Que demande le peuple?

  2. Oui, bof, moi chez ma belle famille , j’ai entendu et je l’ai trouvé soporifique. Oui, entendu, car je faisais autre chose en cuisine. Moi, les voeux présidentiels, je trouve ça chiant.

  3. Très drôle, mais très. Sarko comme étalon de l’antimatière prédictive…j’aime beaucoup le garçon investi qui veut voir les voeux, aussi. Il existe pour de bon celui-là ?
    Enfin merci pour ce titre de Dumas que j’ignorais (bon, je ne les connais pas tous non plus…). Encore un à rajouter à ma PAL…

  4. Excellent !!! Les voeux présidentiels qui te remontent le moral !!! On aura tout vu !

  5. Ha, j’ai bien ri en lisant ta note ! De notre côté, nous avons fait un effort surhumain pour écouter les premières minutes puis… nan, c’était trop dur. On a mis Harry Potter. 😉

  6. Moi non plus, je ne peux pas commencer un réveillon sans regarder les vœux présidentiels. Ce serait une faute. Je comprends qu’il t’ait rassurée, ce type est éminemment rassurant, paternel, fraternel, amical… non, en fait je n’ai pas compris, mais comme c’est si bien écrit, comme d’habitude, on est dans l’empathie.

  7. Et, au fait, bonne année et longue vie à ce blog !

  8. WordPress m’a écrit « Vous envoyez vos commentaires trop rapidement, calmez-vous » !!!

  9. J’ai zappé les voeux de notre hyper Président, pour garder moral et une humeur festive. Sinon, je sens que ça aurait été « putain, encore 3 ans et demi ! » et là, le tube cathodique n’aurait pas survécu. Moi aussi je peux me transformer en Hulk !

  10. Meilleurs voeux+++

    Merci pour ton petit message et ta visite.

    Ton blog est original, à découvrir, trop bien!

  11. moi je n’ai pas regardé car j’ai totalement oublié que ça existait encore ce truc là…
    tu m’as bien bluffé avec ta photo car j’ai cru que j’allais lire un truc sur nico/charles VII et rachida/jeanne d’arc…
    …. et bien non!! zut alors!

    au fait, tous mes voeux pour 2009! bien que je ne sois pas Président!

  12. C’est peut être parce que je ne suis pas concernée, mais moi je l’aime bien ce Sarkozy.

  13. Pour te dire j’ai même pas regardé, je crois que j’étais trop occupée à vider le champagne. Puis 2009 sera ptêt dure, mais elle sera peut être très belle aussi 🙂

  14. 2009, année du neuf, et du rôti de boeuf. Allez, très bonne happy new year Fanette.

  15. Votre billet est subtil et très drôle, merci Fanette. Je ne partage pas tout à fait votre respect pour la fonction présidentielle, mais je m’y force autant que possible… Pour le Becket d’Anouilh, ne croyez-vous pas que la situation s’appliquerait mieux à une improbable assimilation de notre président aux devoirs de sa charge?
    PS. Je vous remercie du lien!

  16. J’ai pris une décision: celle de m’abonner à ton blog. Ainsi, je n’aurai pas à supporter les cris de mes enfants qui crient « j’ai faim! » quand je suis en train de lire tous tes posts en retard!!!
    Ton post m’a donné une patate d’enfer!… Je partage décidément plein de choses en commun avec toi ! Moi aussi, je vois Sarko en phase de transformation quand il commence à parler (c’est fou ce qu’il peut ressembler à de Funès!) ensuite j’ai beaucoup d’affection pour Chicot que j’avais découvert à la télé d’abord quand j’étais gosse immortalisé par, je crois, l’acteur qui fait « bip bip meuh » dans les Bronzés!!

  17. Nourris tes enfants !!! Quelle horreur : quelque part, des enfants ont faim, et c’est de ma faute : ou essaie de les caser chez les Pitt Jolie?

    Sarkofunès, mais oui : tu noteras qu’il ne se transforme pas. Une forme stabilisée d’OGM.

  18. Trop drôle !!!