Où Fanette passe une mauvaise après-midi au bureau

-Regarde !!!!

ça, c’est comme les gens qui vous montrent des photos de leur enfant. Oui, le pitibébétouzoli est choupinet, vi il est  tout mignon mais là je m’en, euh, fous (j’allais dire un mot grossier, alors que j’essaie de réformer sérieusement mon langage). Bon, là, c’est pas le pitibébétouzouli, c’est probablement pour dans un an, Dieu nous assiste, c’est la nappe et les décos. (NB je n’ai rien contre les bébés, je les serre ordinairement contre moi en gâgâtisant comme on n’a pas idée : mais EN CONTEXTE UNIQUEMENT et le boulot c’est pas le contexte bébé). Ouais, la nappe, oh qu’elle est beeeeeelle, ah ouais, ouais non mais t’as vachement raison c’est super la déco qu’ils te proposent. Ah ouais. Ouais non mais ouais carrément.

Je regarde le catalogue qu’il est beau. L’idée, c’est qu’Isabelle est trèèèèèèèès heureuse, car elle a rencontré l’Amour (et c’est pas tout le monde qui le rencontre, ça je te le dis, lecteur/trice – pas tout le monde) et elle va se marier, c’est hyper important de se marier, c’est toute la vie qui en dépend. On ne sait pas trop, trop pourquoi, mais ON NE POSE PAS la question.

D’ailleurs moi je me pose toujours la question et donnez moi deux secondes pour écrire un truc intelligent. J’ai appris durant mes études (c’était bien, j’apprenais des trucs, je ne végétais pas misérablement entre la vitre et le chauffage, enfin c’est une vue de l’esprit, entre, car la vitre et le chauffage sont en fait du même côté, en fait c’est mon corps qui transpire pendant que mon oeil a froid), j’ai appris, disais-je, que la famille est la cellule de base de la société. Quelle que soit la définition de famille, père, mère, et tout ce que vous voulez (par exemple, il y a des sociétés – mais loin, hein – où l’homme appelé père est l’oncle biologique de l’enfant – donc c’est une famille différente de ce qu’on connait nous, mais une famille quand même).

Nous, dans notre société, on a tendance à avoir besoin de plus en plus de trucs pour faire n’importe quoi, mais la famille c’est le contraire : avec une maman + un bébé, on te fait une unité familiale, tellement qu’on est fort. Bientôt, une maman (ou même un papa) et une potentialité d’enfant, ça te fera une famille.

Or, le mariage signifie le début d’une famille. Bon, on perd un peu le fil dans les structures sociales, hein? Mais le mariage, c’est un peu une naissance, une naissance de future famille. C’est un peu comme un bourgeon qui se détache de la branche. Dans le bourgeon, il y a les potentialités de millliers d’autres branches, bourgeons, etc. Donc on est content.

Naturellement, comme on est ultra moderne, ce n’est pas parce qu’on se marie qu’on va avoir des enfants. Donc, mariage, en vrai, n’égale pas famille. Mais je crois qu’il reste ancré dans les moeurs, le subconscient ou je ne sais où, mais bien ancré, hein, que si tu te maries faut faire une grosse teuf et dire à tout le monde que tu es super heureux.

En soi, j’ai le concept, je le comprend, je le respecte, mais pourquoi ne pas limiter cette explosion de bonheur aux amis? Hein? pourquoi même les collègues doivent profiter de la joie de la naissance d’un bourgeon qui donnera hypothétiquement une famille et augmentera notre société d’une cellule? Pourquoi? Pourquoi on doit regarder la nappe du mariage? Et donner un avis sur les fleurs? A la limite, je veux bien participer au menu et aux choix des alcools. Mais même pas. Isabelle m’a déjà dit que nous, vin d’honneur. Parfait. Le vin d’honneur me va très bien. Alors pourquoi je dois voir la nappe?

Par ailleurs, je fais -hélas- partie de la catégorie (déterminée par Isabelle elle-même et en personne) des « gens intelligents qui ne vont pas se vexer si elle ne les invite pas au mariage et qui comprennent qu’elle doit d’abord inviter ses proches et vu le nombre quasiment incalculable de gens qu’elle connait elle est obligée de faire des choix drastiques » – c’est moi qui dit drastique, elle, elle connait pas -, et donc elle peut me parler  : je ne me vexe pas (alors que Diva si).

Je suis d’ailleurs terrorisée, j’ai l’impression de progresser dans son intimité, c’est horrible, si je progresse, elle va peut-être m’inviter?

Bref. Je donne mon avis, mollement, elle parle, elle parle, et je vois redescendre Diva et Gaby.

Aha.

– je dois y aller ! dis-je à Isabelle, qui, toute contente, me laisse aller, me gratifiant de son Sourire Spécial Complicité Entre Collègue, je file au bureau, je ramasse le dossier de la prestataire et je monte voir Marc.

Marcounet est au téléphone.

Mais il me fait signe de m’asseoir. Il n’en a que pour une minute.

Je m’asseois.

Ô prestataire, signera-t-on ton contrat? Seras-tu payée?

Fanette ira-t-elle au cinéma avec Ben ET Lui, ou que avec Ben?

De quelle couleur sera la nappe de mariage d’Isabelle?

(A suivre).

Publicités

9 réponses à “Où Fanette passe une mauvaise après-midi au bureau

  1. Ah j’ai vécu ça aussi. Des fiançailles au mariage, un an à entendra parler de robes, de menus, de location de salle. J’ai craqué le jour où elle m’a demandé si je connaissais un curé.

  2. Sous prétexte que j’ai bon goût, pas mal de gens me désignent comme wedding-planneuse sans même demander mon avis. Alors imagine le nombre de nappes et de décos à valider…

  3. Écru !

    Je la trouve bizarre ta photo d’intro : d’habitude, les photos de mariés sont prises de face, et là, ils nous tournent le dos plutôt que de nous sourire niaisement !

  4. Moi j’aime pas les mariages! j’ai été à mon premier cet été, au secours quoi!

  5. J’ai connu ça…c’est tellement fatigant….du coup je ne parle pas du mien à mes collègues.

    Mais je me lâche sur mon blog :-p
    Au moins personne n’est forcé à lire. Le bonheur ça se partage, ça ne s’impose pas.

    Même quand tu passes une mauvaise après-midi c’est un régal de te lire Fanette!!

  6. Les collègues qui se marient ou qui font des mômes, qui ne vivent plus que pour ça et qui sont persuadés que ca intéresse tout le monde, c’est lourd

  7. Alors moi c’est facile je fais savoir à tout le monde que je ne schtroumpfe pas les mariages. Comme de plus je suis partie à 9000 km de Paris, c’est tranquille : on m’annonce le mariage, j’envoie une carte à la bonne date, parfois un petit cadeau, on m’envoie trois photos et c’est bouclé.

  8. Pingback: Le Blog Dont Vous Êtes Le Heros »  Hum, c’est bon ça !